Joseph Ahrens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joseph Ahrens

alt=Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Joseph Johannes Clemens Ahrens
Naissance 17 avril 1904
Sommersell (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), Empire allemand
Décès 21 décembre 1997 (à 93 ans)
Berlin, Allemagne
Activité principale Compositeur, organiste
Lieux d'activité Cathédrale Sainte-Edwige de Berlin
Maîtres Alfred Sittard (de), Max Seiffert, Wilhelm Middelschulte (de)
Enseignement Berlin Hochschule für Musik
Descendants Sieglinde Ahrens (de)
Récompenses membre de l'Académie des arts de Berlin

Joseph Ahrens est un organiste et compositeur allemand, né le 17 avril 1904 à Sommersell en Rhénanie-du-Nord-Westphalie et mort le 21 décembre 1997 à Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Au cours des années 1920, Joseph Ahrens entreprend des études musicales à Münster auprès de Fritz Volbach (de). Entre 1925 et 1928, il poursuit ses études à la Staatlich Akademie für Kirchen und Schulmusik de Berlin. Parmi ses professeurs figurent Alfred Sittard (de), Max Seiffert et l'organiste Wilhelm Middelschulte (de). Il étudie également le chant grégorien dans des abbayes bénédictines[1],[2].

Entre 1931 et 1940, Joseph Ahrens est organiste au Berliner Philharmoniker[3] et cumule la fonction d'organiste à la cathédrale Sainte-Edwige à partir de 1934. De 1945 à 1957, il est organiste à la Salvator-Kirche, dans le quartier de Schmargendorf de Berlin[1].

À partir de 1945 et jusqu'en 1969, Ahrens enseigne à la Berlin Hochschule für Musik. En 1963, il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin[1].

Sa fille, Sieglinde Ahrens (de), est également organiste.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ahrends est reconnu pour ses talents d'improvisation à l'orgue. Ses compositions mêlent des éléments de liturgiques, comme les chants grégoriens avec des techniques modernes telles que le dodécaphonisme. Une partie de son œuvre a été écrite pour l'Église catholique romaine.

Œuvres pour orgue[modifier | modifier le code]

  • Canzone, en fa (1930) ;
  • Pange lingua, hymne (1935) ;
  • Toccata eroica (1935) ;
  • Partita Christus ist erstanden (1935) ;
  • Fünf kleine Stücke, « Cinq petites pièces » (1936) ;
  • Regina coeli (1937) ;
  • Fantasie, Grave marcia funebre and Toccata, en do mineur (1939) ;
  • Jesu, meine Freude, partita (1942) ;
  • Praeludium and Fugue, en fa mineur (1942) ;
  • Toccata and Fugue, en mi mineur (1942) ;
  • Concertino, en sol majeur (1943) ;
  • Fantasie, en si majeur (1943) ;
  • Orgelmesse, « Messe pour orgue » (1945) ;
  • Verleih uns Frieden gnädiglich, partita (1947) ;
  • Lobe den Herren, partita (1947) ;
  • Das Heilige Jahr, « Le Nouvel an » œuvre chorale pour orgue (1948-1950) ;
  • Cantiones Gregorianae pro organo I-III (1957) ;
  • Verwandlungen I (1963), II (1964) und III (1965) ;
  • Fünf Leisen (1969) ;
  • Trilogia contrapunctica (1972, 1975, 1976) ;
  • Canticum Organi I-III (1972, 1975, 1976) ;
  • Trilogia dodekaphonica (1978).

Autres pièces[modifier | modifier le code]

  • Passion selon Saint-Mathieu (1950) ;
  • Passion selon Saint-Jean (1961) ;
  • Sonate pour alto et orgue (ou orgue positif) (1953).

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Die Formprinzipien des Gregorianischen Chorals und mein Orgelstil, Heidelberg 1978
  • Von den Modi zur Dodekaphonie, Heidelberg 1979

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]