Juan José de Amézaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan José de Amézaga
Image illustrative de l'article Juan José de Amézaga
Fonctions
24e président de la
République orientale de l'Uruguay
1er mars 19431er mars 1947
Vice-président Alberto Guani
Prédécesseur Alfredo Baldomir
Successeur Tomás Berreta
Biographie
Nom de naissance Juan José de Amézaga Landaraso
Date de naissance 28 janvier 1881
Lieu de naissance Montevideo, Uruguay
Date de décès 21 août 1956
Lieu de décès Montevideo, Uruguay
Nationalité uruguayenne
Parti politique Parti Colorado
Conjoint Celia Álvarez Mouliá
Profession Juriste
Résidence Residencia de Suárez

Juan José de Amézaga
Présidents de la
République orientale de l'Uruguay

Juan José de Amézaga (1881-1956) fut un professeur de droit et homme politique uruguayen, membre du Parti Colorado. Il fut président de l'Uruguay du 1er mars 1943 au 1er mars 1947.

Il représenta la ville de Durazno à la Chambre des députés de 1907 à 1915, avant d'être Ministre de l'industrie et ambassadeur auprès de la Société des Nations (SDN). Candidat du Parti Colorado, il fut élu président en novembre 1942. Un référendum tenu le même jour permit de réintroduire certains éléments démocratiques qui avaient été supprimés depuis le coup d'État de Gabriel Terra en 1933.

Son mandat présidentiel entre 1943 et 1947 fut le premier à être entièrement constitutionnel depuis 1933 et fut marqué par le rétablissement des droits politiques. Son gouvernement, qui incluait des blancos indépendants, tel Eduardo Rodríguez Larreta aux Affaires étrangères, réforma également les droits sociaux: en 1943, un conseil salarial réunissant des représentants des employeurs, des syndicats et de l'État fut instauré pour la négociation et la fixation des salaires; un programme pour l'encouragement de la famille fut introduit; les travailleurs agricoles furent inclus dans le système de retraites. En 1945, le parlement uruguayen vota une loi qui accorda des congés payés à l'ensemble des travailleurs. En 1946 enfin, la condition des travailleurs agricoles fut encore améliorée et les femmes obtinrent l'égalité des droits.

En février 1945, l'Uruguay déclara la guerre à l'Allemagne et au Japon, mais n'envoya pas de troupes au combat.

En 1947, il céda la place à son successeur Tomás Berreta.