Josef Dobrovský

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Josef Dobrovský.
Buste de Josef Dobrovský.
Buste de Dobrovský à Prague.

Josef Dobrovský, né le 17 août 1753 à Balassagyarmat en Hongrie et mort le 6 janvier 1829 à Brno, est un philologue, historien, grammairien, fondateur de la slavistique moderne, originaire de Bohème. Il est avec Josef Jungmann, l'une des figures les plus importantes de la Renaissance nationale tchèque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Josef Dobrovský a reçu sa première éducation dans la langue allemande à l'école d'Horšovský Týn dans le district de Plzeň. Sa première rencontre avec la langue tchèque eut lieu au lycée de Havlíčkův Brod. Il écrivait en latin, en allemand, puis en tchèque.

Il étudia ensuite chez les Jésuites à Klatovy. En 1769, il a commencé à étudier la philosophie à l'Université de Prague. En 1772, il a été admis chez les jésuites à Brno et se préparait pour une mission chrétienne en Inde, quand l'ordre des Jésuites fut dissous en Bohème en 1773. Dobrovský se rendit alors à Prague pour étudier la théologie.

Il occupa un temps la charge de tuteur dans la famille princière des Nostitz. Il obtint le poste de vice-recteur, puis de recteur, du séminaire général à Hradisko (qui fait maintenant partie de Olomouc), mais en 1790 il a perdu son poste avec l'abolition des séminaires à travers l'Empire des Habsbourg. Il retourna dans la famille des Nostitz qui l'accueillirent avec amitié. À cette époque, il a écrit quelques-unes des œuvres les plus importantes de ses études slaves, sur l'historiographie et la philologie.

En 1792, Dobrovský a effectué une tournée européenne pour le compte de l'Académie des Sciences de Bohême, à la recherche des manuscrits qui avaient été dispersés par les guerre de Trente Ans. Il visita ainsi Stockholm, Turku, Saint-Pétersbourg et Moscou. À son retour, il accompagna le comte Nostitz en Suisse et en Italie.

Dans les années 1780, il participa à la vie universitaire à Prague. En 1784, il a aidé à mettre en place la Société royale tchèque des sciences.

En 1818, il contribua à la création du Musée national de Prague.

En 1828, il se rendit à Brno afin d'étudier les bibliothèques locales quand il mourut au tout début de l'année 1829 dans cette ville.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la langue et de la littérature tchèques, 1791-1818 ;
  • Système complet de la langue tchèque, 1809 ;
  • Institutiones linguae slavicae dialecti veteris, 1822.

Liens externes[modifier | modifier le code]