Juba Ier de Numidie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juba.
Juba Ier
Juba Ier
Juba Ier
Titre
Roi de Numidie
60 av. J.-C. – 46 av. J.-C. (14 ans)
Prédécesseur Hiempsal II
Successeur Empire romain province de l'Africa nova
Biographie
Date de naissance v. 85 av. J.-C.
Date de décès 46 av. J.-C.
Père Hiempsal II
Enfant(s) Juba II

Juba Ier (en berbère Yuba ou Youva, tifinagh) (v. 85 av. J.-C. - 46 av. J.-C.), dernier roi de Numidie orientale. Il fut le fils et successeur du roi Hiempsal II. Il est le père de Juba II, son successeur, roi de Maurétanie (52 av. J.-C. - 23 ap. J.-C.).

Biographie[modifier | modifier le code]

L'histoire se situe vers les années 60/50 av. J.-C., le moment où le fameux Juba 1er succéda à son père Hiempsal II. Son règne fut relativement court mais tumultueux car il le passa à combattre les armées romaines. Les sources littéraires confirment bien le vif esprit d'indépendance du nouveau roi des Numides vis-à-vis du pouvoir Romain qu'il contrariera jusqu'à sa mort.
Dès qu'il monte sur le trône, Juba 1er est d'abord amené à prendre les armes pour rétablir l'ordre dans les régions au Sud de son royaume après les insurrections des populations. Des le début des années 50 av. J.-C, Rome songeait à annexer la Numidie orientale ; mais la réaction du roi africain fut prompte et judicieuse : il rejoint le camp du général romain Pompée déclaré hostile à l'empereur Jules César. Le Numide profita de cet élan guerrier et fit des incursions à l'Est vers les anciens territoires carthaginois, à l'intérieur même des terres que Rome avait annexées.
Le projet ancestral, tellement cher à Massinissa et Jugurtha, renaissait chez Juba 1er qui prendra le contrôle de la ville d'Utique (Nord de la Tunisie). Il va plus loin encore puisqu'il étendra sa conquête sur la côte, vers l'Est et à l'intérieur des terres. Face à ces évènements, le Sénat romain décide d'intervenir et réclame une réaction immédiate de César. Celui-ci, parti avec son armée vaincre les Gaulois et capturer leur chef : Vercingétorix. Après avoir conquis la Gaule puis franchi le Rubicon pour pénétrer en Italie, Jules César se décide enfin à affronter ce monarque africain zélé. Rome avait subi les pires défaites de ce premier siècle : coup sur coup, toutes les armées romaines dépêchées d'Italie sont décimées.

En 47 av. J.-C, le dictateur César se rend donc en Afrique à la tête de plusieurs légions pour affronter les fidèles de ses ennemis, Pompée et le général romain Scipion qui s'y trouvaient. Devant la puissante force de happe de l'armée commandée par le dictateur romain, ces derniers ne tardèrent pas à solliciter le secours de l'Aguellid Juba 1er. Quand l'armée numide et ses robustes guerriers se rendaient sur les champs de bataille appuyés par des centaines d'éléphants, leurs adversaires pouvaient s'attendre à de rudes moments.
La guerre se poursuivra près d'une année entre d'un côté Jules César et de l'autre Pompée et Scipion, renforcé par Juba 1er à la tête de son armée. Seulement, sans soutien des Pompéiens déroutés par l'armée romaine de César, la résistance numide est abattue, non sans mal. C'est finalement à la bataille de Thapsus (Tunisie) sur le sol Carthaginois que César sortira vainqueur du roi numide en l'an 46 av. J.-C.

Après cette défaite, Juba 1er revint vers sa capitale Zama qui était située au sud-est de la grande cité de Cirta, mais les habitants lui interdirent d'entrer dans la ville. Ils se rappelèrent qu'avant de partir au combat, le roi leur avait demandé de lui fermer les portes de sa capitale s'il perdait la guerre contre le Romain. Juba 1er, aux pieds des remparts de sa ville, réclama en vain à ses sujets de lui rendre ses femmes et ses enfants.
Afin de ne pas tomber entre les mains de Jules César, il fut par choisir le même sort que son ami et allié romain Caton d'Utique : le suicide.

Par son indocilité légendaire et son combat pour le royaume que désirait libre et prospère, le roi numide Juba 1er a marqué l'histoire de la Méditerranée, tels ses ancêtres Massinissa et Jugurtha.

Sources[modifier | modifier le code]