José Miguel Beñarán Ordeñana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argala.

José Miguel Beñaran Ordeñana

Description de cette image, également commentée ci-après

José Miguel Beñaran Ordeñana

Nom de naissance José Miguel Beñaran Ordeñana
Alias
Argala
Naissance 7 mars 1949
Arrigorriaga bandera.svgArrigorriaga
Pays basque Pays basque
Biscaye Biscaye
Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès 21 décembre 1978 (à 29 ans)
Anglet
Nationalité Espagne
Autres activités
Dirigeant ETA

José Miguel Beñarán Ordeñana, alias "Argala" (Arrigorriaga, 1949 - Anglet, décembre 1978), est un membre de l'organisation armée ETA et un des idéologues marxiste-léninistes les plus importants de l'organisation pendant le franquisme et la transition espagnole. Il a été impliqué, avec d'autres etarras[1], dans l'opération appelée Ogro durant laquelle fut assassiné l'amiral Luis Carrero Blanco - qui venait d'être nommé par Franco comme Président du Gouvernement. Deux de ses collaborateurs, son chauffeur et l'escorte[2],[3] furent également tués dans l'attentat.

Argala est mort assassiné le 21 décembre 1978 par une bombe placée sous sa voiture à Anglet (Pays basque français ou Iparralde) en réponse au meurtre de Carrero Blanco. Cet attentat fut revendiqué par l'organisation anti-indépendantiste d'extrême droite Batallón Vasco Español[2]. Dans les participants à l'attentat se trouvaient José María Boccardo, ancien membre de la Triple A, et Jean-Pierre Cherid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Arrigorriaga en 1949 au sein d'une famille nationaliste et bascophone du côté de sa mère, Argala commence ses lectures marxistes dès sa jeunesse, influencé par ses amitiés avec la gauche patriote (abertzale), adversaire du régime franquiste. Plus tard, il décide d'intégrer l'ETA, une organisation qui unissait le discours marxiste-leniniste à indépendantisme basque[2].

En 1968 et suite à des détentions, José Miguel Beñarán abandonne sa localité pour se réfugier à Oñate et adopte le pseudonyme d'Iñaki[2]. Exilé ensuite au Pays basque français, il prend une part active à la future évolution de l'organisation. Durant ces années d'intenses dialectiques, Argala est à l'origine de la phrase célèbre :

Yo discuto con todos, intelectualizo a los militares y militarizo a los intelectuales
Je discute avec tous, intellectualise les militaires et militarise les intellectuels.

En décembre 1973, José Miguel Beñarán Ordeñana, connu désormais sous le nom de Fernando, se trouve à Madrid, avec d'autres membres du commando Txikia.

De nouveau au Pays basque français, il prend part à la restructuration d'ETA. Au sein de l'organisation se font jour des divergences liées aux changements internes et, principalement, à l'analyse du futur politique. Argala joue à ce moment un rôle déterminant à deux tranchants : en analysant les conséquences de la chute du régime franquiste et les changements qui s'approchaient, et en étudiant le dédoublement pour comprendre tous les fronts de lutte sur un nouveau modèle organisationnel, laissant à ETA le champ militaire. Ainsi s'est constitué en novembre 1974 ETA militaire, dont l'analyse effectuée par José Miguel Beñaran sera concrétisée dans le manifeste "Agiri", publié à la fin de ce même mois.

En octobre 1976 Argala se marie à l'Île-d'Yeu (France), où il était déporté, avec Asun Arana, dont le compagnon, Jesus Mari Markiegi, avait trouvé la mort dans une opération policière à Guernica en 1975. Après avoir abandonné l'Île-d'Yeu, tous les deux louent une maison à Anglet, au Pays basque français. Il meurt le 21 décembre 1978 dans un attentat à la bombe pratiqué par le Batallón Vasco Español, à Anglet.

Pendant des années une place de sa localité natale a porté son surnom le plus connu, Argala, jusqu'à ce qu'en 2009 la mairie en retire la plaque sur ordre du juge de l'Audience Nationale Santiago Pedraz[4], lequel considérait qu'il attentait à "la dignité des victimes du terrorisme"[5].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • (es) Prólogo de Los vascos de la nación al Estado: P.N.V., E.T.A., ENBATA ... (sur la première édition de 1979)[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Benegas, José María (2004): Furent accusés de la préparation de l'atentat les miembres de ETA José Ignacio Abaitua "Marquin", Pedro Ignacio Pérez Beotegui "Wilson", Javier María Larreategui "Atxulo", José Antonio Urruticoechea "Josu Ternera", Juan Bautista Eizaguirre "Zigor" y José María Beñaran Ordeñana "Argala" (p. 424).
  2. a, b, c et d Benegas, José María (2004) p. 93.
  3. Benegas, José María (2004) p. 424/425.
  4. Santiago Pedraz Gómez (Salamanque, 11 juin 1958) est un juge espagnol. Le 5 mai 2005 il devient titulaire d'un poste de juge de l'Audience Nationale, où il est chargé de la Cour centrale d'Instruction numéro 1. À peine un mois et demi plus tard il commence à acquérir une aura médiatique remarquable par sa décision de ne pas traiter l'ettare Iñaki de Juana Chaos par les articles que l'assassin a publiés dans Gara.
  5. Plaza Argala, tres décadas de juegos y paseos 'junto a ETA', publié le : 20 juin 2009, Éditeur : El Mundo.
  6. Marxists Internet Archive.

Liens externes[modifier | modifier le code]