Jules Cambon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jules Cambon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jules Cambon

Naissance 5 avril 1845
Paris, France
Décès 19 septembre 1935 (à 90 ans)
Vevey, Suisse
Nationalité Drapeau : France Français
Profession
diplomate et administrateur français
Distinctions

Jules Cambon, né à Paris le 5 avril 1845 et mort à Vevey (Suisse) le 19 septembre 1935 (à 90 ans), est un diplomate et administrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jules Cambon signant le traité de Paris en 1898
Médaille de Jules Cambon en 1892 par Oscar Roty

Après avoir entamé une carrière d'avocat en 1866, il entre dans l'administration en 1871 et occupe plusieurs postes en Algérie. Il devient préfet du département du Nord en 1882, puis du département du Rhône en 1887. En 1891, il est nommé gouverneur général de l'Algérie.

En 1897, il est nommé ambassadeur de France à Washington. Il participe activement aux négociations de paix entre l'Espagne et les États-Unis ainsi qu'à l'élaboration du Traité de Paris de 1898. Il est ensuite ambassadeur à Madrid en 1902, puis à Berlin en 1907, où il fréquente le salon politique de la princesse Radziwill, née Castellane. À partir de 1914, il est secrétaire général du ministère des Affaires étrangères. Grand-Croix de la Légion d'honneur, il est élu membre de l'Académie française en 1918.

Lors de la conférence de paix de Paris (1919), il est président de la « commission des affaires grecques » où il gère les différends entre la Grèce d'Elefthérios Venizélos et l'Italie, principalement à propos de l'Épire du nord. En 1920, il devient président de la Compagnie Radio France, entreprise qui s'apprête à jouer un rôle international, puis, en 1930, de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

Jules Cambon est le frère cadet de Paul Cambon, lui-même diplomate et administrateur.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Exposé de la situation générale de l'Algérie (2 volumes, 1895-1897)
  • Le Gouvernement général de l'Algérie (1891-1897) (1918)
  • Le Diplomate (1926) Texte en ligne

Source[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]