José Travassos Valdez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Travassos Valdez
Image illustrative de l'article José Travassos Valdez
Fonctions
12e Président du conseil des ministres du Portugal
26 novembre 18399 juin 1841
1 an, 6 mois et 14 jours
Monarque Marie II de Portugal
Prédécesseur Rodrigo Pinto Pizarro de Almeida Carvalhais
Successeur Joaquim António de Aguiar
Biographie
Nom de naissance José Lúcio Travassos Valdez
Date de naissance 23 février 1787
Lieu de naissance Elvas
Date de décès 10 juillet 1862 (à 75 ans)
Lieu de décès Lisbonne
Nationalité portugaise
Parti politique Septembrisme
Profession militaire

José Travassos Valdez
Premiers ministres du Portugal

José Lucio Travassos Valdez (Elvas, 23 février 1787-Lisbonne, 10 juillet 1862), 1er comte de Bonfim, était un soldat et un homme d'État portugais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il nait à Elvas, le 23 février 1787 et était initialement destiné à une carrière dans l'Église catholique, mais suite à l'invasion du Portugal par les armées de Napoléon sous le commandement du général Junot, il devient un membre actif dans la résistance à l'occupation.

Lorsque Arthur Wellesley (qui deviendra plus tard le duc de Wellington) arriva au Portugal pour chasser les français, Travassos Valdez le servit servit comme aide-de-camp portugais à la Bataille de Roliça et à la Bataille de Vimeiro, sa première victoire majeure.

Au cours de la Guerre d'indépendance, il fut parmi les premiers officiers portugais à se joindre au commandement du maréchal Beresford et était si proche de lui qu'il était populairement connu dans les bataillons portugais comme « o discipulo de Beresford » (le disciple de Beresford)[1].

Il monta en grade pour devenir major assistant dans l'état-major de l'armée portugaise sous le commandement de Beresford, et aurait participé à neuf grandes batailles[2]. Il a été décoré pour ses services à la Bataille d'Albuera, le 16 mai 1811 (quand Beresford, fonctionnant indépendamment de Wellington, était le commandant des forces alliées); la Bataille de Salamanque, le 22 juillet 1812, la Bataille d'Orthez, le 27 février 1814, et la Bataille de Toulouse, le 5 avril 1814.

Après la révolution de 1820, dans la guerre libérale entre constitutionnaliste libéraux (la nouvelle constitution de type parlementaire appuyé par le roi Jean VI de Portugal) et les absolutistes (l'appui de son fils cadet le' Infant(Prince) Michel Ier de Portugal, un ennemi juré de toute forme de démocratie), Travassos Valdez était fortement impliqué du côté constitutionnaliste mais a été engagé à mater les révoltes par les absolutistes.

Quand Michel devint chef de l'armée, celui-ci démis de ses fonctions Travassos Valdez et l'envoya en exil à Setúbal, où le « Parc Bonfim » commémore aujourd'hui son séjour; mais après que le prince lui-même allé trop loin en avril 1825 avec une tentative de coup d'État (connu sous le nom d' Abrilada) fut envoyé en exil, Travassos Valdez fut rétablit dans ses fonctions. Quand, après la mort du roi Jean VI de Portugal, une armée espagnole envahit le Portugal afin de rétablir l'État absolutiste, Travassos Valdez s'opposa à leur armée de 6000 hommes avec seulement 900 hommes à Bragance, ce qui retarda leur avance jusqu'à ce que le gouvernement fut capable de lever suffisamment de force pour s'y opposer. Il a été fait prisonnier de guerre et envoyé en Espagne, mais s'en évadera. La régente Isabel Maria de Bragança lui offrit le poste de gouverneur d'Angola, qu'il refusa, pour prendre le poste de gouverneur (capitaine général) de Madère et Porto Santo en 1827[3]. Quand Dom Miguel confisqua le pouvoir à l'héritier légitime, sa nièce Marie II, et se proclama « roi absolu », Travassos Valdez resta à Madère jusqu'à se sue l'île soit envahie par un corps expéditionnaire envoyé du Portugal. Comme Miguel avait proclamé que Valdez devait être pendu, s'il était capturé, il fut contraint de fuir en Angleterre avec sa femme, son frère et ses six enfants, sous la protection de la Royal Navy (Septembre 1828). Il rejoint les nombreux réfugiés de la tyrannie de Dom Miguel et en 1832 chemina vers les Açores pour rejoindre l'expédition de Dom Pierre Ier du Brésil, ex-empereur du Brésil et père de Marie II, pour restaurer sa fille sur le trône ainsi que le régime constitutionnel au Portugal.

La Force expéditionnaire de Pedro débarqua au Portugal en 1832 et fut assiégé pendant un an dans la ville de Porto. Après la Bataille de Ponte Ferreira, lorsque Dom Pedro introduit des changements dans son haut commandement, Travassos Valdez exerça les fonctions d'adjudant-général et chef de l'état-major de l'Armée de Libération. Au cours du principal assaut miguéliste majeur sur la ville, le 29 septembre, Travassos Valdez fut grièvement blessé dans la défense d'une redoute à l'Église de Bonfim, d'où il prit plus tard son titre de noblesse. Un an plus tard (5 septembre 1833) il fut de nouveau blessé au siège de Lisbonne, que les constitutionnalistes avaient arrachés à Dom Miguel, qui a finalement été vaincu en 1834 et envoyé en exil, cette fois de manière définitive.

Dom Pedro décéda immédiatement après sa victoire et une longue période de troubles politiques entre les factions rivales a débuta sous le règne de la jeune reine Marie II. Les gouvernements vont et viennent, d'une durée généralement de quelques mois seulement. Le 17 septembre 1835, Travassos Valdez fut élevé à la pairie en tant que Baron Bonfim. En octobre 1836, il commanda les forces dans l'Alentejo contre les espagnols carlistes, du général Gomez, qui menaçaient la frontière. En 1837, il fut élu député par les constituants de l'arrondissement de Leiria au Parlement.

Lorsque les forces chartistes soulevèrent une insurrection contre le gouvernement le 12 juillet 1837, et ducs de Saldanha et de Terceira en tête, selon un compte rendu au début du XXe siècle: «  Le gouvernement de Lisbonne confie des pouvoirs extraordinaires au vicomte de Sá et le baron de Bonfim. Ces deux officiers, avec les forces constitutionnelles, ont attaqué des troupes des maréchaux» à Rio Maior le 28 août, et, bien sur les deux côtés, ils avaient plus de six semaines pour faire des préparatifs, ni des armées comptant 800 hommes. Mais les soldats ont été plus prudents que leurs dirigeants. Après un combat d'infanterie léger dans lequel les Portugais avaient à déplorer des pertes sensibles, les maréchaux donnèrent l'ordre de charger à leur petite escadre et le vicomte de Sá avança à la tête de sa troupe. La cavalerie des deux côtés s'arrêta à 50 pas, rangèrent leurs sabres dans leurs fourreaux, et après avoir fraternisé et retournèrent fidèlement les drapeaux de leurs commandants respectifs. Ceux-ci se virent contraints de signer un armistice et les maréchaux se retira dans le Nord. » [4]

Le 9 septembre 1837 Bonfim fut nommé ministre de la guerre, ministre des Affaires étrangères par intérim et ministre de la Marine dans le deuxième gouvernement de Sá de Bandeira. Parmi ses actions dans ce ministère, à la suite de l'écrasement de la rébellion chartiste à la Bataille de Ruivães, le 20 septembre 1837, était de désarmer la Garde nationale, qui avait été converti en contrat permanent vigueur à l'insurrection. Le 13 mars 1838, il utilise des troupes pour mater une révolte par les rebelles qui avaient occupé l'Arsenal de Lisbonne, un acte décisif qui a probablement empêché la chute du gouvernement libéral. Par un décret de D. Maria II du 4 avril 1838, il fut élevé à la noblesse, comme Conde do Bonfim. (La famille avait tendance à utiliser l'orthographe âgés Bomfim '.) Il était un sénateur dans la législature de 1839-40.and suppléant pour les électeurs de la circonscription de Leiria. Le 26 septembre 1839, il a assumé la direction du gouvernement en tant que Premier ministre, et a fourni la première période de stabilité relative en présidant le gouvernement onzième, une coalition qui a réussi à rester en fonction pour près de deux ans, jusqu'en 1841. Il a conservé le bureau du ministre des Affaires étrangères jusqu'au 28 décembre. Administration Bonfim, dans lequel il cumule les postes de Premier ministre, ministre de la Guerre, et chef du département des colonies, a duré au 9 juillet 1841. Parmi les personnes en fonction de son ministère étaient de Costa Cabral, Juan Rodríguez de Fonseca et d'autres. C'est au cours de la période de son gouvernement que les différents Europe, un pouvoir (parmi eux, le Saint-Siège) a renoué des relations diplomatiques avec le Portugal, après les avoir interrompues après l'arrivée du régime constitutionnel. Il a surtout cultivé des relations amicales avec l'Espagne après les tensions de la guerre carliste. Il était responsable de la fondation, en juillet 1840 de la forteresse et la ville de Moçâmedes dans le sud de Angola (maintenant Namibie) et il a promu la pacification interne au Portugal. Le 26 décembre 1840, le Portugal et l 'États-Unis d'Amérique ont signé un traité mutuel du commerce et de navigation. Bonfim démissionné de premier ministre quand il a rencontré une résistance à ses projets de réforme de la garde nationale, et a été remplacé dans ses fonctions par Joaquim António de Aguiar, qui avait été son adjoint.

Il termine sa carrière en tant que président du ministère de 1839 à 1841.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Travassos Francisco Valdez (1861), p.8.
  2. Anuário da Nobréza de Portugal1964, p. 424.
  3. Travassos Francisco Valdez (1861), pp. 7-8.
  4. Histoire des historiens du monde édité par Henry Smith Williams (London: The Encyclopaedia Britannica Co. Ltd, 1904 (5ème édition 1926), tome X, p. 552.