Journal de 13 heures de France 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Journal de 13 heures de France 2
Logo de l'émission
Logo de l'émission

Autre titre francophone 13 HEURES
Genre Journal télévisé
Périodicité Quotidienne
Réalisation Jean-Marc Stabler
Présentation Élise Lucet (du lundi au vendredi depuis 2005)
Laurent Delahousse (le samedi et le dimanche depuis 2007)
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Production
Lieu de tournage France Télévisions
Durée environ 45 minutes en semaine et 15 minutes le week-end
Format d’image 480i (SDTV), 1080i (HDTV)
Diffusion
Diffusion France 2
Ancienne diffusion Antenne 2
Date de première diffusion 8 janvier 1979
Site web jt.france2.fr/13h/
Chronologie
Précédent Antenne 2 Midi

Le journal de 13 heures de France 2, symbolisé 13 HEURES, est un journal télévisé diffusé en direct à 12:59. Il est diffusé depuis 8 janvier 1979 sur Antenne 2 puis France 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le 6 septembre 2004, le journal de 13 heures est tourné dans l'atrium de France 2[1]. Plusieurs modifications sont apportées au plateau au cours de son existence: en septembre 2009, lorsque l'édition du 20 HEURES week-end arrive sur ce plateau[2]; ainsi qu'en janvier 2012, lorsque l'édition du 20 HEURES en semaine le rejoint également[3].

En cas de grève, celui-ci est tourné dans la régie finale, tout comme Télématin et le 20 HEURES.

En septembre 2014, le plateau du journal de France 2 devrait se moderniser avec un nouveau décor modulable qui servira également pour le 20 HEURES, mais aussi pour d'autres magazines de la rédaction[4].

Présentateurs[modifier | modifier le code]

Le journal est présenté en semaine, du lundi au vendredi, par Élise Lucet, et le week-end, samedi et dimanche, par Laurent Delahousse.

Pendant leurs congés, ils sont remplacés respectivement par Sophie Le Saint ou Nathanaël de Rincquesen ou bien encore par Marie-Sophie Lacaraux et par Marie Drucker le week-end.

Rubriques[modifier | modifier le code]

En semaine, la rubrique L'invité(e) des cinq dernières minutes (initiée en 2004) est consacrée à un invité qui fait l'actualité. Après l'interview, les chanteurs et les musiciens livrent une prestation en direct sur le petit plateau installé côté Seine, près de la verrière. Aussi en semaine, la rédaction propose chaque jour (du lundi au vendredi) un feuilleton qui s'intéresse à la culture ou à la société, divisé en cinq épisodes d'environ cinq minutes. Le week-end, le journal se termine à 13 h 15 avant un magazine (13 h 15, le samedi ou 13 h 15, le dimanche).

Polémiques[modifier | modifier le code]

Générique subliminal[modifier | modifier le code]

En 1988, Le Quotidien de Paris révélait que le générique des journaux d'information d'A2 contenait une image subliminale du visage de François Mitterrand. Le lendemain, William Leymergie (présentateur du 13 heures), recevait Elie Vannier (directeur de l'information) pour évoquer cette polémique. En effet au ralenti, on pouvait reconnaître le visage du président dans le logo d'Antenne 2. D'après Elie Vannier, ce n'était pas à cause du générique que François Mitterrand avait été élu aux élections de la même année :

«  Un matin (...) on a appris que le Quotidien de Paris avait révélé qu'il y avait une image subliminale de François Mitterrand dans le générique d'Antenne 2, et que dans ces conditions, l'élection présidentielle toute entière en avait été faussée. Alors on est tous allé dans une salle de montage, on a visionné image par image, plan par plan, et tout d'un coup au milieu du "2" de A2 est apparu d'une façon d'ailleurs pas très nette, la tête de Mitterrand. Y'avait bien l'image du Président de la République. Ca a été très douloureux pour le président d'Antenne 2 de l'époque qui s'appelait Claude Contamine. Claude Contamine avait été nommé en 86, essentiellement parce que c'était un vieux gaulliste. Et on l'avait nommé là, parce qu'on était sûr qu'il ne ferait pas la campagne de Mitterrand. Et patatras, le malheureux, toute la presse de droite et tous les électeurs de droite lui reprochaient d'avoir fait, volince dolince, la campagne de François Mitterrand.  »

Elie Vannier revenant sur la polémique dans l'émission TV+ en 1998 sur Canal+.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]