Joseph Louis Proust

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Proust (homonymie).

Joseph Louis Proust

Description de cette image, également commentée ci-après

Joseph Louis Proust

Naissance 26 septembre 1754
Angers (France)
Décès 5 juillet 1826 (à 71 ans)
Angers (France)
Nationalité Drapeau de la FranceFrançais
Champs Chimie
Diplôme Université de Salamanque

Joseph Louis Proust, né le 26 septembre 1754 à Angers et mort le 5 juillet 1826 à Angers, est un chimiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un apothicaire d'Angers, Joseph Proust est nommé en 1775 pharmacien en chef de l'hôpital de la Salpêtrière à Paris. Il est ami du professeur Jacques Charles, qui l'initie à l'aérostation. Il tente en août 1783 de lancer une souscription à Angers pour construire une montgolfière. Le 23 juin 1784, il prend place dans la montgolfière baptisée La Marie-Antoinette, pilotée par Jean-François Pilâtre de Rozier, pour un vol scientifique.

Suite à un accord entre Louis XVI et Charles III d'Espagne, il se rend ensuite à Ségovie pour enseigner la chimie. Au bout de dix ans, le roi Charles IV lui confie la charge d'un laboratoire scientifique. Il revient en France en 1806 pour des affaires familiales, mais ne pourra repartir, car Napoléon a déclaré la guerre. Il s'installe alors à Craon. Correspondant de Jean-Pierre-Joseph d'Arcet à l'Académie des sciences depuis 1789, il entre en 1816 dans la section de chimie.

Travaux[modifier | modifier le code]

Buste de Joseph Louis Proust par le sculpteur David d'Angers (1831).

Dès le début de l'année 1794, il est bel et bien présent en France, en tant que pharmacien ou apothicaire à Angers et fait des propositions en tant que chimiste pour régler la question de la population Vendéenne, comprendre celle de la Vendée militaire, récalcitrante à la république, et qu'il est nécessaire, selon le comité de salut public, d'exterminer. À la suite de l'idée de Fourcroy (chimiste, député à la Convention), celle de gazer la Vendée afin d'exécuter sa population, Proust fait des expériences sur des moutons dans un champ aux Ponts de Cé, mais ce fut, Dieu merci pour les Vendéens, un échec cuisant.

Il appela cette solution un "levain soporifique". La conclusion du rapport de ces expériences dit que "ni les conventionnels présents, ni les administratifs, ni les moutons, n'ont été incommodés."

Les pères du concept de gazage de population sont donc bien français.

Proust se fait connaître en 1808 par sa découverte du sucre de raisin. Napoléon ayant invité les chimistes à rechercher une substance qui puisse remplacer la denrée coloniale, dont le commerce était alors intercepté par la guerre, il invente un procédé pour la fabrication du sirop de raisin, dont il obtient un sucre concret. Le ministre de l'Intérieur, Camille de Montalivet, rédige un rapport qui permet à l'inventeur de recevoir une somme de cent mille francs à titre d'encouragement, qu'il emploie à la perfection de son procédé. Les journaux anglais tournent en ridicule cette découverte, qui ne trouve même en France que très peu de partisans.

Il publia le premier la loi des proportions définies, parfois appelée loi de Proust, en 1794. Il est l'un des précurseurs de la théorie atomique.

Il améliore aussi la lampe à huile en plaçant le réservoir de façon à ce que l'huile soit poussée par son propre poids.

Proust s'est également remarqué lors des Guerres révolutionnaires en mettant au point une préparation chimique capable, selon lui, d'empoisonner la Vendée royaliste afin de répondre aux attentes des révolutionnaires désireux d'en finir avec la question vendéenne.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Différentes observations de chimie (1805)
  • Mémoire sur le sucre de raisin (1808)
  • Recherches sur le meilleur emploi des patates, ou pommes de terre, Annales de l'agriculture française, Librairie de Madame Huzard, Paris, juin 1818, 2e série, tome II, p. 137-202, lire en ligne
  • Sur une analogie remarquable entre les eaux de quelques parties du golfe de Californie et celles des lacs de Sodome et d'Urmia en Perse (1821)
  • Sur l'existence vraisemblable du mercure dans les eaux de l'Océan (1821)
  • Essai sur une des causes qui peuvent amener la formation du calcul (1824)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Table analytique du Bulletin et du Journal de Pharmacie, Imp. De Frain, Paris, 1831, 424 p., p. 392 (Liste de ses travaux)

Source[modifier | modifier le code]

« Joseph Louis Proust », dans Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes avec la collaboration de plus de 300 savants et littérateurs français ou étrangers, 2e édition,‎ 1843-1865 [détail de l’édition]