Jour de la marmotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Groundhog Day.
Le jour de la marmotte 2005 à Punxsutawney

Le jour de la marmotte (Groundhog Day en anglais) est un événement célébré en Amérique du Nord le jour de la Chandeleur, soit le 2 février. Selon la tradition, ce jour-là, on doit observer l'entrée du terrier d'une marmotte. Si elle émerge et ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l'hiver finira bientôt. Par contre, si elle voit son ombre parce que le temps est lumineux et clair, elle sera effrayée et se réfugiera de nouveau dans son trou, et l'hiver continuera pendant six semaines supplémentaires.

Origine[modifier | modifier le code]

La marmotte (Marmota monax) est un rongeur de la famille des Sciuridae.

Les traditions liées au réveil des animaux dits « dormeurs » à la Chandeleur sont d'origine européenne. Selon les pays et les latitudes, l'animal attaché à ce folklore change. Selon Paul Sébillot, c'est à l'ours que la majorité de ces traditions est attaché. Dans les Pyrénées, en Bigorre, on disait qu'à la Chandeleur l'animal sortait de la grotte où il hibernait, inspectait le ciel, et si celui-ci était dégagé, retournait dans son gîte pour quarante jours. Dans le Limousin, il s'agit du loup, en Lorraine de la loutre, en Irlande du hérisson, etc. En prenant pied sur le continent américain par les émigrants, la tradition s'est attachée à l'animal hibernant le plus répandu, la marmotte. Une entrée du journal personnel de James Morris, commerçant du comté de Berks en Pennsylvanie, du 5 février 1841 mentionne d'ailleurs[1] : « Mardi dernier le 2 était la Chandeleur, le jour où selon la tradition allemande la marmotte jette un coup d'œil hors de son terrier. Si elle voit son ombre, elle retourne se coucher pour six semaines de plus, mais si la journée est nuageuse elle demeure à l'extérieur car le reste de l'hiver sera doux ».

Explication possible de la légende[modifier | modifier le code]

Dans les pays tempérés de l'hémisphère nord, le printemps débute à l'équinoxe soit le 20 ou le 21 mars selon l'année. Avant 1582, le calendrier julien s'était éloigné de cette date de telle sorte que l'équinoxe tombait le 16 mars, ce qui est exactement 6 semaines après le 2 février. Lors du passage au calendrier grégorien, pour corriger cette dérive, il y eut confusion dans l'esprit des gens sur l'arrivée du printemps : les uns croyant que le printemps restait le 16 mars et les seconds le 21. La marmotte, ou tout autre animal hibernant, devenant un arbitre[2].

Explication physique[modifier | modifier le code]

En début février, les pays tempérés de l'hémisphère nord se retrouvent dans une circulation atmosphérique zonale. Ceci veut dire qu'il y a des poussées d'air froid du nord qui alternent avec des incursions chaudes venant du sud. Un ciel clair et dégagé veut dire que la région est recouverte par un anticyclone arctique, donc l'air est très froid et l'hiver semble bien parti pour rester. Par contre, un temps nuageux signifie le passage d'une dépression amenant de l'air doux du sud ce qui peut faire penser à une fin précoce de cette saison.

En réalité, le printemps a peu de chances d'arriver avant la date prévue et le temps qu'il fait le 2 février n'est que pure coïncidence. De plus, tout dicton provenant d'Europe a bien peu de chance de s'appliquer à un endroit qui a une climatologie différente comme l'Amérique du Nord. Finalement, une telle prédiction a très peu de chance d'être correcte sur un continent entier qui s'étend sur 5 fuseaux horaires et 30 degrés de latitude.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Certaines petites villes d'Amérique du Nord ont tourné la popularité de cette légende en un festival. Ceci permet d'attirer l'attention médiatique et de favoriser le tourisme dans la région, surtout en une période de l'année plutôt déprimée dans ce secteur. Voici quelques marmottes célèbres donnant la météo :

Quelques prévisions[modifier | modifier le code]

  • Pour 2004, les résultats étaient de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil, Wiarton Willie, Balzac Billy, General Beauregard Lee et printemps précoce pour Shubenacadie Sam.
  • Pour 2005, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil, Shubenacadie Sam et printemps précoce pour General Beauregard Lee, Wiarton Willie, Balzac Billy, Staten Island Chuck.
  • Pour 2006, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil.
  • Pour 2007, les résultats sont un printemps précoce pour Punxsutawney Phil.
  • Pour 2008, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil.
  • Pour 2009, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil, Wiarton Willie et Sam de Shubenacadie.
  • Pour 2010, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil ainsi que pour Fred de Val d'Espoir.
  • Pour 2011, les résultats sont un printemps précoce pour Punxsutawney Phil. Fred de Val d'Espoir a, quant à lui, annoncé un printemps tardif.
  • Pour 2012, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil.
  • Pour 2013, les résultats sont un printemps précoce pour Punxsutawney Phil. Fred de Val d'Espoir a, quant à lui, annoncé un printemps tardif.
  • Pour 2014, les résultats sont de six semaines d'hiver supplémentaires pour Punxsutawney Phil. Fred de Val d'Espoir a, quant à lui, annoncé un printemps précoce.

Shubenacadie Sam, la marmotte de Nouvelle-Écosse passe en réalité l'hiver sans hiberner pour une meilleure mise en scène touristique.

Efficacité de la prévision[modifier | modifier le code]

La prévision d'une marmotte en particulier peut être correcte pour un hiver prolongé avec ciel clair ou un hiver doux avec un ciel nuageux, ou finalement totalement mauvaise avec ces deux situations. Comme il y a trois cas possibles, le hasard donnerait une prévision sur trois correcte, soit 33 %.

Les promoteurs de l'événement prétendent que le rongeur est correct entre 75 % et 90 % du temps mais une étude du Service météorologique du Canada menée sur 30 à 40 ans et comptant treize villes, montre que la validité de la prévision n'est que de 37 %, soit une différence non significative avec le hasard[3]. Le National Climatic Data Center des États-unis note une efficacité de 39 %[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) History Society of Berks County, Reading, Pennsylvania
  2. (en)Margaret Kruesi, « Groundhog Day », Journal of American Folklore, Washington, vol. 120, no 477,‎ été 2007, p. 367+
  3. (en) David Phillips, « Jour de la Marmotte », L'encyclopédie canadienne, La Fondation Historica du Canada (consulté le 2009-03-06)
  4. (en) « Groundhog Day », Pet Love Shack (consulté le 2009-03-06)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]