Juan María Solare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Juan María Solare est un compositeur et pianiste, né à Buenos Aires (Argentine) le 11 août 1966[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Juan Maria Solare a d’abord étudié le piano puis la composition. Passionné de musique contemporaine, il se perfectionne auprès de grands artistes, comme Mauricio Kagel ou Karlheinz Stockhausen à la Hochschule für Musik und Tanz Köln (Cologne) et va approfondir son art avec Helmut Lachenmann à Stuttgart et auprès de très nombreux compositeurs et musiciens dont la liste est impressionnante. Il a composé des pièces pour la guitare, le piano, le quatuor à cordes, le bandonéon, ou la flûte. Juan Maria Solare est membre fondateur (Juin 1999) de l'ensemble pour improvisation Die Kugel. L'ensemble de son œuvre a été présenté dans le monde entier (près de 300 compositions).

En 1990, son quatuor à cordes Demeter a remporté le premier prix du concours annuel de composition organisé par la Promociones Musicales d'Argentine. En 1995, sa pièce de théâtre musical Black Bart, pour soprano solo, a été choisie par Hans-Joachim Hespos (Allemagne) dans un concours international de composition d'une minute.

Il obtient trois mentions spéciales dans le cadre du premier Concours de Composition Juan Carlos Paz, organisé par le Fondo Nacional de las artes d'Argentine en 1996.

Evoquons aussi la Mention spéciale au Concours de composition 1999 de la British & International Bass Forum (BIBF), pour sa partition, El Caballero de la triste figura. En juin 2000 son Nenia in memoriam Franze Juan Pedro a été présenté à Amsterdam dans la Tribune Internationale des Compositeurs (UNESCO) pour les producteurs de quelque 35 stations de radio.

Son Viaje Nocturno por el mar a remporté la mention spéciale dans le troisième concours de composition pour guitare Mangoré Agustin Barrios, organisé par Yagé (Salzbourg, Autriche) et Aspekt SALZBURG. Il a enseigné l'harmonie, le contrepoint, la morphologie, l'histoire de la musique, la musique de chambre et l'acoustique au Conservatoire de Tandil (Argentine), et donne aussi des cours privés dans les techniques du XXe siècle (à la SEAD : Salzburg Experimental Academy of Dance, Ateneo de Madrid, Institut für Neue Musik und Musikerziehung Darmstadt, Semaine Internationale de la Guitare Nantes). Juan Maria Solare donne occasionnellement des conférences publiques sur ces sujets.

Depuis janvier 2002 il donne des cours de piano à la Musikschule, à Brême en Allemagne, il mène un groupe de musique de chambre (Orquesta No Típica) consacré au tango à l'Université de Brême et il enseigne également la musique théâtre dans l’ensemble Kagel.

Ce passionné de jeux d’échecs est correspondant de plusieurs journaux et magazines musicaux pour lesquels il collabore intensément, en Espagne et en Argentine. Il vit actuellement à Brême, en Allemagne.

Referencias[modifier | modifier le code]

  • Cabello, Natalia. 2006. "Sobre 'Pasaje Seaver' de Juan María Solare". Conservatorio Municipal Manuel de Falla, Buenos Aires.
  • Choong Cheong, Yew. 2009. "An introduction to the solo piano works of three Latin American composers: Miguel del Aguila, Tania León and Juan María Solare", West Virginia University (College of Creative Arts), EEUU. Tutor: Dr. David Taddie.
  • Heward, Maria. 2008. "Argentine Piano music since 2000". BYU (Brigham Young University), USA.
  • Liberatori, Ligia. 1999. "Solare, Juan María". Emilio Casares Rodicio (coordinador), "Diccionario de Música Española e Hispanoamericana", vol 9 (Madrid, 2002), págs. 1112-1113.
  • Peltzer Meschini, Carolina María & Zucherino, Leticia. 2008. "Reflexiones Sobre la Notación Musical en la Música Contemporánea Argentina". Universidad nacional de La Plata (UNLP), Argentina.
  • Piehl, Cecilia Irene. 2007. "Argentinean Music for Flute Alone: an Annotated Bibliography". University Alabama, USA.
  • Piñero Gil, Carmen Cecilia. "caballero de la triste figura (jinete de quimérica montura), El". Voz en la Gran Enciclopedia Cervantina, pág. 1601. Centro de Estudios Cervantinos, Editorial Casalia.
  • Piñero Gil, Carmen Cecilia. 2009. El caballero de la triste figura (jinete de quimérica montura): monólogo quijotesco de Juan María Solare. II CONGRESO INTERNACIONAL CERVANTES Y EL QUIJOTE EN LA MÚSICA DEL SIGLO XX. TRADICIÓN Y VANGUARDIA. MÚSICAS CERVANTINAS EN AMÉRICA. Ponencia presentada el 4 de noviembre de 2009, Universidad Autónoma de Madrid (España).
  • Ruiz, Nora. 2008. "La relación entre la astronomía y la música académica argentina a partir del siglo XX". Departamento de Artes Sonoras y Musicales "Carlos López Buchardo", IUNA (Instituto Universitario Nacional del Arte), Buenos Aires.
  • Sauer, Theresa. 2007. "Notations 21" (incluye su obra 'Palinsesto Senso'). American Musicological Association, USA.
  • Solare, Juan María. 2001. "Sáenz (Amadeo), Pedro (Alejo)". The New Grove Dictionary of Music and Musicians, ed. S. Sadie and J. Tyrrell. London: Macmillan.
  • Solare, Juan María. 2009. Die Neugierde ist grenzenlos (ein posthumes Interview mit Mauricio Kagel). Revista KunstMusik, Ed. Maria de Alvear & Raoul Mörchen. Köln: Maria de Alvear World Edition. ISSN 1612-6173. (págs. 10-39)
  • Stashik, Katharina. 2005. "Die Verwendung des Saxophons in der zeitgenössischen Musik nach 1970. Eine Analyse". Hochschule für Musik Köln (Alemania).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) http://www.ciweb.com.ar/Solare/index.php

Liens externes[modifier | modifier le code]