Juan José Cobo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cobo Acebo est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Cobo ; le second, maternel, souvent omis, est Acebo.
Juan José Cobo Acebo
Image illustrative de l'article Juan José Cobo
Cobo lors du prologue du Critérium du Dauphiné 2012
Informations
Nom Cobo Acebo
Prénom Juan José
Surnom Le bison
Date de naissance 11 février 1981 (33 ans)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Équipe actuelle Torku Şekerspor
Spécialité Courses par étapes
Équipe amateur
Équipe professionnelle
2004-2008
2009
2010
2011
2012-2013
2014-
Saunier Duval
Fuji-Servetto
Caisse d'épargne
Geox-TMC
Movistar
Torku Şekerspor
Principales victoires
1 grand tour

Jersey red.svg Tour d'Espagne 2011
1 classement annexe de grand tour
Jersey white.svg Classement du combiné du Tour d'Espagne2011
1 course à étapes
Tour du Pays basque 2007
3 étapes dans les grands tours
Tour de France (1 étape)

Tour d'Espagne (2 étapes)

Juan José Cobo Acebo, né le 11 février 1981 à Torrelavega, est un coureur cycliste espagnol membre de l'équipe Torku Şekerspor. Il est professionnel depuis 2004, il s'est notamment illustré en gagnant le Tour d'Espagne 2011.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et années amateurs[modifier | modifier le code]

En 2003, Juan José Cobo est champion d'Espagne du contre-la-montre espoir. Il est sélectionné en équipe nationale des moins de 23 ans pour les championnats d'Europe, à Athènes en août, et pour les championnats du monde à Hamilton, au Canada, en octobre. Aux championnats d'Europe, il se classe quatrième du contre-la-montre, à 30 secondes du vainqueur Markus Fothen[1]. Aux championnats du monde, il participe, avec Isidro Nozal, au contre-la-montre dont il prend la 33e place[2], et à la course en ligne, qu'il ne termine pas[3]. En septembre, il intègre en tant que stagiaire l'équipe professionnelle Vini Caldirola[4].

2004-2006 : Débuts professionnels chez Saunier Duval[modifier | modifier le code]

En 2004, Juan José Cobo devient professionnel dans la nouvelle équipe espagnole Saunier Duval, dirigée par Mauro Gianetti, dirigeant en 2003 de Vini Caldirola. Il y retrouve deux directeurs sportifs de cette équipe, ainsi que le coureur David de la Fuente[5],[6]. Son meilleur résultat durant cette saison est une neuvième place lors de la Japan Cup.

En 2005, il participe à son premier grand tour, le Tour d'Italie.

2007-2008 : Révélation au haut-niveau[modifier | modifier le code]

Au printemps 2007, il obtient ses premières victoires professionnelles lors du Tour du Pays basque. Aligné sur cette course pour y aider José Ángel Gómez Marchante et Koldo Gil. Il s'impose lors de la première étape en sortant seul de son groupe d'échappés dans la dernière côte, puis lors de la cinquième étape, en montagne. Il assure sa victoire au classement général lors du contre-la-montre de la dernière étape, dont il prend la troisième place derrière Samuel Sánchez et Alberto Contador[7]. Il participe au Tour de France dans l'optique d'une victoire d'étape. Il termine finalement le Tour avec un bon classement final (20e).

En 2008, toujours chez Saunier Duval, il réalise un début de saison plus discret mais finit deuxième de l'étape arrivant à Hautacam, derrière son coéquipier Leonardo Piepoli. Malgré cette très bonne performance dans ce qui était la première grande étape de montagne du Tour de France, Cobo fut contraint de quitter la Grande Boucle avec son équipe, suite au contrôle positif de l'Italien Riccardo Riccò. La formation Saunier-Duval devint Scott-American Beef en fin de saison, mais cette équipe ne fut pas invitée sur la Vuelta 2008.

2009 : Fuji-Servetto[modifier | modifier le code]

L'équipe est devenue la Fuji-Servetto au début de la saison 2009. Cobo y est resté fidèle. Les organisateurs des trois grands tours refusent d'inviter l'équipe aux compétitions qu'elles organisent. Cobo ne peut donc pas participer au Tour de France. Il participe alors au Tour d'Autriche où il finit 67e[8]. Fuji-Servetto obtient du Tribunal arbitral du sport le droit de participer au Tour d'Espagne[9]. Juan José Cobo en remporte la 19e étape et termine à la dixième place du classement général.

2010 : Passage chez Caisse d'Epargne[modifier | modifier le code]

2011 : Retour sous les ordres de Gianetti, victoire au Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Après une saison 2010 manquée, il revient en 2011 dans la formation dirigée par Mauro Gianetti, désormais appelée Geox-TMC, espérant y retrouver son meilleur niveau[10].

En 2011, il s'illustre en remportant le Tour d'Espagne et la 15e étape au terme de l'ascension de l'Angliru. Lors de cette étape, il attaque à 6 km de l'arrivée et s'impose en solitaire. Cette performance a suscité la surprise et le doute de la part de consultants comme Jean-François Bernard[11] ou Bertrand Duboux[12], rappelant ses faibles performances depuis son départ de l'équipe Saunier Duval.

2012-2013 : Chez Movistar[modifier | modifier le code]

En 2012, Juan José Cobo rejoint l'équipe Movistar[13]. Son retour chez Eusebio Unzué n'est pas concluant, trentième du Tour de France et soixante-septième de la Vuelta. En 2013, le Tour d'Italie est l'objectif de sa saison. Mais dès le contre-la-montre par équipes du deuxième jour, un coup reçu sur son genou lui ôte tout espoir de bien figurer. Il l'achève au 116e rang. La suite de sa saison est le reflet de ce Giro. Il ne dispute plus que six courses et n'en terminera qu'une seule. Au terme d'une année, où il court seulement 58 jours de compétition, sa formation ne le conserve pas dans son effectif[14].

2014 : Torku Şekerspor[modifier | modifier le code]

La crise économique que traverse le cyclisme espagnol et l'absence de résultats ces deux dernières années font qu'au mois de décembre 2013, il est toujours sans contrat, essuyant de nombreux refus. Il cherche, alors, une solution à l'étranger, dans une équipe continentale[15]. Il le trouve en Turquie, grâce au soutien de David de la Fuente qui lui ouvre les portes de son équipe. Il y côtoie des hommes d'expérience comme Serhiy Grechyn, Yuriy Metlushenko ou Andrey Mizourov. Cobo a pour objectif de reprendre du plaisir sur un vélo et retrouver son meilleur niveau[14], sans penser à 2015 et rejoindre une hypothétique grande équipe[16]. Il faut attendre début avril, pour que Cobo puisse entamer sa saison, au Tour international de l'île de Crète, où il s'impose dans l'ultime étape. Il termine, également, troisième au classement général final, remporté par son équipier De la Fuente[17].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 2007 : 20e
  • 2008 : retrait de la course avec toute l'équipe Saunier-Duval et vainqueur de la 10e étape
  • 2012 : 30e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : abandon (14e étape)
  • 2013 : 116e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Race 1 - August 15: Individual Time Trial, 24/32 km (W/M) », sur cyclingnews.com,‎ 15 août 2003 (consulté le 20 septembre 2011)
  2. (en) « Fothen adds to Germany's gold haul », sur cyclingnews.com,‎ 8 octobre 2003 (consulté le 20 septembre 2011)
  3. (en) « Lagutin Leaps In; Uzbeki Rider On Top Of The World », sur cyclingnews.com,‎ 11 octobre 2003 (consulté le 20 septembre 2011)
  4. (en) « Stagiaires for 2003 », sur cyclingnews.com,‎ 1er septembre 2003 (consulté le 20 septembre 2011)
  5. (en) « Three more for Saunier Duval », sur cyclingnews.com,‎ 17 octobre 2003 (consulté le 20 septembre 2011)
  6. (en) « Saunier Duval-Prodir seeks success for first season », sur cyclingnews.com,‎ 25 janvier 2004 (consulté le 20 septembre 2011)
  7. (en) « Cobo races to overall victory, Sánchez nails TT win », sur cyclingnews.com,‎ 14 avril 2007 (consulté le 22 septembre 2011)
  8. « Classement général du Tour d'Autriche 2009 », sur http://www.oesterreich-rundfahrt.at (consulté le 13 juillet 2009)
  9. (en) « Fuji-Servetto wins appeal for Vuelta entry », sur cyclingnews.com,‎ 31 juillet 2009 (consulté le 22 septembre 2011)
  10. (en) « Cobo signs for Geox-TMC », sur cyclingnews.com,‎ 17 novembre 2011 (consulté le 20 septembre 2011)
  11. «Cobo ? C'est un peu gros», sur l'Equipe.fr, 5 septembre 2011
  12. «Cobo émerge sur l’Anglirù et le doute avec», sur Yahoo.fr, 5 septembre 2011
  13. « Juan José Cobo signe 2 ans chez Movistar », sur cyclismactu.net,‎ 30 décembre 2011 (consulté le 1er janvier 2012)
  14. a et b (es) « Juanjo Cobo ficha por el Torku continental turco », sur www.biciciclismo.com,‎ 5 décembre 2013 (consulté le 6 décembre 2013)
  15. (es) « Cobo: “Quizás haya que dar un paso atrás para volver a estar con los mejores” », sur www.biciciclismo.com,‎ 2 décembre 2013 (consulté le 7 décembre 2013)
  16. (es) « Juanjo Cobo encuentra equipo: “Depende de mí volver al mejor nivel” », sur www.biciciclismo.com,‎ 6 décembre 2013 (consulté le 7 décembre 2013)
  17. (es) « Cobo gana la última etapa y De la Fuente se lleva el Tour de Creta », sur www.biciciclismo.com,‎ 7 avril 2014 (consulté le 13 avril 2014)
  18. L'étape est attribuée à Cobo après déclassement de Piepoli pour dopage ([1])

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :