Joseph Lancaster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lancaster.
Joseph Lancaster, John Hazlitt, circa 1818

Joseph Lancaster, né le 25 novembre 1778 à Londres et mort le 23 octobre 1838 à New York, est un quaker anglais et un pédagogue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Lancaster est le fils d'un commerçant de Southwark, à Londres.

En 1798, il crée un école élémentaire privée destinée aux enfants pauvres, utilisant un modèle pédagogique proche de celui de Andrew Bell de Madras, connu sous le nom d'« École mutuelle ».

Il écrit en 1803 Improvements in Education (améliorations en éducation) et voyage aux États-Unis pour promouvoir ses idées. Au début du XIXe siècle, sa méthode devient très populaire et la Société pour la promotion du système lancastérien pour l'éducation des pauvres[1] est créée en 1808. Cependant les écoles qui suivent ce modèle sont très critiquées concernant la faiblesse des résultats obtenus et la dureté de la discipline. Un scandale éclate quand il s'avère que Lancaster a donné des coups à des jeunes, il est alors expulsé de la Société. Celle-ci se renomme en British and Foreign School Society[2], puis revient progressivement dans le cadre étatique.

Joseph Lancaster est mort en 1838 à la suite d'un accident à New York. À ce moment, le mouvement revendiquait entre 1 200 et 1 500 écoles dans le monde.

Pédagogie[modifier | modifier le code]

Mairie de Nyon, école Lancaster vers 1830
Plaque sur la mairie de Nyon

La pédagogie des écoles lancastériennes est basé sur l'enseignement donné par les élèves les plus avancés aux plus jeunes. Méthode connue aujourd'hui sous le nom de « Lernen durch Lehren » (apprendre en enseignant, anglais Learning by teaching). Le manque d'enseignants et de moyens financiers semblent être les principales motivations qui ont conduit à ce choix pédagogique.

Des écoles lancastériennes ont existé non seulement en Angleterre, mais aussi aux États-Unis et au Canada, à Nyon en Suisse, ainsi qu'en Amérique latine au Venezuela, en Colombie, en Équateur et au Pérou.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ses principaux écrits ont connu de nombreuses rééditions.

En anglais
  • Improvements in Education, Londres, 1803. [texte intégral (page consultée le 13 novembre 2008)]
  • The British System of Education (…), Londres, 1805. [texte intégral (page consultée le 13 novembre 2008)]
  • Epitome of the Chief Events and Transactions of my own Life, New Haven, 1833.
Traductions
  • Méthode lancastérienne, ou système d'éducation britannique (…), Bruxelles, 1816. [texte intégral (page consultée le 13 novembre 2008)]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The Society for Promoting the Lancasterian System for the Education of the Poor.
  2. (en) British and Foreign School Society.

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]