Joseph Masson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Masson.
Joseph Masson
Joseph Masson, vers 1835
Joseph Masson, vers 1835
Fonctions
Conseiller législatif du Bas-Canada
18341838
Président de l'association Saint-Jean-Baptiste
18451846
Prédécesseur Denis-Benjamin Viger
Successeur Augustin-Norbert Morin
Seigneur de Terrebonne
18321847
Prédécesseur Roderick Mackenzie de Terrebonne
Successeur Geneviève-Sophie Raymond Masson
Biographie
Date de naissance 5 janvier 1791
Lieu de naissance Saint-Eustache, Bas-Canada
Date de décès 15 mai 1847
Lieu de décès Terrebonne, Province du Canada
Conjoint Marie-Geneviève-Sophie, fille de Jean-Baptiste Raymond
Enfant(s) Édouard Masson,
Rodrigue Masson
Profession Homme d'affaires
Résidence Terrebonne

Joseph Masson, né à Saint-Eustache au Bas-Canada le 5 janvier 1791, mort à Terrebonne le 15 mai 1847, est un homme d'affaires canadien.

Devenu le premier millionnaire canadien français, seigneur de Terrebonne, président des sociétés Masson, président de la City Gas, vice-président de la Banque de Montréal, président de l'association Saint-Jean-Baptiste et conseiller législatif du Bas-Canada, il innove dans l'industrie, le négoce, l'import-export, les transports, et le recours au crédit pour développer les affaires.

Il est reconnu comme l'une des personnalités canadiennes les plus éminentes du monde des affaires, et fait partie du Panthéon des hommes d'affaires canadiens. Son histoire inspire des spectacles contemporains et des ouvrages pédagogiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Masson est né à Saint-Eustache au Bas-Canada en 1791. Son père, Antoine Masson, est un menuisier qui ne sait pas signer, ce qui est fréquent à cette époque[1], fils de Joseph Masson et de Marie-Louise Maisonneuve ; il est l'arrière-petit-fils du pionnier Gilles Masson (1630-1716). La mère de Joseph, Suzanne Pfeiffer ou Payfer, est la fille du pionnier Henri-Paul Payfer (1739-1784), lieutenant et aide-major de milice, et de Marie-Catherine Éthier, sœur du député Joseph Éthier (1733-1816).

Le jeune Joseph suit des études pendant cinq ou six ans, à l'école primaire de Saint-Eustache, où il apprend à lire et à compter[2]. Il entre en apprentissage à partir de 1807 comme commis chez un marchand de Saint-Benoît (Mirabel)[3], et apprend la vie commerciale et ses différents aspects.

L'import-export[modifier | modifier le code]

Joseph Masson est engagé en mai 1812 par le marchand écossais Hugh Robertson qui le trouve « très débrouillard ». La maison d'import-export connaît des difficultés, et même une faillite en 1814. Mais Masson fait ses preuves, et obtient en 1815 la position d'associé avec 1/8e des revenus. Il est chargé des achats annuels en Écosse, puis de la responsabilité effective de la maison canadienne. Son contrat d'association avec les Robertson est revu en 1818 puis en 1819, à la mort de William Robertson, pour atteindre 50 % des profits[3].

En 1818, Joseph Masson épouse Marie-Geneviève-Sophie Raymond (1798-1882), fille du marchand Jean-Baptiste Raymond (1757-1825), seigneur du Lac-Matapédia et député de Huntingdon.

Masson consacre toute son énergie au développement de ses entreprises, et avoue vouloir « battre » et « faire tomber » tous ses concurrents[3]. Sa compagnie d'import-export se développe et se diversifie ; en 1830, l'entreprise se compose de trois maisons : la W. and H. Robertson and Company, à Glasgow, dirigée par Hugh Robertson ; la Robertson, Masson, LaRocque and Company, à Montréal, dirigée par Masson ; la Masson, LaRocque, Strang and Company, à Québec, créée par Masson[4] et dirigée par John Strang. Masson et Robertson détiennent plus de 80 % du capital de ces entreprises. Masson est alors l'homme d'affaires canadien le plus impliqué dans les échanges avec le marché britannique[3].

Les transports et l'énergie[modifier | modifier le code]

Pour transporter ses marchandises, il achète un bateau neuf de 290 tonneaux, qu'il baptise du prénom de sa femme, Sophie ; il achète ensuite, en totalité ou en participation, deux autres voiliers et un vapeur[3]. Toujours dans le domaine des transports, il demande à la chambre d'Assemblée la construction d'un canal, la création d'une compagnie de navigation, et la construction d'un chemin de fer.

Joseph Masson participe en 1832 à la fondation du premier chemin de fer du Canada : le chemin de fer de Champlain et du Saint-Laurent[3].

Masson s'intéresse aussi aux sociétés urbaines de fourniture de l'eau et d'éclairage par le gaz, à Montréal, Québec et Toronto. À l'invitation de ses associés, il prend une première participation à Montréal, et sa participation atteint en 1842 plus du tiers de la société du Gaz de Montréal[3]. Il fonde avec John Strang en 1841 la Compagnie de l’eau et de l’éclairage au gaz de Québec, et fonde avec Furniss la City of Toronto Gas Light and Water Company, dont il est président.

La banque[modifier | modifier le code]

Le fronton de la banque de Montréal symbolise sa puissance
Banque de Montréal, le fronton (1845)

Vice-président de la banque de Montréal[modifier | modifier le code]

La Banque de Montréal joue alors le rôle de banque centrale du Canada. Déjà actionnaire de la Banque du Canada[5], Joseph Masson achète des parts de la Banque de Montréal en 1824, et entre en 1826 au conseil d'administration. En 1830, Masson accroît largement sa participation, et atteint son but qui est en fait d'augmenter son crédit dans la région. Il est nommé en 1834 vice-président de la banque de Montréal[6].

Il a aussi affaire avec la Banque de la cité, à Montréal, la Gore Bank et la Commercial Bank du Midland District[3].

Recours systématique au crédit[modifier | modifier le code]

Il est un des rares entrepreneurs de l'époque à profiter largement des organismes de crédit pour développer ses affaires. Il parvient à doubler son volume d'affaires en recourant systématiquement au crédit, et il a du mal à convaincre son associé écossais à en faire autant[3].

Les entreprises Masson[modifier | modifier le code]

Masson est le dirigeant effectif des trois entreprises du groupe ; cette situation se reflète désormais dans l'actionnariat et les raisons sociales des sociétés, qui deviennent : Joseph Masson, Sons and Company (Montréal) ; Masson, Langevin, Sons and Company (Québec) ; Masson, Sons and Company (Glasgow), cette dernière société, basée en Écosse, a surtout vocation de gérer les achats[4].

Il est considéré comme le premier millionnaire canadien-français[7].

Seigneur de Terrebonne[modifier | modifier le code]

La large rivière des Mille Îles avec de gauche à droite : l'Île Saint-Jean, l'Île aux moutons et l'Île-des-Moulins
La rivière des Mille Îles à Terrebonne se prête aux moulins et à l'activité industrielle.
Le Moulin neuf construit par Masson est une imposante et large bâtisse.
Masson fait construire le grand Moulin neuf de l'île des Moulins en 1846.

Pour asseoir dignement sa réussite, Joseph Masson acquiert en 1832 la seigneurie de Terrebonne, selon le régime seigneurial de la Nouvelle-France.

C'est surtout une question de prestige, mais il ne tarde pas faire de sa seigneurie une entreprise très rentable, après en avoir développé le commerce et l'industrie. La seigneurie compte notamment sur son territoire un des plus importants centres industriels de la région, celui de l'Île des Moulins de Terrebonne. Masson en augmente la production, fait construire une forge, des greniers, et un nouveau moulin, plus grand que les autres, le Moulin neuf de l'île des Moulins, qui est encore en activité. Techniquement, il innove en faisant utiliser la turbine, alors appelée « roue à réaction », technologie nouvelle importée des États-Unis.

Ainsi, au-delà du prestige aristocratique, Masson rentabilise rapidement sa seigneurie et en tire de confortables revenus supplémentaires, lui rapportant certaines années plus de 3 000 $ canadiens[3].

Activité politique[modifier | modifier le code]

Conseiller législatif, décline la mairie de Montréal[modifier | modifier le code]

Masson est nommé au Conseil législatif du Bas-Canada en 1834.

Lorsque Montréal retrouve son autonomie municipale, il est élu conseiller en décembre 1842. Le Conseil propose alors à Joseph Masson d'être le nouveau maire de Montréal, ce qu'il décline[8], mais il est élu échevin en 1843. Il est aussi capitaine de milice, juge de paix, membre de la Chambre de commerce de Montréal (alors Committee of Trade, plus tard Board of Trade). Il est le premier marguillier de la paroisse Notre-Dame de Montréal, et participe à la construction de la nouvelle basilique Notre-Dame.

Loyaliste par intérêt, patriote de cœur[modifier | modifier le code]

Les rebelles patriotes sont pauvrement vêtus et armés d'outils agricoles.
Masson obtient un accord avec les rebelles patriotes en novembre 1838.

Masson est généralement loyaliste par intérêt pour ses affaires. Il est même en 1837 le commissaire chargé de faire prêter le serment de fidélité[9].

Lors de la rébellion des Patriotes, il mène en novembre 1838 les négociations pour le parti loyaliste, et réussit une conciliation avec les rebelles de la région, en promettant qu'il n'y aura pas d'arrestation. Cet « accord Masson » est accepté par les parties, mais ensuite il n'est pas complètement respecté par les institutions : l'amnistie promise se trouve sujette à une controverse juridique, et n'est pas appliquée pour tous[10].

Masson est donc plutôt loyaliste, mais il n'en oublie pas moins sa fibre patriotique lorsqu'il cache chez lui Louis-Joseph Papineau, dont la tête est mise à prix en 1837, ou quand il accepte en 1845 d'être élu le troisième président de l'association Saint-Jean-Baptiste[7].

Décès, postérité[modifier | modifier le code]

Joseph Masson est mort en 1847 à Terrebonne. Ses obsèques sont relatées dans La Minerve.

Geneviève-Sophie Raymond Masson
Le manoir Masson à Terrebonne (1865)

Après sa mort, sa femme, Marie-Geneviève-Sophie Masson née Raymond, encourage ses fils aînés dans leur carrière et dans la poursuite des activités commerciales de leur père.

Elle s'occupe elle-même de la seigneurie : elle crée le bureau seigneurial en 1850, fait construire le manoir Masson de 1848 à 1854, et développe les moulins. Elle fonde en 1847 le collège Masson de Terrebonne et en fait construire le nouvel édifice, plus grand, en 1855-1856[11]. Le pont Sophie-Masson porte son nom[12].

Joseph et Sophie Masson ont douze enfants, parmi lesquels :

Les fonds d'archives de la famille Joseph Masson et de la succession Joseph Masson sont conservés au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[13].

Hommages[modifier | modifier le code]

Personnalité reconnue éminente et exemplaire[modifier | modifier le code]

Joseph Masson est reconnu depuis 1979 comme l'une des personnalités canadiennes les plus éminentes du monde des affaires, au sein du Panthéon des hommes d'affaires canadiens[14].

Une plaque commémorative posée en 1951 sur l'ancien manoir Masson, par la Commission des monuments et des sites historiques et artistiques, dit notamment que Joseph Masson « a mérité d’être cité en exemple à tous les Canadiens »[15].

Masson en toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom est conservé dans la toponymie québécoise :

  • La circonscription Masson est une circonscription électorale québécoise, ainsi nommée en souvenir de Joseph Masson et de ses fils.
  • À Montréal, l'avenue Masson, la rue Masson, la promenade Masson portent son nom.
  • Le lac Masson et la ville de Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson portent son nom (celui de son fils).
  • Le manoir Masson, devenu le Collège Saint-Sacrement, affiche encore les portraits en couleurs de Joseph Masson et de sa femme.
  • Le pont Sophie-Masson, qui relie Laval à Terrebonne, porte le nom de la veuve de Joseph Masson.

Joseph Masson dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Joseph Masson est raconté ou évoqué dans des spectacles historiques, des animations théâtrales, des livrets pédagogiques, des émissions de radio.

Spectacles historiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs spectacles historiques s'inspirent de sa vie ou en retracent des épisodes. Raynald Michaud réalise ainsi trois spectacles l'évoquant. Le premier est une fresque historique, Île des Moulins, Animations théâtrales, en 1988, où le quatrième tableau lui rend hommage[16]. Deux ans plus tard, un spectacle historique en quinze scènes lui est entièrement dédié : Masson, du rêve à la légende, par Raynald Michaud, avec une musique originale de Philippe Pilette et une chorégraphie de Lise Boyer, en 1990[17]. Le spectacle Bi-eau-graphie de l'Île-des-Moulins, en 1995, consacre ses tableaux 7 et 8 à Joseph Masson[18].

Livrets pédagogiques[modifier | modifier le code]

L'histoire de Joseph Masson est aussi utilisée à but pédagogique et culturel. Louis Pilon publie un cahier pédagogique en bande dessinée en 1989[19]. André Fontaine écrit le livret pédagogique Les moulins de Terrebonne, publié par le ministère de la culture du Québec en 2003[20].

Émissions de radio[modifier | modifier le code]

Des émissions de radio évoquent son épopée. Sur la Première Chaîne de Radio-Canada, le journaliste et homme politique Léon Trépanier retrace le 19 novembre 1947 l'histoire de Joseph Masson, « premier millionnaire canadien-français, propriétaire de la seigneurie de Terrebonne »[21]. Plus de soixante ans après, toujours sur Radio-Canada, l'historien et conférencier Marcel Tessier évoque en 2010 « le premier millionnaire au Québec, Joseph Masson »[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parizeau 1975, p. 283.
  2. Parizeau 1975, p. 287.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Dictionnaire biographique du Canada.
  4. a et b Parizeau 1975, p. 300.
  5. Parizeau 1975, p. 297.
  6. Parizeau 1975, p. 286.
  7. a et b Rumilly 1970, p. 297.
  8. Rumilly 1970, p. 278.
  9. Parizeau 1975, p. 284.
  10. (en) Beverley Boissery, Osgoode Society for Canadian Legal History, A deep sense of wrong: the treason, trials, and transportation to New South Wales of Lower Canadian rebels after the 1838 rebellion, Dundurn Press Ltd., 1995, pp. 130-135 [lire en ligne].
  11. Pierre J. O. Chauveau, Rapport du surintendant de l'éducation pour le Bas-Canada, pour l'année 1855, J. Lovell, 1856, pp. 163-164.
  12. Commission de toponymie du Québec, « Pont Sophie-Masson »
  13. Fonds Famille Joseph Masson (P650) et Fonds succession Joseph Masson (P313) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
  14. Canadian Business Hall of Fame, liste officielle.
  15. « Joseph Masson, seigneur de Terrebonne », sur le site du Collège Saint-Sacrement.
  16. Tourangeau 2007, p. 39, 529-530.
  17. Tourangeau 2007, p. 213-214, 531-533.
  18. Tourangeau 2007, p. 58, 533-535.
  19. Louis Pilon, Cahier pédagogique en bande dessinée, Corporation de l'Ïle-des-Moulins, Terrebonne, 1989.
  20. Les moulins de Terrebonne, par André Fontaine (dir.), livret pédagogique et cahier d'enrichissement, Ministère de la Culture et des Communications du Québec et Île-des-Moulins de Terrebonne, 2003 [PDF] [lire en ligne].
  21. Radio-Canada, 19 novembre 1947, après une émission sur les sobriquets, Léon Trépanier retrace l'histoire de Joseph Masson.
  22. Radio-Canada, lundi 4 octobre 2010, Marcel Tessier évoque le premier millionnaire au Québec, Joseph Masson, émission « Pour le plaisir ».

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie spécifique sur Joseph Masson[modifier | modifier le code]

  • « Joseph Masson, ou le sens de la durée », dans Gérard Parizeau, La société canadienne-française au XIXe siècle, Montréal, Fides,‎ 1975, p. 282-316.
  • Henri Masson, Joseph Masson, dernier seigneur de Terrebonne, 1791-1847, Montréal,‎ 1972.

Bibliographie historique et régionale[modifier | modifier le code]

  • R. Rumilly, Histoire de Montréal, t. 2, Montréal, Fides,‎ 1970.
  • Rémi Tourangeau, Dictionnaire des jeux scéniques du Québec au XXe siècle, Presses de l'Université Laval,‎ 2007, p. 39, 58, 213-214, 529-535.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]