Joseph Roques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roques.
Autoportrait de l'artiste dessinant un portrait de Louis XVIII.

Joseph Roques, né le 4 août 1757 à Toulouse où il est mort en 1847, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, Joseph Roques entre très jeune dans l'atelier du peintre toulousain Jean-Baptiste Despax. En même temps, il fréquente l'Académie. Il passe ensuite dans l'atelier de Pierre Rivalz. En 1772, il commence à exposer des copies d'œuvres d'Antoine Rivalz et de Pierre Subleyras, ainsi qu'un portrait. En 1778, il remporte le Grand Prix de l'Académie avec Le meurtre de Philippe, père d'Alexandre le Grand. En 1779, il commence un séjour à Rome, où il rencontre Joseph-Marie Vien, directeur de l'Académie de France à Rome, qui l'accueille favorablement, puis Jacques-Louis David, par leur ami commun, le sculpteur toulousain Bernard Lange. En 1781, il envoie à l'Académie de Toulouse Le tombeau d'Amyntas, où se révèlent les influences de Poussin. En 1782, de retour à Toulouse, il ouvre son propre atelier. Le 27 décembre 1783, il est nommé directeur de l'Académie de Montpellier, en remplacement de Jacques Gamelin. Dans sa production de cette époque, se détache le saisissant portrait d'Anne Raulet, veuve Gastambide[1], où apparaît la sincérité et l'humanité du portrait de « petites gens » jusque-là voués au « pittoresque ». En 1786, à la mort de Pierre Rivalz, il retourne définitivement à Toulouse. Il produit beaucoup de portraits, des scènes de genre dans la manière de Greuze. La Révolution lui fournit des sujets comme, en 1790, La Fête de la Fédération, en 1793 La mort de Marat, en 1796 La fin de la Montagne. Il reçoit le jeune Dominique Ingres, alors élève de l'Académie des Arts. Après 1800, Roques rejoint les vues de David, ce qui se manifeste par sa Nativité de la Vierge à la basilique de la Daurade. Il devient le premier représentant du néo-clacissisme à Toulouse. Il envoie d'ailleurs à David ses élèves qui souhaitent poursuivre leur formation. Joseph Roques demeure le peintre de Toulouse le plus important sous l'Empire et la Restauration. Il s'éteint en 1847, à un âge très avancé.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres de Joseph Roques conservées à Toulouse

Au Musée des Augustins :
  • Portrait d'Anne Raulet, veuve Gastambide
  • Autoportrait jeune
  • La mort de Marat, 1793
  • La Rose et le Bouton (portrait de Marie Guignon)
Au Musée du Vieux Toulouse :
  • Marie-Thérèse-Éléonore Guignon, dite Mademoiselle Lescot, vers 1790
  • L'intérieur de la chapelle de l'Inquisition, 1822
  • La mission de 1819 dans la cathédrale Saint-Etienne, 1819

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Musée des Augustins, Toulouse.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean Penent, Le Portrait toulousain de 1550 à 1800, catalogue de l'exposition, Musée des Augustins, Toulouse, éditions Loubatières, 1987
  • Base Léonore de la Légion d'honneur (Extrait de l'acte de naissance)