Joseph Piston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir piston.
Joseph Piston
Image illustrative de l'article Joseph Piston

Naissance 30 septembre 1754
Lyon (Rhône)
Décès 21 mars 1831 (à 77 ans)
Lyon (Rhône)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 17721808
Distinctions baron de l'Empire
Commandeur de la Légion d'honneur

Joseph Piston, né le 30 septembre 1754 à Lyon (Rhône), mort le 21 mars 1831 à Lyon (Rhône), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

D'origine lyonnaise, il s'enrôle à dix-huit ans comme simple soldat en 1772[1] dans le régiment des Dragons de la Reine à Verdun. Il s'y liera avec les futurs généraux d’Empire, Jean-Louis Espagne, Louis-Chrétien Carrière de Beaumont et Thomas Alexandre Dumas. Leur amitié et leurs exploits inspireront sans doute le roman Les Trois Mousquetaires, écrit plus tard par le fils du général Dumas[2].

Nommé adjudant en 1784, après 12 ans de service[3], il va s'illustrer en Belgique aux débuts des guerres de la Révolution[1] et sa carrière va s'accélérer. En septembre 1793, encore simple lieutenant de dragons, il fut subitement promu général de brigade, par décision du Comité de salut public (autrement dit, par Carnot, Organisateur de la victoire).

Le 21 décembre 1805, Napoléon le nomme général de division et le place à l'armée de Hollande[3]. Il deviendra également gouverneur. Il sera fait baron d'Empire[3] en juin 1808. Il est admis à la retraite le 11 août 1808.

On peut admirer son portrait au château de Saint-Marcel-de-Félines (Loire) que ses descendants ont racheté en 1865.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext baron de l'Empire ComLH.svg
Blason famille fr Joseph Piston (baron).svg
Armes du baron Joseph Piston et de l'Empire

De gueules; coupé au milieu de l'écu par une ligne d'azur, chargé au-dessus de la ligne de trois étoiles d'argent une et deux, et au-dessous de deux chevrons d'or enlacés, un des deux renversé; quartier des barons sortis de l'armée.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lyon et Napoléon, p. 277, de Ronald Zins et Bernard Berthod, éditions Faton, 2005.
  2. « À travers d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis, transparaissent assez clairement les figures du général et de ses trois compagnons des dragons de la Reine : Carrière de Beaumont, Piston et Espagne ». Claude Ribbe, Lettre ouverte à M. Nicolas Sarkozy à propos du général Dumas et du soixantième anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme. (Texte en ligne)
  3. a, b et c Napoléon et les Lyonnais 1779-1815, p. 307, de Louis Gamichon, éditions Bellier, 2001.
  4. PLEADE Registres de lettres patentes de collation de titres et d'armoiries et armorial PLEADE

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 3, Bureau de l'administration,‎ 1844 (lire en ligne) ;