Joseph de Goislard de Monsabert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goislard de Monsabert.
Officier général francais 5 etoiles.svg Joseph de Goislard de Monsabert
Naissance 30 septembre 1887
Libourne
Décès 13 juin 1981 (à 93 ans)
Dax
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Flag of France.svg Armée de terre
Grade Général d'armée
Années de service 19071946
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 9e régiment de marche de zouaves
3e division d'infanterie algérienne
2e corps d'armée
Faits d'armes Opération Torch
Campagne de Tunisie
Campagne d'Italie
Débarquement de Provence
Distinctions Grand-croix de la Légion d'Honneur
Compagnon de la Libération
Médaille militaire
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
Médaille coloniale
Military Cross
Autres fonctions Député des Basses-Pyrénées (1951-1955)

Joseph Jean de Goislard de Monsabert (né le 30 septembre 1887 à Libourne - mort le 13 juin 1981 à Dax) était un général et homme politique français.

Il s'illustra pendant la Seconde Guerre mondiale en Afrique, puis pendant la campagne d'Italie à la tête de la 3e division d'infanterie algérienne (3e D.I.A.) et enfin lors de la campagne qui suivit le débarquement de Provence, au cours de laquelle il libéra notamment Toulon et Marseille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né au sein d'une famille de militaires, Joseph de Goislard de Monsabert, après des études au lycée Saint-François-Xavier de Vannes, est admis à Saint-Cyr en 1907. Il fait ses classes au 50e Régiment d'Infanterie de Périgueux, puis rejoint, en 1908, l'École spéciale militaire. Il appartient à la promotion du Maroc (92e promotion 1907-1910). Volontaire pour l'Armée d'Afrique, il doit cependant quitter le Maroc et le 3e Tirailleurs pour s'illustrer pendant la Grande Guerre au 1er régiment mixte de zouaves et tirailleurs puis au 9e régiment de marche de zouaves.

Quand, après son stage à l'École supérieure de guerre, il doit quitter la troupe, c'est le plus souvent en Afrique du Nord qu'il demande à servir dans les garnisons de Tadla, Taza, Blida. Commandant la 5e brigade de l'infanterie d'Afrique et commandant de la subdivision de Milinia, il est directement confronté aux évènements de 1942.

Il prend alors fait et cause pour le débarquement américain en Algérie, en tentant de neutraliser les troupes hésitantes. Il se voit confier le commandement de la 3e division d'infanterie algérienne (3e DIA), avec mission de la mettre sur pied et de l'entraîner. Homme de contact, il acquiert auprès de ses cadres et de ses hommes, français ou musulmans, prestige et confiance, et donne ainsi à la division une âme qui se manifesta avec éclat dès les premiers combats. Il a joué un rôle important dans la création des Corps francs d'Afrique dont il prendra le commandement le 25 novembre 1942[1].

Sa première tâche est de refouler les allemands débarqués à Bizerte en Tunisie. Après six mois de combat, la division entre à Tunis au milieu des acclamations de la population. Puis c'est la campagne d'Italie de novembre 1943 à juillet 1944 pendant laquelle la 3e D.I.A. joue un rôle éminent au sein du corps expéditionnaire français en enlevant notamment la crête du Belvédère. Pendant dix jours, la division Monsabert retient, sur un front de 8 km, 27 bataillons allemands sur les 44 opposés à la 5e Armée américaine qui combat sur 70 km de front.

Il prend alors part au débarquement de Provence, à la reconquête de Toulon, de Marseille et à la défense de Strasbourg, manifestant ses qualités exceptionnelles de meneur d'hommes. Nommé au commandement du 2e corps d'armée, il franchit le Rhin et s'empare de Stuttgart. Il est le premier commandant supérieur des troupes françaises d’occupation en Allemagne[2], entre juillet 1945 et septembre 1946.

Le 30 septembre 1946, le général d'armée de Goislard de Monsabert prend sa retraite, mais son activité demeure grande comme en témoigne son élection comme député gaulliste du Rassemblement du peuple français pour les Basses-Pyrénées de 1951 à 1955[2], et sa place au sein de l'amicale des anciens de la 3eD.I.A. Au sein du RPF, il dirige la commission de la Défense nationale du Conseil national du parti et, à l'Assemblée, est membre de la commission de la Défense[2].

Il meurt le 13 juin 1981, laissant derrière lui, pour toutes les générations à venir, l'image d'un chef qui a réuni en lui toute la rigueur de la tradition et tout l'enthousiasme d'un jeune saint-cyrien.

Joseph de Goislard de Monsabert
Fonctions
Parlementaire français
Député 1951-1955
Gouvernement Quatrième République
Groupe politique RPF
Biographie
Date de naissance 30 septembre 1887
Date de décès 13 juin 1981
Résidence Basses-Pyrénées

Le général de Monsabert a donné son nom à la 169e promotion de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (1982-1985).

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur GC ribbon.svg Ordre de la Liberation 2nd ribbon.svg Medaille militaire ribbon.svg
Croix de Guerre 1914-1918 ribbon.svg Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg
Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg Bronze Star ribbon.svg Us legion of merit officer rib.png
Ordre du Mérite Militaire Chérifien ribbon (Maroc).svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Durand, 1999, p. 29
  2. a, b et c Olivier Forcade, Eric Duhamel et Philippe Vial (dirs.), Militaires en République : les officiers, le pouvoir et la vie publique en France : actes du colloque international tenu au Palais du Luxembourg et à la Sorbonne les 4, 5 et 6 avril 1996, Publications de la Sorbonne,‎ 1999, p. 359, 366

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romain Durand, De Giraud à de Gaulle : Les corps francs d'Afrique, Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire et Perspectives Méditerranéennes »,‎ 1999, poche, 596 p. (ISBN 2-7384-7485-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]