Joseph Souham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Souham
Image illustrative de l'article Joseph Souham

Naissance 30 mai 1760
Lubersac
Décès 28 avril 1837 (à 77 ans)
Versailles (Yvelines)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Royaume de France Royaume de France
Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Arme Cavalerie
Infanterie
Grade Général de division
Années de service 17821832
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Grand croix de la Légion d'honneur
Hommages Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, (5e colonne)

Joseph Souham, né le 30 mai 1760 à Lubersac et mort le 28 avril 1837 à Versailles, est un général de division français de la Révolution et de l'Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Souham (gravure pour l'« Album du Centenaire »).
Portrait du général Souham au Musée de la Légion d'honneur (Paris).

Sous l'Ancien Régime et la Révolution[modifier | modifier le code]

Mesurant 1,98 m, il s'engage le 17 mars 1782 dans les cuirassiers du roi jusqu'en 1786, date à laquelle il est licencié. En 1792, il intègre le 2e bataillon de volontaires de la Corrèze où il est élu chef de bataillon. Il participe alors aux batailles de Jemmapes et de Dunkerque en tant que lieutenant-colonel. Nommé général de brigade le 30 juillet 1793 puis général de division le 20 août de la même année, il remporte une brillante victoire sur les Autrichiens près de Courtrai le 29 avril 1794. Le 18 mai 1794, il gagne, conjointement avec le général Moreau, la bataille de Tourcoing. Souham et Bonnaud profitent de la désorganisation de l’armée adverse, commandée par général allemand Cobourg, pour lancer une grande offensive le 19 mai 1794. En octobre 1794, après la bataille d'Aldenhowen, il inflige une sévère défaite aux Britanniques à Bois-le-Duc.

Au service de Napoléon Ier[modifier | modifier le code]

Il est en retrait pour avoir été proche du général Moreau et à la suite de l'arrestation de Cadoudal. Commandant de la 20e division militaire en 1802, il reprend du service actif avec le commandement de la 9e division du 7e corps de l'armée de Catalogne en 1810. Blessé à la tête lors de la bataille de Vich, il rentre en France pour se soigner. En 1812, il est à l'armée du Portugal sur la recommandation de Masséna et repousse Wellington lors du siège de Burgos (1812) jusque dans Salamanque, avant d'être rappelé en France en janvier 1813.

Il commande alors une division sous le maréchal Ney et participe à la bataille de Lützen et à celle de Leipzig où il est de nouveau blessé. En 1814, à l'issue de la bataille de Paris, Souham commande le 6e corps d'armée en l'absence du maréchal Marmont et conduit ses troupes à Versailles, dans le camp des Alliés[1]. Il se rallie à Louis XVIII pendant la Première Restauration, tombe en disgrâce lors des Cent-Jours et ne retrouve un poste qu'avec la Seconde Restauration.

Famille[modifier | modifier le code]

Sa fille Marie-Joséphine Souham épouse Michel Louis Félix Ney, 2e duc d'Elchingen, fils du maréchal Ney.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Tranié et Juan-Carlos Carmigniani, Napoléon : 1814 - La campagne de France, Pygmalion/Gérard Watelet,‎ 1989, 315 p. (ISBN 285-7-0430-15).