Josépha de Bavière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Josépha de Bavière

Description de cette image, également commentée ci-après

Josépha de Bavière.

Biographie
Titulature Princesse de Bavière
Dynastie Maison de Wittelsbach
Autres fonctions Impératrice du Saint-Empire romain germanique
Nom de naissance Maria Josepha Antonia Walburga Felicitas Regula von Bayern
Naissance
Munich
Décès (à 28 ans)
Vienne (Autriche)
Père Charles VII du Saint-Empire
Mère Marie-Amélie d'Autriche

Josépha de Bavière (Maria Josepha Antonia Walburga Felicitas Regula), née le à Munich, décédée le à Vienne, fille de l'électeur Charles-Albert de Bavière et de Marie-Amélie d'Autriche, fut princesse de Bavière, puis impératrice du Saint-Empire romain germanique par son mariage avec l'empereur Joseph II. Elle appartenait à la maison de Wittelsbach.

Mariage[modifier | modifier le code]

Le , elle épousa Joseph de Habsbourg-Lorraine, Roi des Romains et héritier de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, au palais de Schönbrunn. Joseph était veuf de sa première épouse Marie-Isabelle de Bourbon-Parme, et Josépha était plus âgée que lui de deux ans.

Le mariage ne fut pas heureux. Il n'avait été décidé que sous la pression de l'impératrice-mère Marie-Thérèse d'Autriche, qui, ayant connu les affres d'une guerre de succession, voulait que son héritier ait une postérité masculine pouvant recueillir l'héritage impérial. Veuf inconsolable de sa première épouse Marie-Isabelle de Bourbon-Parme, l'empereur Joseph ne souhaitait pas se remarier. Cependant, il avait fait des propositions de mariage concernant la sœur de Marie-Isabelle, Marie-Louise. La proposition fut refusée car Marie-Louise était déjà fiancée au futur roi Charles IV d'Espagne et ne s'intéressait pas à Joseph.

Joseph rencontra Josépha en 1764, alors qu'il se rendait à Francfort-sur-le-Main afin d'être élu Roi des Romains. Il ne trouva pas Josépha séduisante, la décrivant dans une lettre comme « une personne courtaude, grosse et petite » avec de « vilaines dents ». Il admettait cependant que du point de vue du caractère, Josépha était une « femme irréprochable », qui l'aimait, et qu'il l'admirait pour ses qualités mais souffrait d'être incapable de l'aimer.

Le mariage, célébré le 23 janvier 1765, ne fut probablement jamais consommé. Joseph refusa de coucher dans leur chambre commune, et fit même séparer en deux le balcon qui joignait leurs appartements au palais de Schönbrunn, afin de ne jamais devoir rencontrer sa femme.

À la mort de son beau-père le , Josépha devint impératrice consort du Saint-Empire romain germanique ; cependant, sa belle-mère resta la figure la plus importante de l'empire et de la cour de Vienne.

Fin et épilogue[modifier | modifier le code]

Son sarcophage, Kaisergruft, Crypte des Capucins, Vienne, Autriche.

Le , après seulement deux ans de mariage, Josépha mourut de la petite vérole comme Marie-Isabelle de Bourbon-Parme avant elle. Elle était âgée de 28 ans. Son mari ne lui rendit pas visite durant sa maladie, mais l'impératrice-mère le fit.

Marie-Thérèse d'Autriche en attrapa la maladie, mais sa solide constitution lui permit de survivre.

L'impératrice Josépha fut enterrée dans la Crypte des Capucins à Vienne, mais l'empereur n'assista pas à ses funérailles[1].

En octobre suivant, l'archiduchesse Marie-Josèphe, fiancée au roi Ferdinand IV de Naples, s'étant recueillie devant le sarcophage de sa belle-sœur avant son départ pour Naples, attrapa également cette maladie qui lui fut fatale.

Bien que mal-aimée, l'impératrice joua malgré elle un rôle dans la vie de son époux après sa mort, quand il revendiqua la souveraineté d'une grande partie de la Bavière en 1778 et 1779. Il donnait pour raison à sa revendication, entre autres, son mariage avec une princesse de Bavière. Le conflit déboucha sur la guerre de Succession de Bavière, dans laquelle les Habsbourg ne gagnèrent finalement que l'Innviertel[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Helga Thoma: Ungeliebte Königin. Piper, 2006
  2. (de) Friedrich Weissensteiner: Die Töchter Maria Theresias. Heyne, 2002

Source[modifier | modifier le code]