Judith Curry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Judith A. Curry est une climatologue américaine, présidente de la School of Earth and Atmospheric Sciences (École des sciences de la Terre et de l'atmosphère) au Georgia Institute of Technology. Ses domaines de recherche comprennent les ouragans, la télédétection, les modèles atmosphériques (en), le climat polaire, les interactions air-mer et l'usage de drones pour les recherches sur l'atmosphère. Elle est membre du Comité de recherche climatologique (Climate Research Committee) du Conseil américain de la recherche[1].

Judith Curry est coauteur du livre Thermodynamics of Atmospheres and Oceans (1999) et coéditrice de l'Encyclopedia of Atmospheric Sciences (2002). Elle est également auteur ou coauteur de plus de 140 articles scientifiques. Au nombre des distinctions dont elle a été honorée figure le Henry G. Houghton Research Award, qui lui a été décerné par la Société américaine de météorologie en 1992.

Diplômes[modifier | modifier le code]

En 1974, Judith Curry a reçu cum laude le Baccalauréat universitaire ès sciences de l'Université de Northern Illinois avec une licence en géographie. En 1982, elle a reçu le doctorat en sciences géophysiques de l'Université de Chicago[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Judith Curry exerce depuis 2002 les fonctions de professeur et de présidente à la School of Earth and Atmospheric Sciences (École des sciences de la Terre et de l'atmosphère), au sein du Georgia Institute of Technology[3]. Elle fait partie du Sous-comité Sciences de la Terre du Comité Sciences du Conseil consultatif de la [National Aeronautics and Space Administration|NASA] (NASA Advisory Council Science Committee, Earth Science Subcommittee)[4]. Elle a été membre du Groupe de travail Climat du NOAA (NOAA Climate Working Group)[5], du National Academy (en) Space Studies Board et du National Academies Climate Research Committee[6].

Judith Curry a été professeur de sciences atmosphériques et océaniques à l'Université du Colorado à Boulder et a occupé des postes d'enseignement à l'Université d'État de Pennsylvanie, à Purdue et à l'Université du Wisconsin-Madison[6]. Elle a étudié la question des liens possibles entre l'intensité des cyclones tropicaux et le réchauffement climatique[7] Son groupe de recherches a également étudié la corrélation entre la taille des cyclones tropicaux et les dommages qu'ils causent. Ces études ont montré, entre autres choses, que la taille d'un cyclone tropical est un facteur important du nombre des tornades qu'il produit[8].

Judith Curry est coauteur du livre Thermodynamics of Atmospheres and Oceans (1999)[9] et coéditeur de l'Encyclopedia of Atmospheric Sciences (2002)[10].Elle a publié plus de 130 articles dans des revues à comité de lecture[11]. Au nombre des distinctions dont elle a été honorée figure le Henry G. Houghton Research Award, qui lui a été décerné par la Société américaine de météorologie en 1992[12].

Judith Curry et la controverse sur le changement climatique[modifier | modifier le code]

Judith Curry a dit être troublée par la « nature tribale » de certaines parties de la communauté des climatologues et par ce qu'elle considère comme une réticence à communiquer les données et à les laisser contrôler par des analystes indépendants. Elle a écrit que les climatologues devraient être plus transparents dans leurs relations avec le public et débattre avec ceux qui se montrent sceptiques sur le consensus scientifique en matière de changement climatique[13].

En février 2010, J. Curry a publié sur Watts Up With That et d'autres blogs un essai intitulé « On the Credibility of Climate Change, Towards Rebuilding Trust »[14]. Écrivant dans le New York Times, Andrew Revkin appelle cet essai un message aux jeunes scientifiques qui pourraient avoir été découragés par ce qu'on appelle le "Climategate" (rebondissement de novembre 2009 dans la controverse sur le réchauffement climatique)[13].

En septembre 2010, J. Curry a créé Climate Etc., un blog qu'elle héberge elle-même et qui est consacré à la controverse sur le changement climatique. Dans la section « About » de ce site, le but de ce blog est défini comme suit : « Climate Etc. fournit un forum où les chercheurs en climatologie, les universitaires et les experts techniques d'autres domaines, les scientifiques à préoccupations civiques et le public intéressé peuvent discuter sur des questions liées à la climatologie et à l'articulation de la science et de la politique[15]. »

Dans un essai de juin 2011 mis en ligne sur son blog, Curry décrit comment sa façon de voir la controverse relative au changement climatique a changé dans les cinq années précédentes :

J'ai été en discussion avec des sceptiques depuis 2006. (Avant de lancer Climate Etc., je discutais surtout à Climate Audit.) Il y avait des gens qui avaient des soupçons et se demandaient ce que je trafiquais, mais la diffamation n'a commencé que quand j'ai recommandé la lecture du livre The Hockey Stick Illusion. Le livre lui-même et encore plus la diffamation dont j'étais l'objet pour le seul motif d'en avoir recommandé la lecture ont précipité mon évolution et m'ont amenée à contester agressivement le consensus qui règne quant au GIEC... Je tire l'amère conclusion qu'ouvrir votre esprit sur ce sujet vous met sur la pente savonneuse de contester de nombreux aspects du consensus dont bénéficie le GIEC.
Peu après avoir lancé Climate Etc., j'ai reçu ce courriel d'un collègue :
Il y a quelques années, j'ai commencé à discuter avec un sceptique qui était parvenu à passer à travers mon filtre « ignorer les sceptiques ». Il a un diplôme d'ingénieur et est très compétent. Mon axiome « tous les sceptiques sont des hommes des cavernes » s'est écroulé et ma vision du débat sur le climat a changé irréversiblement.
Ouvrir votre esprit en cette matière est une pente savonneuse qui vous amène à écouter ce que les sceptiques ont à dire. Certes, il y a beaucoup de cinglés parmi eux, mais il y a du scepticisme très sérieux à ClimateAudit et sur d'autres blogs techniques plus ou moins sceptiques. J'aspire à voir se développer un club d'hérétiques[16] du climat, où des gens soutenant en gros le consensus GIEC, ou l'ayant soutenu, osent mettre certains de ses aspects en question[17].

Livres de Judith Curry[modifier | modifier le code]

  • Judith A. Curry et Peter J. Webster, Thermodynamics of Atmospheres and Oceans, Academic Press, a division of Harcourt Brace & Company, San Diego, California, ISBN=0-12-199570-4, 1999. Partiellement consultable sur Google livres.
  • James R. Holton, Judith A. Curry et John A. Pyle (dir.), Encyclopedia of Atmospheric Sciences, Academic Press, a division of Harcourt Brace & Company, 2002, ISBN 978-0-12-227090-1.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. National Research Council. Review of the U.S. CLIVAR Project Office. Committee to Review the U.S. Climate Variability and Predictability (CLIVAR) Project Office, National Academies Press, 2004, p. 35.
  2. Curriculum vitæ de Judith Curry sur le site du Georgia Institute of Technology.
  3. Présentation de Judith Curry sur son forum Climate Etc.
  4. Présentation de Judith Curry sur son forum Climate Etc. Présentation du Sous-comité sur le site de la NASA.
  5. Présentation de Judith Curry sur son forum Climate Etc. NOAA Science Advisory Board, « A Review of the NOAA Climate Services Strategic Plan, Final Report to the National Oceanic and Atmospheric Administration », septembre 2008, consultable en ligne.
  6. a et b Présentation de Judith Curry sur son forum Climate Etc. Annonce de sa conférence du 6 avril 2006 : « Hurricanes and Global Warming: The Science, Technologies, and Politics », sur le site du Langley Research Center (NASA).
  7. J.A. Curry, P.J. Webster et G.J. Holland, « Mixing Politics and Science in Testing the Hypothesis That Greenhouse Warming Is Causing a Global Increase in Hurricane Intensity », dans Bulletin of the American Meteorological Society, vol. 87 (2006), n° 8, p. 1025–1037, consultable en ligne. Voir aussi la liste de ses articles.
  8. Étude publiée dans Geophysical Research Letters, 3 septembre 2009. Résumé sur le site livescience sous le titre « Hurricanes Spawning More U.S. Tornadoes ».
  9. Judith A. Curry et Peter J. Webster, Thermodynamics of Atmospheres and Oceans, Academic Press, a division of Harcourt Brace & Company, San Diego, California, ISBN=0-12-199570-4, 1999.
  10. James R. Holton, Judith A. Curry et John A. Pyle (dir.), Encyclopedia of Atmospheric Sciences, Academic Press, a division of Harcourt Brace & Company, 2002, ISBN 978-0-12-227090-1.
  11. Pour la liste de ses articles publiés dans des revues à comité de lecture, voir le site du Georgia Institute of Technology.
  12. Curriculum vitae de Judith Curry sur le site du Georgia Institute of Technology.
  13. a et b Andrew Revkin, « A Climate Scientist Who Engages Skeptics », dans The New York Times, 27 november 2009, en ligne.
  14. Amy Turner, « Richard Dawkins' pro-am clash in the boffins’ blogosphere », dans The Times, 28 février 2010, en ligne.
  15. Voir son forum Climate Etc.
  16. L'auteur accompagne le mot « hérétiques » d'un lien vers un autre article en ligne où elle répond à Michael D. Lemonick, « Climate Heretic: Judith Curry Turns on Her Colleagues », Scientific American, novembre 2010, en ligne.
  17. Judith Curry, « An opening mind », mis en ligne le 15 juin 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]