José Sanjurjo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Sanjurjo
Image illustrative de l'article José Sanjurjo

Surnom El León del Rif (Le lion du Rif)
Naissance 28 mars 1872
Pampelune
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Décès 20 juillet 1936 (à 64 ans)
Estoril
Drapeau du Portugal Portugal
Allégeance Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Flag of Spain (1931 - 1939).svg Seconde République espagnole
Bandera del bando nacional 1936-1938.svg Nationalistes espagnols
Arme Regulares-et.svg Regulares
Escudo del Ejército de Tierra.svg Armée de terre espagnole
Grade Lieutenant-général
Années de service 18961932
Conflits Guerre hispano-américaine
Guerre de Mélilla
Guerre du Rif
Faits d'armes Sanjurjada

José Sanjurjo Sacanell, né à Pampelune (Espagne) le 28 mars 1872 et mort à Estoril (Portugal) le 20 juillet 1936, est un militaire espagnol. Il participa ou donna son soutien à plusieurs coups de force nationalistes ; il est surtout connu pour être l'un des principaux conspirateurs du soulèvement de juillet 1936 qui déboucha sur la Guerre d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

José Sanjurjo est né à Pampelune en 1872. Il entre dans l'armée et participe à la guerre contre les États-Unis à Cuba en 1896 puis rejoint l'armée espagnole au Maroc à partir de 1909 et participe en 1921 à la reconquête de Melilla.

Soutien au coup d'État de Primo de Rivera[modifier | modifier le code]

Au moment du coup militaire de Primo de Rivera, en septembre 1923, Sanjurjo est gouverneur militaire de Saragosse ; il appuie sans réserve le soulèvement et la dictature de Primo de Rivera qui s'ensuit.

En 1925, il participe au débarquement d'Al Hoceima, puis devient haut commissaire espagnol au Maroc ; il est promu lieutenant général et en 1927, à la fin de la guerre du Rif, le roi Alphonse XIII lui concède le titre de « marquis du Rif »[1].

En 1928 il prend la direction de la Guardia Civil.

En 1931, pour son action durant la guerre du Rif, il reçoit également du Roi la Grand-Croix de Charles III.

La seconde république[modifier | modifier le code]

Sanjurjo ne fait rien pour éviter la chute du Roi Alphonse XIII[2] et accueille avec bienveillance l'avènement de la république en 1931. Il est le premier militaire haut gradé à se placer sous les ordres du comité révolutionnaire de la république. Ce changement de posture de Sanjurjo semble motivé par la rancœur suscitée par le renvoi de Primo de Rivera par le Roi après la chute de la dictature en 1930.

De façon générale il est en désaccord avec la réforme militaires de la gauche menée par le président Manuel Azaña, en particulier la réduction des effectifs de l'Armée et la nomination de López Ferrer, un civil, au poste de haut commissaire au Maroc.

Le soupçonnant de comploter contre le régime, le président lui retire la direction de la guardia civil pour le remplacer par le général Miguel Cabanellas puis le limoge de la direction des officiers de douane (carabineros)[2].

La Sanjurjada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sanjurjada.

En 1932, il n'attend plus rien du nouveau régime et se rapproche des monarchistes et carlistes[2]. Il lance un pronunciamiento, qui passera à la postérité sous le nom de Sanjurjada. Il échoue et tente de fuir au Portugal mais il est arrêté, jugé et condamné à mort. La peine est commuée en prison à perpétuité mais il est finalement libéré en mars 1934 par le gouvernement d'Alejandro Lerroux et exilé à Estoril au Portugal.

La guerre civile[modifier | modifier le code]

En février 1936, le Front populaire espagnol remporte les élections générales et suscite rapidement une vive hostilité dans les secteurs traditionalistes de la société espagnole.

Le 8 mars 1936, les cinq généraux Emilio Mola, Francisco Franco, Joaquín Fanjul, José Enrique Varela et Luis Orgaz Yoldi, et Valentín Galarza Morante (el técnico) se réunissent et s'accordent pour confier le commandement suprême des opérations à Sanjurjo[3], qui accepte après un entretien avec un émissaire envoyé par Mola[1].

Le 17 juillet 1936, le soulèvement des généraux nationalistes marque le début de la guerre civile espagnole.

Le 20 juillet 1936, Sanjurjo est tué dans le crash de l'avion[4] qui devait le ramener en Espagne pour prendre le commandement militaire de l'insurrection. Lorsque quelques mois plus tard Emilio Mola meurt également dans un accident d'avion circulent nombreuses rumeurs infondées affirmant que Franco avait comploté contre eux[5].

S'il n'était pas mort dans cet accident, il y a tout lieu de penser que Sanjurjo aurait dirigé les opérations militaires de la guerre, et probablement le nouveau régime[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Fernández López, pp. 232-233.
  2. a, b et c Fernández López, p. 104
  3. Fernández López, p. 219
  4. L'avion était trop chargé en bagages car, en dépit des avertissements du pilote Juan Antonio Ansaldo, il avait tenu à emporter un grand nombre de tenues militaires.
  5. (en) Biographie sur spartacus.schoolnet.co.uk