Juan Santos Atahualpa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait du XVIIIe siècle.

Juan Santos Atahualpa (c. 1710 - c. 1756) Il fut le dirigeant quechua d'une importante rébellion indigène au Pérou. On dit qu'il faisait partie des descendants des Incas, qu'il est née à Cuzco et qu'il a été élevé par des Jésuites. Il apprit le castillan et le latin. On dit aussi qu'il aurait voyagé en Espagne, en Angola, en Angleterre et en France. Il retourna au Pérou et là il organisa en 1742 une révolte contre la domination espagnole.

Le soulèvement de Juan Santos survient dans un double contexte. D'abord celui des interférences missionnaires catholiques dans la région andine de l'Amazonie péruvienne, et plus particulièrement dans la zone du Cerro de la Sal ou Gran Pajonal. Ensuite celui d'une crise morale au Pérou colonial où se répandent les prophéties de Santa Rosa relatives au retour du règne inca. En fait, chez l'insurgé (appelé aussi "El Levantado"), on trouve un étonnant mélange de mysticisme néo-inca et de révolte anti-coloniale. Juan Santos surfe sur le mythe en vogue d'Incari (ou Incarri, Inkarri, Inkari) qui fait allusion à l'avertissement de l'Inca Atahuallpa peu avant son exécution et selon lequel le souverain reviendrait sur terre. Non négligeable non plus le rôle des prophéties Tupi Guarani qui évoquent la quête de la Terre sans Mal. Ceci est bien expliqué dans l'ouvrage "Incarrí, la prophétie du retour de l'Inca" de F. Windey (www.incari.net).

Sources[modifier | modifier le code]