Joseph Gonzales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne un footballeur français. Pour le boxeur français, voir Joseph Gonzales (boxeur).
Joseph Gonzales
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Béni Saf (Algérie française)
Décès (à 77 ans)
Lieu Aubagne (Bouches-du-Rhône)
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 1933-1946
Poste Défenseur
Parcours amateur
Saisons Club
1921-1926 Drapeau : Algérie JP Béni Saf
1926-1931 Drapeau : Maroc ASPTT Oujda
1931-1933 Drapeau : France US Valenciennes Anzin
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1933-1936 Drapeau : France SC Fives 096 (0)
1936-1943 Drapeau : France Olympique de Marseille 133 (3)
1943-1944 Drapeau : France ÉF Marseille-Provence 021 (2)
1944-1946 Drapeau : France Olympique de Marseille 024 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1936 Drapeau : France France 01 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1942-1943 Drapeau : France Olympique de Marseille 23v9n6d
1943-1944 Drapeau : France ÉF Marseille-Provence
1944 Drapeau : France Olympique de Marseille 8v3n6d
1947-1948 Drapeau : France SSMC Miramas
1949-1950 Drapeau : France SSMC Miramas
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 9 février 2015

Joseph Gonzales, né le 19 février 1907 à Béni Saf (Algérie) et mort le 26 juin 1984 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), est un footballeur international français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au Maghreb[modifier | modifier le code]

Joseph Gonzales grandit dans la ville de Béni Saf, en Algérie française, et commence le football dans le club local en 1921 avec les allumettes. En 1926, Gonzales part au Maroc jouet dans le club de la ville d'Oujda, près de la frontière algérienne.

Amateur à Valenciennes (1931-1933)[modifier | modifier le code]

En 1931, Joseph Gonzales part à l'extrême nord de la France métropolitaine, où il joue à l'US Valenciennes-Anzin. Avec l'équipe, il ne réussie pas à se qualifier pour la Division 1, créée en 1932. Malgré le succès l'année suivante, Gonzales reçoit une offre du club de première division voisin, le SC Fives, et décide après deux ans à Valenciennes de monter en D1.

Professionnel au SC Fives (1933-1936)[modifier | modifier le code]

Joseph Gonzales rejoint le SC Fives et participe à la meilleure saison du club fivois en championnat de France[scf 1]. Grâce à sa défense (la meilleure avec 31 buts encaissés seulement), les Fivois terminent vice-champions.

Pré-sélectionné dans la liste des trente joueurs français pour la Coupe du monde 1934, le précoce échec des Bleus face à l'Autriche ne le laisse pas le temps de connaître sa première sélection[1],[2].

Les deux saisons suivantes en première division sont décevantes, le SC fivois n'arrivant pas à se mêler dans la course au titre à cause de résultats irréguliers[scf 2]. Le SC Fives termine onzième puis huitième. Le club réalise cependant des bons parcours en Coupe de France, atteignant les demi-finales puis les quarts de finale[scf 3]. Battus en 1934-1935 par le Stade rennais en demie[scf 1], les Fivois accrochent en quarts de finale de l'édition 1935-1936 le FC Sochaux, champion de France en titre. Après deux matchs nuls (0-0, 2-2), le SC Fives perd finalement le deuxième match d'appui 1-0[scf 4].

Le 8 mars 1936, Joseph Gonzales joue son seul match avec l'équipe de France lors de la réception de la Belgique à Colombes en match amical (victoire 3-0)[1],[3],[4]. Il joue le match au poste d'arrière droit[5]. Ce succès permet à l’équipe de France de terminer sa saison 1935-1936 compliquée sur une note positive[2].

Dix ans à Marseille (1936-1946)[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 1936-1937, Joseph Gonzales arrive à l'Olympique de Marseille. Il est remplaçant mais cela ne l'empêche pas d'être sacré champion de France dès la première année. Le premier sacre de l'histoire du club est si disputé que les phocéens ne remportent le titre que grâce à son goal-average supérieur à celui du FC Sochaux[6].

La saison suivante, Gonzales a gagné ses galons de titulaire et remporte la première Coupe de France mais termine à deux points des sochaliens en championnat[6]. De même la saison suivante, au autant de longueur du FC Sète[7].

Le football français continue malgré la Seconde Guerre mondiale, et la réquisition du stade Vélodrome par les forces armées[8]. De retour au stade de l'Huveaune, Marseille termine deuxième du championnat de la zone Sud-Est 1939-1940 et échoue en finale de la Coupe de France face au RC Paris (2-1)[9]. En 1941, l'OM est champion de France de la zone libre ; néanmoins, ce titre n'est pas comptabilisé dans le palmarès olympien.

Lors de la saison 1942-1943, Joseph Gonzales est capitaine et entraîneur de l'Olympique de Marseille. Il est aidé par un préparateur physique, André Blanc, faisait l'entraînement et par le président pour composer l'équipe. Le club remporte la Coupe de France[10],[11]. Lors de la finale rejouée après le 2-2 initiale, Gonzalès n'est pas entièrement rétabli d'un coup lors du premier match. Mais il reste un des piliers de l'équipe et avec son expérience et sa maturité de jeu, prend dès l'abord l'ascendant sur les avants bordelais et il écarte sans mal tout danger et même toute lointaine menace (victoire 4-0)[12].

En 1943-1944, le championnat professionnel est supprimé sur l'initiative du nouveau commissaire général aux sports, le colonel Pascot. Le championnat est remplacé par une épreuve groupant des équipes représentant chacune une région et possédant des professionnels rétribués par cet organisme d’État. Gonzales et un grand nombre de ses coéquipiers de l'OM intègrent l'équipe fédérale Marseille-Provence. D'abord emmené par Laurent Henric, Gonzales (jusque là capitaine) prend la gestion de l'équipe en janvier 1944[13]. Marseille-Provence termine neuvième du championnat et est éliminé en huitième-de-finale de la Coupe de France[14].

Ces équipes fédérales sont dissoutes à la Libération et, en 1945, l'OM dispute la Coupe de la Libération (renommée ensuite Coupe de la Victoire) et perd en finale au stade de l'Huveaune face au FC Metz[15].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Gonzales avec le SC Fives en 1934 (7e en partant de la gauche).

Ce tableau présente les statistiques de Joseph Gonzales[16],[17].

Statistiques de Joseph Gonzales
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Drapeau : France France Total
Division M B M B M B M B
1933-1934 Drapeau de la France SC Fives D1 26 0 1 0 - - 27 0
1934-1935 Drapeau de la France SC Fives D1 27 0 5 0 - - 32 0
1935-1936 Drapeau de la France SC Fives D1 30 0 7 0 1 0 38 0
Sous-total 83 0 13 0 1 0 97 0
1936-1937 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 10 0 1 0 - - 11 0
1937-1938 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 26 1 8 1 - - 34 2
1938-1939 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 29 1 2 0 - - 31 1
1939-1940 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 6 0 5 0 - - 11 0
1940-1941 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 9 0 1 0 - - 10 0
1941-1942 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 5 0 3 0 - - 8 0
1942-1943 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 21 0 8 0 - - 29 0
1943-1944 Drapeau de la France ÉF Marseille-Provence D1 18 1 3 1 - - 21 2
1944-1945 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 14 0 8 0 - - 22 0
1945-1946 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 2 0 - - - - 2 0
Sous-total 122 2 35 1 0 0 157 3
Total sur la carrière 223 3 52 2 1 0 276 5

Palmarès[modifier | modifier le code]

Championnat de France (1)
Coupe de France (2)

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Aux héros anonymes des bleus et du foot français, la patrie... », sur sofoot.com,‎ (consulté le 10 février 2015)
  2. a et b « Le Ballon Dans Les Pieds », sur leballondanslespieds.wordpress.com,‎ 2014 (consulté le 10 février 2015)
  3. « Fiche de Joseph Gonzales », sur lequipe.fr (consulté le 9 février 2015)
  4. « Fiche de Joseph Gonzales », sur fff.fr (consulté le 9 février 2015)
  5. « France-Belgique 1936 », sur fff.fr (consulté le 9 février 2015)
  6. a et b « OM Saison 1936-1937 premier titre de Champion de France » (consulté le 9 février 2015)
  7. « OM, Saison 1938-1939, le titre manqué de peu » (consulté le 9 février 2015)
  8. « Vélodrome - Le cœur du football français », sur fr.fifa.com (consulté le 11 décembre 2009)
  9. Collectif, Coupe de France: La folle épopée, L'Équipe,‎ , 431 p. (ISBN 2915535620), p. 351
  10. « Joseph Gonzales, entraîneur de l'OM en 1942/1943 », sur ohaime-passion.com (consulté le 9 février 2015)
  11. « OM, saison 1942-1943, 6eme Coupe de France », sur om4ever.com (consulté le 9 février 2015)
  12. « Coupe de France 1943 l'OM bat Bordeaux 4 à 0 », sur om4ever.com (consulté le 9 février 2015)
  13. « Joseph Gonzales, entraîneur de l'OM en 1943/1945 », sur ohaime-passion.com (consulté le 9 février 2015)
  14. « La Saison 1943-1944 Marseille-Provence équipe fédérale », sur om4ever.com (consulté le 9 février 2015)
  15. « La résurrection », sur www.fcmetz.com (consulté le 1 novembre 2009)
  16. « Fiche de Joseph Gonzales », sur pari-et-gagne.com (consulté le 9 février 2015)
  17. « Fiche de Joseph Gonzales », sur om1899.com (consulté le 9 février 2015)

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

  • Paul Hurseau et Jacques Verhaeghe, Olympique Lillois. Sporting Club Fivois. Lille O.S.C., Alan Sutton, coll. « Mémoire du Football »,‎ , 128 p. (ISBN 2842530802) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. a et b Hurseau 1997, p. 47
  2. Hurseau 1997, p. 57
  3. Hurseau 1997, p. 40
  4. Hurseau 1997, p. 52