Juan Belmonte Campoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Juan Belmonte Campoy
Présentation
Nom de naissance Juan Belmonte y Campoy
Apodo Juan Belmonte Campoy
Naissance
à Madrid
Décès (à 57 ans)
à Fontarrabie
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative 12 septembre 1938 à Salamanque
Parrain Marcial Lalanda
Confirmation d'alternative 12 octobre 1939 à Madrid
Fin de carrière 1947
Entourage familial
Père Juan Belmonte

Juan Belmonte y Campoy couramment appelé « Juan Belmonte Campoy » né à Madrid (Espagne) le , mort à Fontarrabie (Espagne, Guipuscoa) le , était un matador espagnol. Il est présenté comme le « fils naturel de Juan Belmonte », toutefois les biographes restent muets sur la mère inconnue.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il commence en 1935 comme becerrista dans une cuadrilla infantíl avec José Ignacio Sánchez Mejías, fils de Ignacio Sánchez Mejías. L'année suivante, il devient novillero et participe à une cinquantaine de novilladas avant de prendre l'alternative le à Salamanque avec pour parrain Marcial Lalanda et pour témoin Domingo Ortega, face à un taureau d'Antonio Perez. Alternative confirmée le , avec toujours pour parrain Marcial Lalanda face à un taureau de San Fernando[1].

Celui qu'on appelait familièrement Juanito Belmonte avait un nom lourd à porter[2]. Pourtant, même s'il n'atteignit jamais la classe de son père, il montra une certaine rigueur technique à la muleta et une grande honnêteté. Il toréait près des cornes et parvenait à soulever beaucoup d'émotion dans le public. Pendant cinq ans, il connut le succès et il toréa au moins autant que Manolete ou Domingo Ortega pendant les années 1941, 1942 et 1943.

Lorsqu'il mit fin à sa carrière, il avait tué 750 taureaux[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, ouvrage collectif sous la direction de Robert Bérard, Bouquins Laffont, Paris, 2003, p. 314 (ISBN 2-221-09246-5)
  2. a et b Auguste Lafront - Paco Tolosa : « Encyclopédie de la corrida », éditions Prisma, 1950, p. 43

Voir aussi[modifier | modifier le code]