Juggernaut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juggernaut (homonymie).
Le char Juggernaut représenté dans le Illustrated London Reading Book en 1851.

Le juggernaut (mot anglais dérivant du nom sanskrit Jagannâtha, en devanagari जगन्नाथ) désigne en anglais, souvent métaphoriquement, une force dont rien ne peut stopper l'avancée et qui écrase ou détruit les obstacles en travers de son chemin. Le mot constitue une référence au Rath Yatra, une procession hindoue à Purî en Inde, durant laquelle on promenait un grand char de procession transportant l'image du dieu Krishna auquel était alors prêté le titre de Jagannâtha, « Seigneur de l'univers ». Des observateurs européens du XIXe siècle ont prétendu que la procession n'hésitait pas à écraser les fidèles qui se trouvaient sur le passage du char, d'où l'usage métaphorique du terme à partir de cette époque[1]. Les observations plus récentes ont montré que cette interprétation était une légende amplifiant des accidents fortuits durant les cérémonies, mais l'usage du terme est resté.

Origine de la légende du juggernaut[modifier | modifier le code]

Le mot est attesté en anglais dès le XIVe siècle dans les descriptions de la procession données par des voyageurs[1]. Mais il ne prend son sens métaphorique de « force destructrice irrésistible » qu'au XIXe siècle, dans les années 1830-1850, au moment où les missionnaires coloniaux chrétiens, britanniques et français, formulent de violentes critiques à l'encontre des cérémonies propres à l'hindouisme en Inde, et en particulier contre les processions de chars transportant des statues[2]. Les descriptions de cette procession l'associent à toutes sortes d'excès et de comportements indécents et affirment que les adorateurs allaient jusqu'à se jeter volontairement sous les roues du char qui les écrasait. Au début du XXe siècle, cependant, des descriptions plus exactes montrent qu'il s'agit d'une légende, puisqu'en réalité toute mort ou effusion de sang pendant la cérémonie serait considérée comme une souillure[3]. Il est possible que la légende provienne de mauvaises interprétations de simples accidents dus à des mouvements de foule pendant la cérémonie[4].

Traduction française[modifier | modifier le code]

En date de 2014, le mot « Juggernaut » n'est pas répertorié par la majorité des dictionnaires de langue française et il n'existe pas de traduction littérale. Le terme est traduit par des périphrases faisant référence au caractère inexorable à la puissance et à la brutalité. L'image du rouleau compresseur est parfois retenue[5].

On trouve cependant une occurrence de ce terme sous la forme « Jaggernat » à la première page du Père Goriot, le roman d'Honoré de Balzac, écrit en 1834 : « Le char de la civilisation, semblable à celui de l'idole de Jaggernat, à peine retardé par un cœur moins facile à broyer que les autres et qui enraie sa roue, l'a brisé bientôt et continue sa marche glorieuse. ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Douglas Harper, Online Etymology Dictionary, article « Juggernaut ». [lire en ligne]
  2. Waghorne 1999, p. 103.
  3. (en)Dictionnaire Webster 1913, supplément, article « Juggernaut ». [lire en ligne]
  4. (en)« Rath Yatra, the Chariot Festival in India », article de Subhamoy Das sur About.com (site de la New York Times Company. Page consultée le 23 février 2012.
  5. Linguee "Juggernaut", base de donnée de traductions en contexte, consulté le 6 janvier 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Joanne Punzo Waghorne, « Chariots of the Gods : Riding the Line between Hindu and Christian », History of Religions, Presses de l'université de Chicago, vol. 39, no 2,‎ novembre 1999, p. 95-116

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :