Josef Winkler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Josef Winkler

alt=Description de l'image Josef Winkler cropped.jpg.
Activités écrivain, auteur
Naissance 3 mars 1953
Paternion
Langue d'écriture allemand
Genres roman
Distinctions prix Anton-Wildgans, Grand prix d'état de littérature autrichien, Prix Georg-Büchner, Q1095574
Josef Winkler (Vienne 2007)

Josef Winkler (né le 3 mars 1953 à Paternion en Carinthie) est un écrivain autrichien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Josef Winkler a grandi en Carinthie dans une famille de paysans. Son village natal constitue le décor principal de ses premiers livres. Il vit aujourd'hui à Klagenfurt. Il fait de nombreux séjours en Italie, notamment à Rome, qui lui inspirent le roman Cimetière des oranges amères et la "nouvelle romaine" Natura morta, ainsi qu'en Inde (Varanasi), qui lui inspire Shmashana et Sur les rives du Gange. Ses voyages l'ont également mené sur les traces de Jean Genet (Paris, Touraine, Maroc) et au Mexique. De 1973 à 1982, il travailla dans l'administration de l'université des sciences de l'éducation de Klagenfurt. Josef Winkler organisa alors un Cercle de travail littéraire en collaboration avec Alois Brandstetter et publia une revue littéraire Schreibarbeiten (Travaux écrits).

En 1979 il remporte avec le roman Menschenkind le second prix du Prix Ingeborg Bachmann, le premier étant décerné à Gert Hofmann. Ce livre forme avec les deux suivants Der Ackermann aus Kärnten et Muttersprache la trilogie Das wilde Kärnten. Le milieu rural de la province autrichienne, le catholicisme et ses rites, la mort, ainsi que l'homosexualité - Winkler décrit le suicide de deux adolescents de son village comme l'élément déclencheur de son écriture -, jouent un rôle important dans ses textes. Winkler décrit, à partir d'expériences personnelles, mais aussi en recourant à des récits de rêves, à des jeux sur les identités et des citations littéraires, la difficulté du marginal dans un milieu patriarcal et marqué par la religion catholique.

Parmi les auteurs qui sont des figures tutélaires de Winkler, Jean Genet (auquel il consacre un livre, Le Livret du pupille Jean Genet), Hans Henny Jahnn, Kafka, Lautréamont, les surréalistes français.

En 2007 est paru le récit Roppongi. Requiem für einen Vater. Il reçoit en 2008 le Grand Prix National autrichien ainsi que le prix Büchner, qui lui est remis à Darmstadt en novembre 2008. En juin 2009, il ouvre, par un discours provocant, le 30e concours littéraire Ingeborg Bachmann à Klagenfurt.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Menschenkind, Suhrkamp, 1979
  • Der Ackermann aus Kärnten, Suhrkamp, 1980
  • Langue maternelle (Muttersprache, Suhrkamp, 1982), traduit de l'allemand par Bernard Banoun, éditions Verdier, 2008
    • Die Verschleppung,Shurkamp, 1983
  • Le Serf (Der Leibeigene, Suhrkamp, 1987), traduit de l'allemand par Éric Dortu, éditions Verdier, 1993
  • Cimetière des oranges amères (Friedhof der bitteren Orangen, Suhrkamp, 1990), traduit de l'allemand par Éric Dortu, éditions Verdier, 1998
    • Das Zöglingsheft des Jean Genet, Suhrkamp, 1992
  • Sur la rive du Gange (Domra, Suhrkamp, 1996), traduit de l'allemand par Éric Dortu, éditions Verdier, 2004
  • Quand l’heure viendra (Wenn es soweit ist, Suhrkamp, 1998), traduit de l'allemand par Bernard Banoun, éditions Verdier, 2000
  • Shmashana, bilingue, traduction de l'allemand par Éric Dortu, éditions M.E.E.T., 1999[1]
  • Natura morta ("nouvelle romaine", Suhrkamp, 2001), traduit de l'allemand par Bernard Banoun, éditions Verdier, 2003
    • Leichnam, seine Familie belauernd, Suhrkamp, 2003
  • Requiem pour un père (Roppongi. Requiem für einen Vater, Suhrkamp, 2007), traduit de l'allemand par Bernard Banoun, éditions Verdier, 2013
Réédition en volume
  • Das wilde Kärnten (Menschenkind, Der Ackermann aus Kärnten, Muttersprache), Suhrkamp, 1995

Distinctions[modifier | modifier le code]

Winkler est titulaire de plusieurs prix littéraires dont :

  • Prix des éditeurs du concours Ingeborg Bachmann 1979
  • Prix Anton Wildgans 1980
  • Prix de littérature de Kranichstein 1990
  • Stadtschreiber von Bergen 1994/1995
  • Prix Bettina von Arnim 1995
  • Prix de littérature de Berlin 1996
  • Prix Alfred Döblin 2001, pour Natura morta
  • Prix Otto Stoess 2001
  • Prix Franz Nabl 2005
  • Prix Georg-Büchner 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]