Jue (vase)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un jue (chinois :  ; pinyin : jué) est un godet ou un vase à bec en bronze à trois pieds (tripode) de la Chine antique. Ils sert à chauffer des boissons alcoolisées puis à les verser dans des coupes, dans un cadre rituel. Cette vaisselle se développe à partir de la fin de la période d'Erlitou (la Dynastie Xia ?) et est populaire sous les Shang et les Zhou occidentaux. Les jue antiques connus ont généralement été mis au jour dans des sépultures, sans doute après avoir servi lors des rituels funéraires.

Un jue est généralement muni de deux anses latérales verticales, parfois de la forme d'un dragon. Il est caractérisé par un long bec verseur, et parfois un deuxième plus court. Il possède deux protubérances (tenons) sur sa partie supérieure qui étaient probablement utilisées pour retirer la vaisselle du feu[1]. Si les modèles les plus anciens ne disposent généralement d'aucun décor, la surface des jue se dote progressivement d'un décor plus élaboré, un masque qui devient par la suite le taotie.

Le jue sert de modèle à d'autres formes de vases tripodes développés plus tard, le jiao ou la jia.

Galerie[modifier | modifier le code]

References[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • (en) Sing, Yu et Caron Smith, Ringing Thunder- Tomb Treasures from Ancient China, San Diego, San Diego Museum of Art,‎ 1999 (ISBN 978-0-937108-24-6, LCCN 99061729)
  • Antoine Gournay, « Formes et fonctions », dans Alain Thote, Robert Bagley et Antoine Gournay, Rites Et Festins De La Chine Antique. Bronzes du musée de Shanghai. Musée Cernuschi, Paris, Éditions Findakly,‎ 1998 (ISBN 2879003652), p. 46-49
  • Danielle Elisseeff, Art et archéologie : la Chine du néolithique à la fin des Cinq Dynasties (960 de notre ère), Paris, École du Louvre, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux (Manuels de l'École du Louvre),‎ 2008 (ISBN 978-2-7118-5269-7), p. 134-135