Juge Ti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juge et Ti.
Juge Ti
Naissance Ti Jen-Tsie
Origine Chinois sous la Dynastie Tang
Sexe Masculin
Activité(s) Magistrat,
détective

Créé par Robert van Gulik
Interprété par Michael Goodliffe
Khigh Dhieg
Chongliang Sun
Andy Lau
Jiming Chen
Première apparition Trois enquêtes résolues par le juge Ti (1949)
Dernière apparition Assassins et Poètes (1968)

Le juge Ti est un personnage littéraire inspiré de Di Renjie (ou Ti Jen Tsié selon la translittération de l'EFEO, employée dans la traduction française des romans où il apparaît), une figure historique qui vécut en Chine sous la dynastie des Tang, au VIIe siècle de notre ère. L'extraordinaire capacité de déduction du juge Ti le rendit célèbre de son vivant, si bien qu'il entra dans les annales judiciaires chinoises. Il termina sa carrière comme ministre de l'impératrice Wu Zetian.

Littérature[modifier | modifier le code]

Le magistrat est repris dès le XVIIIe siècle comme héros d'un roman policier chinois, Dee Goong An (Trois affaires criminelles résolues par le juge Ti). Ce texte, redécouvert et traduit en anglais par le diplomate hollandais Robert van Gulik dans les années 1940, est publié en 1949. Désireux de faire renaître le roman policier chinois traditionnel, van Gulik amorce à partir de 1957 une série en dix-sept volumes des aventures du juge Ti Jen-tsie, romans et nouvelles, alliant rigueur historique et qualité littéraire, qui relatent un total de vingt-quatre enquêtes.

Le personnage du juge Ti est ensuite repris dans les années 1990 par deux Américains, Eleanor Cooney et Daniel Altieri, dans deux romans : L'Impératrice des mensonges et La Révolte des lettrés. Ces récits sont indépendants de ceux de Van Gulik.

L'écrivain français Frédéric Lenormand a ressuscité à son tour le juge Ti dans une série de romans toujours en cours aux éditions Fayard : Thé vert et Arsenic, Guide de survie d'un juge en Chine, Mort d'un maître de go... La série compte dix-sept tomes à ce jour. Contrairement aux affaires racontées par Eleanor Cooney et Daniel Altieri, les récits français s'insèrent scrupuleusement dans la chronologie tracée par Robert van Gulik tout en s'éloignant totalement de la psychologie de ses personnages et de son style littéraire si apprécié de ses lecteurs.

L'écrivain néerlandais Janwillem van de Wetering, mieux connu pour sa série des policiers Grijpstra et De Gier, a donné en 1997 le recueil Le juge Ti prend son luth, incluant la courte pièce homonyme.

Plus récemment, Zhu Xiaodi (朱小棣), un auteur chinois vivant aux États-Unis, a écrit un recueil de nouvelles intitulé Les Nouvelles Affaires du Juge Ti (Tales of Judge Dee) (2006).

Le Français Sven Roussel a quant à lui publié en 2008 La Dernière Enquête du juge Ti.

Chronologie dans les romans[modifier | modifier le code]

  • Le juge Ti historique est né en 630, à Tai-yuan, et est décédé en 700. Van Gulik, et à sa suite Lenormand, Zhu et Roussel ont pris soin d'inscrire leurs enquêtes dans ce laps de temps.

Trois affaires criminelles résolues par le juge Ti[modifier | modifier le code]

Ce livre est le précurseur de tous les autres écrits de Robert Van Gulik. C'est à la suite de cette traduction et en puisant dans ce roman que Van Gulik écrira la suite des aventures du juge. Le juge est ici en poste dans le district de Tchang-ping, dans la province du Shandong.

663 : nommé magistrat à Peng-Lai, il résout les affaires suivantes[modifier | modifier le code]

En 664, le juge Ti est convoqué à Pien-fou[modifier | modifier le code]

  • La Nuit des juges (par Frédéric Lenormand)

En 666, il est nommé à Han-yuan[modifier | modifier le code]

En 668, il est nommé à Pou-yang[modifier | modifier le code]

En 670, il devient magistrat de Lan-fang[modifier | modifier le code]

En 676, il se rend à Pei-tcheou[modifier | modifier le code]

À partir de 677, il est président de la Cour métropolitaine de justice, à Tch'ang-ngan, capitale de l'Empire[modifier | modifier le code]

  • Mort d'un cuisinier chinois (par Frédéric Lenormand)
  • Médecine chinoise à l'usage des assassins (par Frédéric Lenormand)
  • Guide de survie d'un juge en Chine (par Frédéric Lenormand)
  • Diplomatie en kimono (par Frédéric Lenormand)
  • Divorce à la chinoise (par Frédéric Lenormand)
  • Le Motif du saule
  • Meurtre à Canton
  • L'Impératrice des mensonges (par Cooney et Altieri)
  • La Révolte des lettrés (par Cooney et Altieri)

Livres d'auteurs[modifier | modifier le code]

Frédéric Lenormand :

  • Le Château du lac Tchou-An (2004)
  • La Nuit des juges (2004)
  • Petits Meurtres entre moines (2004)
  • Le Palais des courtisanes (2004)
  • Madame Ti mène l'enquête (2005)
  • Mort d'un cuisinier chinois (2005)
  • L'Art délicat du deuil (2006)
  • Mort d'un maître de Go (2006)
  • Dix petits démons chinois (2007)
  • Médecine chinoise à l'usage des assassins (2007)
  • Guide de survie d'un juge en Chine (2008)
  • Panique sur la Grande Muraille (2008)
  • Le Mystère du jardin chinois (2009)
  • Diplomatie en kimono (2009)
  • Thé vert et arsenic (2010)
  • Un Chinois ne ment jamais (2010)
  • Divorce à la chinoise (2011)
  • Meurtres sur le fleuve Jaune (2011)
  • La Longue Marche du juge Ti (2012)

Cooney et Altieri :

  • L'Impératrice des mensonges
  • La Révolte des lettrés

Sven Roussel :

  • Agir selon la Justice - La Dernière Enquête du Juge Ti (2008)

Télévision, cinéma et Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]