Josyf Slipyj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Josyf Slipyj
Image illustrative de l'article Josyf Slipyj
Josyf Slypyi (1963)
Biographie
Naissance 12 février 1892
à Zazdrist, Galicie autrichienne
Ordination sacerdotale 30 septembre 1917
Décès 7 septembre 1984
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
22 février 1965
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Atanasio
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 22 décembre 1939 par Mgr Szeptycki
Archevêque puis archevêque majeur de Lwow
Primat de l'Église grecque-catholique ukrainienne
1er novembre 1944 – 7 septembre 1984
Précédent Andrey Sheptytsky Myroslav Ivan Lubachivsky Suivant
Archevêque titulaire de Serrae
Archevêque coadjuteur de Lwow
25 novembre 1939 – 1er novembre 1944

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Josyf Slipyj est un archevêque ukrainien, né sous le règne de l'empereur François-Joseph Ier à Zazdrist, en Galicie autrichienne le 12 février 1892 et décédé le 7 septembre 1984.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudia à Lemberg et Innsbrück et fut ordonné prêtre le 30 juin 1917. De 1920 à 1922, il étudia à l'institut pontifical d'orient et à l'institut pontifical grégorien à Rome. Il retourna alors dans sa ville désormais intégrée à la république de Pologne et désignée sous son nom polonais de Lwów. Il y fut nommé enseignant puis recteur du séminaire.

Le 22 décembre 1939, Josyf Slipyj fut nommé archevêque par le pape Pie XII et consacré secrètement par le métropolite Andrey Sheptytsky en raison de l'occupation de l'Ukraine polonaise par les troupes soviétiques. En 1941, après l'Opération Barbarossa Lwów (Lvov en russe, Lviv en ukrainien) passa sous la domination de l'Allemagne nazie.

C'est pendant cette période tragique que Josyf Slipyj fut nommé métropolite le 1er novembre 1944 alors que la Galicie était occupée par les troupes soviétiques.

L'Ukraine polonaise ayant été annexée par l'URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le prélat fut arrêté par le NKVD dès 1945, faussement accusé de collaboration avec la nazisme et condamné à 8 ans de Goulag. Pendant ce temps, le 9 mars 1946, l'autorité soviétique dirigée par Joseph Staline mettait en place le "synode de Lvov" où 216 prêtres dénonçaient l'union avec l'Église catholique et demandaient l'intégration de l'Église grecque-catholique ukrainienne au patriarcat orthodoxe de Moscou.

Nonobstant, en 1949, le pape Pie XII nomma le métropolite incarcéré cardinal in pectore et en 1957 lui fit parvenir une lettre le félicitant pour ses 40 années de sacerdoce. Le courrier ayant été intercepté, le métropolite fut condamné à 7 années de goulag supplémentaires. Il ne fut libéré qu'en 1963 sur les instances du pape Jean XXIII et du président américain John Kennedy en raison de la politique de détente inaugurée par Nikita Khrouchtchev.

Le métropolite fut expulsé d'URSS et se rendit à Rome pour participer au Concile Vatican II où son élévation au cardinalat fut révélée publiquement.

Cathédrale Saint-Georges où repose le corps du métropolite majeur Josyf Slipyj

Des voix s'élevèrent alors au sein de l'Église uniate pour demander au pape Paul VI l'élévation de Lviv en patriarcat, affichant ainsi la réalité spirituelle et nationale de l'Ukraine face à l'Union soviétique. Le Souverain Pontife, ne désirant pas mécontenter Léonid Brejnev, le nouvel homme fort de Moscou, prudemment refusa mais créa la dignité de "Métropolite majeur" qu'il conféra immédiatement à Josyf Slipyj.

Néanmoins, en 1977, se conformant au canon uniate à défaut du canon romain, Josyf Slipyj, ordonna plusieurs évêques grec-ukrainiens sans l'autorisation du pape. L'un de ces évêques est son actuel successeur mais n'en a pas moins bénéficié de l'autorisation du pape pour devenir métropolite majeur.

L'histoire de Josyf Slipyj a inspiré le roman de l'écrivain australien Morris West The Shoes of the Fisherman lequel fut porté à l'écran en 1968, Anthony Quinn ayant le rôle principal.

Le métropolite majeur Josyf Slipyj s'éteignit en 1984 à l'âge de 92 ans mais sa dépouille ne fut inhumée dans la cathédrale Saint-Georges de Lviv qu'en 1992, après la chute de l'URSS. Le procès en vue de sa canonisation est en cours.