Joseph Mégard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mégard.

Joseph Mégard

Description de cette image, également commentée ci-après

Joseph Mégard, autoportrait de 1891

Naissance 16 novembre 1850
Carouge, Genève, Suisse
Décès 26 janvier 1918 (à 67 ans)
Plainpalais, Genève, Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Activités peinture, gravure

Joseph Mégard, né le 16 novembre 1850 à Carouge et mort le 26 janvier 1918 à Plainpalais, est un peintre et graveur suisse. Son œuvre est constituée principalement de paysages à l’huile et de planches à l’eau-forte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Mégard est né à Carouge (Genève) en 1850 dans une famille modeste. Il est le troisième de huit enfants nés entre 1849 et 1858, dont quatre seulement sont devenus adultes. Sa mère Marie Chardon était lingère puis épicière. Son père Jacques Mégard était boucher et guillocheur et son grand-père ouvrier fayencier. Son frère Claude Henri Mégard était bijoutier-orfèvre. Joseph a épousé Caroline Sadoux, une institutrice. Ils eurent une fille, Juliette Adèle Mégard, pianiste.

Joseph Mégard avait son atelier chez lui, à la rue de Carouge à Plainpalais (Genève). Il dessinait en général d'après nature : les bords de l'Arve, les bords de l'Aire, les rives du lac, des vues prises au pied du Salève ou de Champel. Sa peinture était « attentive, sérieuse, propre, mais, voulant magnifier la nature dans un coloris modéré. (...) Comme à cette époque on discutait beaucoup au sujet de Hodler, Mégard a évolué et il mit plus d'accent, de couleur et de relief dans ses tableaux »[1].

Il reconstitua aussi, sur la base de photographies ou autres documents, des vues de la Genève du XIXe : monuments, fontaines, coins pittoresques et caractéristiques. Il gravait en général à l'eau-forte, ce qui permettait de produire un assez grand nombre de tirages bon marché.

Il passait l'été en Valais, à Liddes principalement, d'où des dessins et surtout des aquarelles et des huiles. Il représente le village de Liddes, son église, ses environs, la Dranse, le val d'Arpette, aussi des paysannes aux champs, femmes du village à la fontaine, des faneuses.

Selon A. Kunz, Joseph Mégard était un esprit rêveur et poète, ayant une vie réglée et calme, un homme modeste n'ayant pas recherché la notoriété. Il est décédé à Plainpalais (Genève) en 1918.

Formation[modifier | modifier le code]

Au collège de Carouge, il apprend le dessin avec le peintre Gevril. Ensuite il entre dans l’atelier de gravure décorative de Jean-Pierre Charlier. Il fait ses premières pointes sèches sur l'instigation de Marcellin Desboutin. Il se met ensuite à l'eau-forte.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Plaques de portes, médailles, alliances, etc.
  • Dessins : vues de la ville.
  • Eaux-fortes et pointes sèches : 182 planches dont 96 représentent des vues de Genève ancienne et moderne (collection complète au Musée d'art et d'histoire de Genève). Certaines de ces planches ont été coloriées par la suite.
  • Tableaux et études à l’huile : environs de Genève, en Valais, à Gruyère, en Algérie et en Tunisie.
  • Plume et encre noire : Annecy.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Kunz : introduction faite à l’occasion du vernissage de l’exposition « Joseph Mégard » à la Galerie Muriset à Genève, le 10 décembre 1964, non publié. [lire en ligne]
  • Carl Brun : Dictionnaire des artistes suisses, Von Huber, Frauenfeld, 1908, t.II p. 348.
  • Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, sous la dir. de Marcel Godet, Henri Türler, Victor Attinger, Ed. Attinger, Neuchâtel, 1921-1934

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Texte de A. Kunz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :