Juan Francisco de la Cerda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Juan Francisco de la Cerda Enríquez de Ribera, 8e duc de Medinaceli par Claudio Coello (Museu Nacional d'Art de Catalunya).

Juan Francisco de la Cerda Enríquez de Ribera, 8e duc de Medinaceli, 7e marquis de Cogolludo, 4e marquis d'Alcalá de la Alameda, 6e duc d'Alcalá de los Gazules, 9e comte de Los Molares, 9e marquis de Tarifa, 8e comte d'El Puerto de Santa María, né à Medinaceli le 4 novembre 1637 et mort à Madrid le 20 février 1691, est un aristocrate et homme politique espagnol du XVIIe siècle. Il est le valido du Roi Charles II d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Don Juan Francisco est le fils d'Antonio de la Cerda, 7e duc de Medinaceli et d'Ana María Luisa Enríquez de Ribera Portocarrero y Cárdenas, 5e duchesse d'Alcalá de los Gazules. Par son mariage à Catalina de Aragón, Don Juan Francisco ajoute les titres de duc de Segorbe, Cardona et Lerma à ceux de la Maison de Medinaceli.

Le roi Charles II d'Espagne ne disposait pas des facultés mentales pour régner sur le pays. En 1677, son demi-frère illégitime, Juan José d'Autriche, fait chasser la Reine-mère Marie-Anne de la Cour, et se nommé premier ministre. De grands espoirs naissent au moment de sa prise de pouvoir, mais son gouvernement sera court et décevant, don Juan décède le 17 septembre 1679.

Comme ses prédécesseurs, Don Juan Francisco est un serviteur loyal de la couronne d'Espagne, et à la mort de Juan José d'Autriche, il devient le favori du roi Charles II. Il réforme l'économie du pays de manière draconienne par la création de la Junta de Comercio y Moneda, mais les dévaluations monétaires qu'il décide conduisent à un effondrement des prix et à une forte spéculation sur les, ce qui conduira à plusieurs banqueroutes.

Dans plusieurs régions d'Espagne, des émeutes de la faim éclatent, conduisant à l'humiliant Trêve de Ratisbonne avec la France, et à la démission de Don Juan Francisco. Il se retire de la politique et décède en 1691. Tous ses titres passent à son fils, Luis Francisco de la Cerda.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]