José Yves Limantour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Yves Limantour

José Yves Limantour, né à Mexico en 1854 et décédé à Paris en 1935, est un homme politique mexicain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Mexico, le 26 décembre 1854, il est le fils de Joseph Yves Limantour (1812-1885), armateur de commerce français opérant en Californie et au Mexique. Après des études menées dans son pays mais aussi en Europe, qu'il découvre lorsqu'il a quatorze ans, José Yves Limantour suit des études de droit et d'économie.

Très vite, il commence une carrière politique et conseille le gouvernement dans le domaine monétaire et commercial. En mai 1893, il est nommé ministre des Finances, et conserve ce poste jusqu'à la démission du président Porfirio Diaz, le 25 mai 1911. On le considère alors comme le chef de file des Científicos, ce groupe d'hommes d'affaires et de scientifiques au service du président. Il a, à ce titre, contribué à la modernisation économique du pays, en développant notamment les moyens de transport, en réformant la monnaie et le système bancaire, etc.

José Yves Limantour a terminé sa vie en France (27 août 1935), où il a été membre associé de l'Académie des sciences morales et politiques. Il a été grand officier de la Légion d'honneur. Il est inhumé au cimetière de Montmartre.

En son honneur, l'Académie des sciences morales et politiques distribue tous les deux ans un prix qui porte son nom. Il distingue alternativement un livre de législation, d'économie politique et d'histoire :

  • 2001 - Claudine Guerrier, Les écoutes téléphoniques, Paris, 2000
  • 2003 - Michel Godet, pour l'ensemble de son œuvre
  • 2005 - Jean Bérenger, Léopold Ier, fondateur de la puissance autrichienne, Paris, 2004
  • 2007 - Hervé Leuwers, L'invention du barreau français, 1660-1830. La construction nationale d'un groupe professionnel, Paris, 2006
  • 2009 - Pierre Calame, Essai sur l'oeconomie, Paris, 2009
  • 2011 - François Caron, La dynamique de l'innovation. Changement technique et changement social, XVIe-XXe siècles, Paris, 2010.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]