Journaliste reporter d'images

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Journaliste reporter d'images
Riot PetionVille.jpg

Mission de la MINUSTAH en 2007 avec un reporter cameraman.

Code ROME (France)
E1106

Le journaliste reporteur d'images (JRI) est un journaliste de télévision ou d'agences d'images vidéo. La France est un des rares pays qui reconnait cette spécialité journalistique car dans les autres pays il s'agit de caméramen,de producteurs, etc. Son travail consiste à se déplacer sur le lieu de l'événement ou d'un entretien, tourner les images et éventuellement à écrire le commentaire d'un reportage voire d'en réaliser le montage, que ce soit pour un journal télévisé ou pour un magazine de reportages. Bien que polyvalent, le JRI ne travaille pas forcément seul. Il peut être accompagné d'un journaliste rédacteur parfois aussi d'un preneur de son. Cependant, du fait du développement du nombre de chaînes de télévision et de la puissance des outils numériques, certains JRI assurent souvent la fabrication complète du sujet. Ainsi, en partant seul en reportage, il est aussi chargé de la prise de son et du montage.

Généralement, le JRI travaille dans les rédactions des journaux télévisés (les JT). Il y exerce son métier avec des compétences différentes en fonction du budget et de la chaîne. Sur les trois grandes chaînes françaises, TF1, France 2 et France 3, le JRI est chargé de la prise de vues et parfois du commentaire de son reportage. Sur les chaînes privées ayant une autre politique rédactionnelle, financière, le JRI est aussi amené à réaliser lui-même la prise de son, le montage, la diffusion depuis un car satellite (DSNG), un ordinateur, une autre régie d'une chaîne extérieure et parfois (mais plus rarement) la présentation sur le plateau du JT de son reportage.

Le JRI travaille aussi dans des agences de presse audiovisuelle. Celles-ci sont regroupées au sein d'un syndicat, le SATEV. Certaines de ces entreprises ont plus de vingt ans d'existence : CAPA, Galaxie presse, Sunset, Tony Comiti Productions. D'autres sont plus récentes comme : Camicas, TSVP. Ces agences travaillent sur des formats longs, souvent de 26 à 90 minutes, pour des émissions telles que Des racines et des ailes, Envoyé spécial, Zone interdite... en collaboration avec les rédactions internes des chaînes.

Le JRI possède le statut de journaliste, comme son nom l'indique et il est titulaire de la carte de presse et n'a pas comme son confrère rédacteur une carte de stagiaire pendant un an du fait de sa spécialisation dans l'image (source CCIJP). En 1984, le terme de JRI a remplacé celui de reporter cameraman. Une décision ministérielle avait décidé de supprimer tout terme « franglais » dans les définitions des professions. Une dénomination alternative plus ancienne était « cadreur » à une époque où son statut le réduisait à n'être que technicien et pas encore journaliste. Pour travailler il lui faut sa carte d'identité professionnelle, carte de presse mais pour l'obtenir il faut travailler.

En France, il existe une association représentant les JRI : La compagnie du filament, qui vise à favoriser la reconnaissance de leur savoir-faire. Les journalistes reporteurs d'images peuvent comme leurs confrères rédacteurs devenir grands reporters, rédacteurs en chef adjoint, rédacteurs en chef, chefs d'édition, responsables d'édition ou chefs du planning des JRI, selon les chaînes. Ils sont aussi représentés dans les différents syndicats professionnels et pour certains appartiennent en plus à des associations de journalistes spécialisés : association des journalistes sportifs français, européens, du patrimoine, scientifiques, de la Défense nationale, Reporters Sans Frontières,etc.

Le JRI est un journaliste spécialisé dans l'image, sa formation initiale est la même que celle d'un rédacteur. Sa formation passe par des écoles de journalismes reconnues qui délivrent un master de journalisme et un diplôme universitaire supplémentaire pour le JRI. La durée des études est d'un minimum de deux ans dans ces écoles pour les rédacteurs et d'une année supplémentaire pour les JRI. Pour accéder à ces formations il faut être titulaire du baccalauréat, du concours d'entrée spécifique à ces écoles. Le niveau à la sortie va de bac + 4 à bac + 6 voir 7 pour certains candidats ! Certains continuent et obtiennent un doctorat en information. Il existe aussi la Valorisation des Acquis de l'Expérience (VAE) qui permet à ceux qui n'ont pas fait d'école de journalisme (ils sont de plus en plus rares) de valider leur expérience professionnelle par validation de leur dossier par une université en répondant à certains critères demandés dans le dossier d'inscription. Ils passent devant une commission universitaire avec des représentants de leur profession et d'autres personnalités de la société civile. Sa rémunération dépend de son statut, de l'organisme de presse ou de la chaîne (locale, régionale, nationale, privée ou public) où il est employé : pigiste, CDD, au cachet, CDI.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Modèle:Traducido ref