Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines
Type Journée internationale
Date 6 février
Lié à Convention relative aux droits de l'enfant, Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes

La Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines (MGF) est celle qu'en décembre 2012, l'Assemblée générale de l'ONU a engagé « les États, le système des Nations Unies, la société civile et tous les acteurs concernés » à continuer de célébrer le 6 février. L'Assemblée générale les engageait aussi à saisir l'occasion de cette journée pour intensifier les campagnes de sensibilisation et prendre des mesures contre ces mutilations[1].

C'est d'abord le 6 février 2003 que Stella Obasanjo (en), première dame du Nigeria et porte-parole de la Campagne contre la mutilation génitale féminine (en), fit la déclaration officielle sur la « tolérance zéro aux MGF » lors d'une conférence organisée par le Comité inter-africain sur les pratiques traditionnelles ayant un effet sur la santé des femmes et des enfants en Afrique (en)[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Résolution adoptée par l'Assemblée générale le 20 décembre 2012 : 67/146. Intensification de l'action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines », sur un.org,‎ 20 décembre 2012.
  2. (en) Binta Bah, « Zero Tolerance to FGM Means FGM Should Not Be Tolerated », Daily News,‎ 22 février 2012 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]