Juan Benet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benet (homonymie).

Juan Benet est un écrivain espagnol né le 7 octobre 1927 et décédé le 5 janvier 1993.

Biographie[modifier | modifier le code]

Benet est né à Madrid. Son père avocat est fusillé au début de la guerre civile espagnole. Il entre dans l'école d'ingénierie civile de Madrid en 1948. En 1953, il travaille comme ingénieur en Finlande et publie une pièce de théâtre, Max. Il publie un recueil de nouvelles à son compte.

En 1966, il entre au ministère de l'équipement espagnol, où travaillait aussi son ami le poète Ángel González. Fin 1967, il publie Tu reviendras à Région, roman dans lequel il crée un territoire mythique qu'il reprendra dans d'autres romans. Il s'inpire en cela de William Faulkner, Gabriel García Márquez, Juan Carlos Onetti ou Juan Rulfo.

Son écriture complexe lui vaut l'admiration de ses pairs écrivains, et plusieurs auteurs espagnols témoigneront de leur dette envers lui, comme Eduardo Mendoza, Javier Marías, Fernando Savater, Félix de Azúa, Álvaro Pombo. En 1969, il reçoit le prix Bibliteca Breve pour Une méditation, roman écrit sans alinéas.

Sa femme Nuria, avec qui il avait eu quatre enfants, décède en 1974. Il publie un livre sur la guerre d'Espagne. En 1980, il publie les deux romans qui sont considérés comme ses chefs-d'œuvre : Saúl ante Samuel et L'Air d'un crime. Il reçoit le prix de la Critique en 1984 pour le premier tome de Herrumbrosas lanzas.

En 1992, les médecins détectent une tumeur cérébrale, dont il meurt en 1993.

Citation[modifier | modifier le code]

« Je crois fermement qu’aussi longtemps qu’existeront des gens comme Alexandre Soljenitsyne, les camps de concentration devront continuer d’exister. Peut-être même devraient-ils être un peu mieux surveillés, afin que des personnes comme Alexandre Soljenitsyne ne puissent pas en sortir. » (cité par Jean-François Revel dans La Grande parade, Paris, Plon, 2000, p. 101.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1961 – Nunca llegarás a nada
  • 1966 – Tu reviendras à Région (Volverás a Región), éd. de Minuit, 1989.
  • 1967 – Une méditation (Una meditación), éd. Passage du Nord-Ouest, 2007.
  • 1970-1973 – Une journée d'hiver (Un viaje de invierno), Puerta de tierra, Teatro, Una tumba, La otra casa de Mazón et Sub rosa.
  • 1971 – Une tombe (Una tumba), éd. de Minuit, 1990.
  • 1976 – Qué fue la guerra civil
  • 1980 – Saúl ante Samuel
  • 1980 – L'Air d'un crime (El aire de un crimen), éd. de Minuit, 1987 ; rééd. 10-18, 1997 — finaliste du Prix Planeta en 1980.
  • 1981 – Treize fables et demie (Trece fábulas y media), éd. Passage du Nord-Ouest, 2003.
  • 1983-1986 – Les Lances rouillées (Herrumbrosas lanzas) (inachevé), éd. Passage du Nord, 2011.
  • 1987 – L'Automne à Madrid vers 1950 (Otoño en Madrid hacia 1950), éd. Noël Blandin, 1989.
  • 1989 – Dans la pénombre (En la penumbra), éd. de Minuit, 1991.
  • 1990 – La Construction de la Tour de Babel (La construcción de la torre de Babel), éd. Noël Blandin, 1992, réédition La République des Lettres, 2012.
  • 1991 – Le Chevalier de Saxe (El caballero de Sajonia), éd. Passage du Nord-Ouest, 2005.