Jovençan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jovençan
Vue d'ensemble du territoire communal
Vue d'ensemble du territoire communal
Nom francoprovençal Dzouènçan
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Valle d'Aosta-Stemma.svg Vallée d'Aoste 
Province Blason ville It Aoste.svg Aoste 
Syndic Sandro Pépellin
2010
Code postal 11020
Code ISTAT 007038
Préfixe tel. 0165
Démographie
Gentilé Jovençois
Population 765 hab. (31-12-2010[1])
Densité 128 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 43′ 00″ N 7° 16′ 00″ E / 45.71667, 7.2666745° 43′ 00″ Nord 7° 16′ 00″ Est / 45.71667, 7.26667  
Superficie 600 ha = 6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Jovençan

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Jovençan

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Jovençan
Liens
Site web http://www.comune.jovencan.ao.it/

Jovençan est une commune alpine de la Vallée d'Aoste en Italie du Nord. Elle fait partie de la communauté de montagne Mont-Émilius.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Jovençan s'étend à l'envers, sur la droite orographique de la Doire baltée, vers la limite sud-occidentale de la plaine aostoise.

Localisation de la commune de Jovençan à l'intérieur de la Vallée d'Aoste


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme latin est Fundus Joventianus[2].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de Jovençan relève essentiellement de l'agriculture et de l'élevage. L'industrie vinicole est développée, avec la production du Gamay, du Pinot noir et du Petit rouge.

La Société coopérative des fruits de Jovençan s'occupe de l'aménagement des vergers (surtout pommiers) depuis 1967.

L'activité d'élevage concerne les bovinés et parfois aussi les ovins.

Monuments et lieux d'intérêt[modifier | modifier le code]

Au hameau Pompiod se trouvent un four de 1893 et la chapelle Sainte-Barbe[3].

La chapelle Saint-Gothard date de la fin du XVIIe siècle.

L'église paroissiale avec son clocher roman dominent le bourg. Elle a été rebâtie en 1452 par volonté du curé Sulpice de la Tour de Gressan, tandis que les fresques sont des frères Artari. L'église a été agrandie vers la fin du XIXe siècle.

Le promontoire de Châtelair, où se situent la Tour des Salasses, les fondations du château des tyrans et l'église Saint-Georges-en-Châtelair.

Le promontoire de Châtelair représente le lieu d'intérêt principal sur la commune, il se situe près de la route communale 20 pour Aymavilles. Selon la légende, ici se trouvait la capitale des Salasses, Cordèle. Ici se trouvent également l'église de Saint-Georges-en-Châtelair, bâtie en 1661, après la peste de 1630, en tant que chapelle du château de la famille de Jovensano, et restaurée récemment, la tour des Salasses (ou Maison forte de Pompiod) et le château des tyrans.

Vers la moitié des années 2000, l'administration communale a fourni des installations d'éclairage pour la valorisation de ce site. Une proposition avancée récemment (2011), indique la possibilité de consacrer le promontoire à un jardin botanique lié à la Maison des anciens remèdes. Du point de vue archéologique, le site est encore peu étudié, si l'on exclut des hypothèses confirmant la présence d'installations humaines antiques[4].

La commune a acheté en 2005 les ruines du vieux moulin du hameau Lillaz dans la perspective de la valorisation du site, tandis que le bâtiment dénommé en patois jovençois Baou de la Cura (en français, Grange de la paroisse), au hameau Les Adam, exemple typique d'architecture valdôtaine rurale, a été rénové et accueille depuis février 2011 le centre d'études de médecine traditionnelle La maison des anciens remèdes.

Personnalités liées à Jovençan[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

À Jovençan se trouve le siège de la compagnie théâtrale "La Ville de Cordèle"", en patois francoprovençal valdôtain.

Sport[modifier | modifier le code]

Dans cette commune se pratique la rebatta, l'un des sports traditionnels valdôtains.

Culture[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Voir lien externe au fond de l'article.

Société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Administration[modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
18 juin 1946 28 mai 1961 Grat Quendoz   Syndic
28 mai 1961 13 juin 1965 Jean Ollier   Syndic
13 juin 1965 1er juillet 1970 Baptiste Montrosset   Syndic
1er juillet 1970 3 juillet 1975 Aldo Quendoz   Syndic
3 juillet 1975 30 mai 1985 Calliste Bionaz   Syndic
30 mai 1985 29 juillet 1988 Dino Viérin   Syndic
29 juillet 1988 25 janvier 1991 Alexandre Pépellin   Syndic
25 janvier 1991 7 mai 2000 Franco Montrosset   Syndic
7 mai 2000 en cours Sandro Pépellin Liste civique Syndic
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

En ordre de la colline vers la Doire Baltée :

Bren, Champailler, La Prému, Turc, Verméneusaz, Pré Cognein, Turlin, Rollandin, Mont-Corvé, Plot de la Corne, Montrosset, Pendine, Gros Beylan, Les Adam (chef-lieu), Jobel, Turille, Pompiod, Pingaz, Grummel dessous, La Plante, Le Clou, Pessolin, Étral, Rotin, Chandiou

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Aymavilles, Gressan, Sarre

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Vallée d'Aoste autrefois, recueil d'ouvrages de Robert Berton, 1981, Sagep éd., Gênes.
  3. Mon clocher. Paroisse de Jovençan, L'Echo de nos montagnes. Bulletin paroissial du Diocèse d'Aoste, XXXV, n.12, Issogne : Typographie paroissiale, décembre 1994, pages 76–80.
  4. Jovençan, ouvrage publié à l'occasion du XXVIIe Concours Cerlogne, Jovençan, 8-9-10 mai 1989, avec la collaboration d'Alexandre Pépellin et d'André Colliard, Quart (Aoste): Musumeci éd., 1989.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Jovençan.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]