Josif Rajačić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Patriarche et Administrateur Rajicic

Josif Rajačić en serbe cyrillique Јосиф Рајачић (né le 20 juillet 1785 à Lucani un petit village près de Brinje en Lika en Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Croatie) - décédé le 1er décembre 1861 à Sremski Karlovci en Autriche-Hongrie aujourd'hui en Serbie). Il fut métropolite de Karlovac puis patriarche des Serbes dans les confins militaires et administrateur de la Voïvodine au nom de l'empereur.

Etude, Archevêque de Dalmatie[modifier | modifier le code]

il est né en Autriche-Hongrie de son nom terrestre de Ilija. Son père Luka était un prêtre orthodoxe et sa mère Vasilije (nom de jeune fille : Čudić) l'aidée dans sa tâche. Très jeune, il apprend l'allemand dans son village, puis par étudier à Agram à Szeged ou il fait deux ans de philosophie. Puis, il continue ses études à Vienne deux ans de droit, il apprend le latin et étudie les beaux-arts. Il interrompt ses études en 1809, car il est engagé dans le conflit contre Napoléon aux côtés de l'Autriche. En 1810, après la défaite autrichienne, il refuse de travailler pour l'empire français. Il décide de servir son peuple etrentre dans les ordres et fait son sacerdoce dans le monastère de Gomirje. En 1829, le 24 juin, vu ses grandes qualités il est fait archevêque et administrateur de l'éparchie de Dalmatie. En Dalmatie, il fait construire une école médicale et un hôpital. Il lutte aussi contre la politique d'uniatitation en Dalmatie. A Vršac ou il est nommé évêque en 1833, à l'autre bout des confins militaires, il fonde un lycée et lutte contre le choléra (grâce aux médecins formés en Dalmatie) qui ravage la population locale. il n'hésite pas à être en contact avec les malades à les laver les soigner et à les accompagner dans la mort, il remarque que la maladie ne se transmet pas par le toucher mais à travers les contacts alimentaires (nourriture, eau). Ces observations, seront par la suite confirmée par Robert Koch . Il est alors connu dans tous les confins militaires Serbes ou il est très populaire. en 1842 après le décès du métropolite de Karlovac, le sabor des Serbes des confins militaires se réunit les représentants du peuple à la majorité veulent choisir comme nouveau métropolite. Mais au sein de l'église ou il faut que la majorité des évêques accepte la nomination du nouveau métropolite, se heurte au refus de deux d'entre eux. Il est alors pour la première fois dans l'histoire de l'église orthodoxe serbe nommée par l'empereur lui-même qui l'impose contre l'avis des deux archevêque. Cela affectera Josif car la décision des deux les archevêques étaient téléguidés par des intérêts hongrois.

La révolution de 1848 et le patriarcat[modifier | modifier le code]

Au moment où il est nommé métropolite de Karlovac. Les rapports entre les Allemands et les Hongrois ainsi que entre les Serbes et Hongrois se sont fortement détérioré. la révolution de 1848 en France déclenche en Hongrie un mouvement national. Mais dans les confins militaires Serbes et en Croatie où les minorités hongroises sont assez présentes font que les Serbes, les Croates et les Allemands ont un intérêt commun à écraser la Révolution hongroise de 1848 qui a pour but de créer un État centralisé sur un modèle jacobin alors que les Croates et les Serbes seraient plus pour une unité plus fédéraliste et moins centralisatrice, les Allemands quant à eux ne cherchent qu'à sauvegarder l'empire.

Le Patriarche lors du Sabor de mai

Au mois de mai 1848, dans la ville de Sremski Karlovci est organisé l'assemblée de mai, au cours de cette assemblée le métropolite Josif est désigné comme patriarche du peuple serbe et administrateur de toutes les terres Serbes des confins militaires. Sont aussi désignées un vis administrateur et chef des armées Đorđe Stratimirović et un général Stevan Šupljikac. Rajačić voulait éviter le conflit armé avec la révolution hongroise, qui refusait toujours une autonomie des Serbes au sein de la nouvelle Hongrie révolutionnaire. C'est pour cela qu'il choisit d'aller à Vienne pour rencontrer l'empereur et tenter d'éviter un conflit militaire. mais pendant son absence à Vienne, les Hongrois rassemblèrent une armée qui tenta de prendre la ville de Sremski Karlovci elle échoua dans cet objectif mais lors de sa retraite fit de nombreux massacres sur les populations Serbes. les Serbes fondèrent alors avec le consentement de l'empereur le Voïvodat de Serbie et du Banat de Tamiš et se rangèrent du côté de l'empire, Les deux langues officielle du voïvodat étaient l'allemand et l'illyrien, une langue qui en fait serait, plus tard, appelé le serbo-croate. le voïvoda fut aboli en 1860, au grand dam du patriarche qui espérait que l'empereur n'oublierait pas le fait que les Serbes l'avait aidé à conserver l'empire.

L'après 1848 et ses conséquences[modifier | modifier le code]

Le patriarche utilisa tout son pouvoir pour faire en sorte que le voïvoda reste autonome, et contrôler par le peuple serbe, il échoua. Mais son idéal se réalisa en 1918. Pendant l'autonomie le patriarche unifia la liturgie, fit rénover et bâtir nombreuses églises orthodoxe et écoles en Voïvodine mais aussi en Dalmatie et en Krajina. il représenta aussi le peuple serbe en Europe, il était le confident de l'empereur d'Autriche-Hongrie, ainsi qu'un très bon ami du souverain de Serbie et du Ban croate Josip Jelačić. Il fit construire des imprimeries qui permirent le développement de journaux en langue illyrienne (serbo-croate) dans l'empire. Il échoua par contre à l'établissement d'une université à Sremski Karlovci. Sa politique et son influence lui permirent de sauvegarder et de développer la culture Serbes au sein de l'Autriche-Hongrie.

Il décéda le 13 décembre 1861 et fut enterré à Sabornoj crkvi.