Joseph Cattarinich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Cattarinich

Portrait d'un jeune homme portant un chandail bleu avec col blanc, décoré par un sigle formé de la lettre C, en blanc sur la poitrine, traversée horizontalement par une bande blanche qui tourne vers le haut, à la gauche et à la droite de l'avant du chandail, et passe par-dessus les deux épaules.

Cattarinich dans l'uniforme original des Canadiens en 1909–1910 sur une carte de hockey issue d'un paquet de cigarettes.

Surnom(s) The Silent One[1]
Nationalité Drapeau du Canada Canada
Né le ,
Lévis (Canada)
Mort le
Joueur décédé
Position Défenseur
ou Gardien de but
Carrière pro. 1909 – 1910
Poste
Titre Propriétaire des Canadiens de Montréal
Activité 1921 – 1935

Temple de la renommée : 1977

Joseph Cattarinich (né le 13 novembre 1881 à Lévis, Québec, Canada - mort le 7 décembre 1938) est un joueur professionnel de hockey sur glace (défenseur et gardien de but), un entrepreneur de course de chevaux, vendeur de tabac et copropriétaire des Canadiens de Montréal dans la Ligue nationale de hockey (LNH) de 1921 à 1935.

Arrivée de son père croate au Canada[modifier | modifier le code]

Joseph Cattarinich Sr. était un capitaine croate nommé Cattarinichi. Il changea son nom en arrivant au Canada (année inconnue ?) pour prendre le nom Cattarinich (prononciation correcte du nom croate Katarinić - comme il était épelé à l'origine). Joseph Sr. né a Veli Losinj, Croatie (alors Lussin-Piccolo, Autriche) de parents croates Joseph et Jacoba (nee Bradicic), épousa Catharina Mareglia, egalement de parents croates Dominicus et Maria (nee Nikolic), a Primorje-Gorski, Croatie en 1839.

Naissance de Joseph Cattarinich à Québec en 1881[modifier | modifier le code]

Joseph Cattarinich Jr. est né le 13 novembre 1881 à Lévis.

Joseph Cattarinich se marie en 1900[modifier | modifier le code]

À Saint-Jacques-le-Majeur, Montréal, le 13 avril 1914, à l'âge de 33 ans, il épouse Blanche Vermette.

Début d'une courte carrière professionnelle au hockey à Montréal en 1901[modifier | modifier le code]

Il débuta sa carrière au hockey professionnel à Montréal et il aurait joué avec des clubs amateurs de Hockey entre 1901 et 1905. En 1909, il travailla à titre de serre-frein pour le Canadien Pacifique et fit la connaissance de Léo Dandurand alors qu'il fait partie du Club de crosse de Montréal. Il a joué à titre de gardien de but pour les National de Montréal dans l'Association canadienne de hockey (ACH) en 1909-1910. En 1909, on fonde le club de hockey Club Athlétique Canadien qui deviendra le Club de Hockey Canadien dans l'Association nationale de hockey (ANH) pour la saison 1909-1910. Cattarinich a débuté sa carrière avec les Canadiens de Montréal à titre de gardien. Il a participé à la première partie de l'équipe le 5 janvier 1910, lors d'un match contre le Silver Kings de Cobalt (Ontario), remporté 7-6 en prolongation[2].

Sa retraite à titre de joueur de hockey en 1910[modifier | modifier le code]

Cattarinich prit sa retraite à la suite d'un match hors-concours, opposant les Canadiens et le club amateur des Saguenéens de Chicoutimi, présenté le 17 février 1910 à Chicoutimi. Les Canadiens perdirent la partie 11-5. Le gardien de l'équipe de Chicoutimi était nul autre que Georges Vézina[3]. Sa prestation fut très impressionnante et Cattarinich recommanda l'embauche du gardien Georges Vézina à Georges Kennedy, propriétaire de l'équipe. Le 26 décembre 1910, il signa son contrat en vue de la prochaine saison.

Début de sa carrière d'homme d'affaire et de promoteur de chevaux[modifier | modifier le code]

Avec son partenaire Léo Dandurand, Cattarinich a réintroduit le pari des courses à chevaux aux États-Unis après la Première Guerre mondiale. L'activité de la paire « Catta-Léo » s'est étendue jusqu'à Chicago, La Nouvelle-Orléans et même à Saint-Louis.

Propriétaire des Canadiens de Montréal dans la LNH en 1921[modifier | modifier le code]

Le Canadien de Montréal fit son apparition dans la LNH en 1917. Le 4 novembre 1921, avec Léo Dandurand et Louis Létourneau, Cattarinich acheta les Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey au montant de 11 000,00 $ de la part de la veuve de l'ancien propriétaire George Kendall Kennedy.

Ils auront les postes suivants :

Ils firent connaître des joueurs tels que Howie Morenz, Aurèle Joliat, Joe Malone et Newsy Lalonde. Sûrement aidé par le fait que Dandurand était un partenaire actif avec la formation du Canadien, l'équipe a remporté la Coupe Stanley à trois reprises avec des joueurs tels que Howie Morenz, Aurèle Joliat et Georges Vézina. On donna même le titre de Flying Frenchmen à l'équipe.

Lors de la saison 1926-1927, le trio suggéra à la Ligue nationale de hockey de constituer le Trophée Vézina en hommage au célèbre gardien décédé de la tuberculose le 28 novembre 1925.

De plus, c'est ce même groupe qui produisit l'actuel logo de l'équipe, ainsi que la bande horizontale bleue sur le chandail.

Trois fois champion de la Coupe Stanley à titre de propriétaire des Canadiens[modifier | modifier le code]

Son équipe remporta trois fois la Coupe Stanley entre 1924 et 1931.

Blue Bonnets est acheté par le trio Cattarinich-Dandurand-Létourneau en 1932[modifier | modifier le code]

En 1932, le trio formé de Joe Cattarinich, de Léo Dandurand et de Louis Létourneau achète le Parc Delorimier et se porte acquéreur de Blue Bonnets[4].

En 1933, Joe Cattarinich est nommé président de Blue Bonnets. À cette époque, les écuries de Blue Bonnets pouvaient accueillir quelque 650 pur-sang.

Le trio Cattarinich, Dandurand, Létourneau vend les Canadiens de Montréal en 1935[modifier | modifier le code]

Le 17 septembre 1935, après une série de pertes financières (allant jusqu'à 40 000 $ pour la saison 1934-35), Cattarinich et Dandurand vendent le club à un syndicat comprenant Ernest Savard, Maurice Forget et Louis Gélinas en 1935. L'équipe fut vendue au montant de 175 000 $. Cattarinich ne fit jamais faillite, car il avait des investissements dans d'autres champs d'affaires. On mentionne notamment qu'il avait sa suite à l'hôtel Windsor de Montréal.

Lors du décès d'Howie Morenz en 1937, tout son équipement fut vendu à l'encan. Cattarinich ne pouvait être présent et il demanda à Jules Dugal, secrétaire-trésorier des Canadiens (futur entraîneur de l'équipe), d'acheter l'équipement complet de Morenz au coût de 500 $. Cattarinich était reconnu comme un homme généreux et il donna tout l'équipement à Howie Morenz Jr.

Décès de Joseph Cattarinich en 1938[modifier | modifier le code]

À la fin de sa vie, Joseph Cattarinich résidait au 191, côte Sainte-Catherine dans le secteur Outremont à Montréal.

Tentant de se remettre d'une opération à l'œil, Joseph Cattarinich a souffert d'une crise cardiaque et il est décédé le 7 décembre 1938 à La Nouvelle-Orléans. Il fut exposé en chapelle ardente à sa résidence et ses funérailles eurent lieu le 10 décembre 1938 à l'église Saint-Viateur d'Outremont.

Honneur[modifier | modifier le code]

Il fut intronisé à titre de membre du Temple de la renommée du hockey en 1977.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Joseph Cattarinich, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 20 mars 2011)
  2. La Patrie, vendredi 7 janvier 1910, p.2, lien à la collection numérique de Bibliothèque et Archives nationales du Québec [1]
  3. Le «concombre de Chicoutimi » a joué 328 parties en saison régulière, 39 lors des éliminatoires et 15 blanchissages entre 1910 et 1926.
  4. En 1938, lors du décès de Joseph Catarinich qui était devenu seul propriétaire, sa succession nommera J. Eugène Lajoie à la présidence de Blue Bonnets.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie :

  • Bruneau Pierre et Léandre Normand. La Glorieuse Histoire des Canadiens, Montréal, Les Éditions de l'homme, 2003, 743 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]