Juda (patriarche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juda.
Vitrail représentant Juda (à droite) et son père Jacob dans la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

Juda (en hébreu : יְהוּדָה) est un personnage de la Genèse, le premier livre de la Bible. Il est le quatrième fils de Jacob et Léa.

Léa nomme son quatrième fils Juda par reconnaissance, afin de remercier Dieu de lui avoir accordé d'être autant féconde : à rapprocher du verbe hébreu להודות, lehodot, signifiant remercier, reconnaître.

Parmi les douze fils de Jacob, il se distingue à de nombreuses reprises dans le texte :

  • il convainc ses frères de vendre Joseph à une caravane d'Ismaélites plutôt que de le laisser mourir[1] ;
  • il se porte garant de Benjamin auprès de leur père pour pouvoir l'emmener en Égypte à la demande du vice-roi, qui est en fait Joseph ;
  • il se propose au vice-roi d'Égypte, Joseph, pour permettre à Benjamin de rentrer auprès de Jacob lorsqu'ils sont accusés de vol.

Lors des dernières bénédictions de Jacob à ses fils, Juda est présenté comme un chef par rapport à ses frères ainés Ruben, qui a trahi son père avec Bilha, et Siméon et Lévi réputés violents.

Il se marie à une Cananéenne dont il a trois fils : Er, Onan et Shelah. Juda marie Er à Tamar. Er meurt et, en vertu de la loi du lévirat, Tamar est donnée pour femme à Onan. Onan, comme son frère Er avant lui, "déplaît à Dieu" et meurt. Juda refuse alors d'appliquer le lévirat au dernier de ses fils. Tamar cherche un moyen d'avoir une postérité. Juda, parti tondre ses brebis, prend Tamar, qui s'est déguisée, pour une prostituée et couche avec elle. Elle tombe enceinte de lui. Deux garçons jumeaux naissent : Perets et Zérah[2]. Le roi David et toute la lignée des rois de Juda descendent de Perets[3].

Le personnage de Juda, ancêtre du Christ pour le christianisme, figure sur l'un des vitraux du triforium méridional de la cathédrale de Strasbourg. D'après les recherches et publications de Louis Tschaen, au triforium sont représentés soixante-dix-huit personnages, dont soixante-quinze ancêtres, théoriquement alignés dans l'ordre donné dans l'évangile de Luc défini par la Vulgate Clémentine.

Dans la bénédiction de Jacob mourant à ses fils, Juda est associé au lion. L'expression "Lion de Juda" faisait partie des titres des négus d'Éthiopie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]