Joseph Finder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Finder

Description de l'image  JoeFinder2.jpg.
Activités Romancier
Journaliste
Enseignant
Naissance (55 ans)
Chicago Drapeau des États-Unis
Langue d'écriture anglaise
Genres roman policier
Distinctions Gumshoe Award Meilleur Thriller 2005
Thriller Award du meilleur roman 2007
The Strand Critics Award du Meilleur roman 2011

Œuvres principales

  • La Trahison aux deux visages
  • Paranoïa
  • Company Man
  • L'Instinct du tueur
  • Power Play
  • Secrets enfouis

Compléments

Joseph Finder autograph.png

Joseph Finder, né le 6 octobre 1958 à Chicago dans l'Illinois, est un écrivain américain. Il a écrit plusieurs romans d'espionnage et des thrillers qui se déroulent dans le milieu des affaires. Il est surnommé le « P-DG du thriller d'entreprise ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a passé beaucoup de sa petite enfance en Afghanistan et aux Philippines avant que sa famille ne retourne vivre aux États-Unis (Bellingham, dans l'État de Washington et Albany dans l'État de New York, où il a été au lycée Shaker).

Finder s'est spécialisé en études russes à l'Université Yale. Il a obtenu une maîtrise de russe au Harvard Russian Research Center en 1984 et a enseigné plus tard à l'université de Harvard.

Contacté par la CIA pendant son troisième cycle universitaire, il devient officier de renseignements puis journaliste spécialisé dans les questions de politique internationales au New York Times, au Wall Street Journal, au Washington Post. Il a écrit plusieurs discours pour la campagne présidentielle de Bill Clinton.

Mettant à profit ses connaissances du terrain et ses nombreux contacts à la CIA comme au FBI, Joseph Finder écrit des thrillers aux intrigues réalistes comme L'Instant zéro ou La Trahison aux deux visages (adapté au cinéma en 2003 sous le titre Crimes et Pouvoir par Carl Franklin, avec Morgan Freeman et Ashley Judd).

Joseph Finder est un des membres fondateurs de The International Thriller Writers Association[1]. Il est conseiller financier pour l'International PEN-New England. Il est aussi membre de l'Association des anciens officiers du renseignement (Former Intelligence Officers).

Il vit à Boston (Massachusetts) avec sa femme et fille et enseigne à Harvard.

En 2009, avec son roman Sans laisser de trace, il crée le personnage de Nick Heller, que l'on retrouve dans Secrets enfouis. Ancien des Forces spéciales, il travaille comme enquêteur dans une entreprise de renseignement privée.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les romans de Joseph Finder sont toujours très documentés. Joseph Finder est un grand voyageur, spécialiste de l'espionnage et des affaires internationales.

Dans son premier roman, Le Club de Moscou (The Moscow Club, 1991), Joseph Finder imagine que le KGB porte un coup contre le leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Six mois après la publication du livre, un tel coup se produira. Le Club de Moscou a été finalement publié dans trente pays étrangers et est devenu un best-seller partout en Europe.

Le deuxième roman de Joseph Finder Extraordinary Powers (1994, inédit en France) raconte la découverte d'une taupe soviétique dans les rangs les plus hauts de la CIA. Ce livre a un écho dans l'actualité : la mise à jour d'une taupe à la CIA, Aldrich Ames.

L'Instant zéro (The Zero Hour, 1996) a été le premier roman jamais écrit en coopération officielle avec la CIA et le FBI.

Après s'être illustré dans le roman d'espionnage, Joseph Finder change de genre en écrivant des business-thrillers, des thrillers qui se passent dans le milieu de l'entreprise. C'est avec ceux-ci qu'il acquiert la notoriété. Paranoïa raconte comment un jeune employé oisif d’un géant des télécoms se voit contraint d'espionner une firme concurrente. L'Instinct du tueur a obtenu en 2007 the International Thriller Writers Award du meilleur roman. On surnomme Joseph Finder le « P-DG du thriller d'entreprise ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Romans traduits en français[modifier | modifier le code]

The Moscow Club (New York : Viking, 1991)

Le Club de Moscou - trad. Jean Rosenthal

The Zero Hour (New York : William Morrow & Co., 1996)

L'Instant zéro - trad. Michèle Garène

High Crimes (New York : William Morrow & Co., 1998)

La Trahison aux deux visages - trad. Dominique Defert

Paranoia (New York : St. Martin’s Press, 2004)

Paranoïa - trad. Marina Boraso

Company Man (New York : St. Martin’s Press, 2005) / No Hiding Place (autre titre UK)

Company Man - trad. Renaud Morin et Madeleine Nasalik

Killer Instinct (New York : St. Martin’s Press, 2006)

L’Instinct du tueur - trad. Marina Boraso

Power Play (New York : St. Martin’s Press, 2007)

Power play - trad. Marina Boraso

Vanished (New York : St. Martin's Press, 2009)

Sans laisser de trace - trad. Marina Boraso

Buried Secrets (New York : St. Martin's Press, 2011)

Secrets enfouis - trad. Marina Boraso

Versions condensées[modifier | modifier le code]

Romans inédits en France[modifier | modifier le code]

  • Red carpet (New York : Holt, Rinehart, and Winston, 1983)
  • Extraordinary Powers (New York : Ballantine Books, 1994)

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Drapeau des États-Unis Gumshoe Award Meilleur Thriller pour Company Man.
  • 2007 : Drapeau des États-Unis "Thriller Award du meilleur roman" décerné par l'International Thriller Writers, pour L'Instinct du tueur.
  • 2008 : Drapeau de la France Présélection Prix des lecteurs Le Livre de Poche pour Company Man.
  • 2010 : Drapeau de la France Présélection Prix des lecteurs Le Livre de Poche pour Power Play.
  • 2011 : Drapeau des États-Unis The Strand Critics Award du Meilleur roman pour Secrets enfouis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'International Thriller Writers Association

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • FILLON, Alexandre. « La dernière heure du directeur commercial ». Lire, avril 2007.
  • FILLON, Alexandre. « Légitime défense ». Livres hebdo, 21/10/2005, n° 618.

Liens externes[modifier | modifier le code]