José Ingenieros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Ingenieros vers 1915

José Ingenieros (né le 24 avril 1877, à Palerme (Italie); décédé le 31 octobre 1925 à Buenos Aires en Argentine), né Giuseppe Ingegneri, était un médecin, psychiatre, psychologue, pharmacien, écrivain, enseignant, philosophe et sociologue italo-argentin. Son livre Évolution des idées argentines fut crucial dans la compréhension du développement historique de l'Argentine en tant que nation. Il fut notamment important pour les étudiants qui inspirèrent la Réforme Universitaire (eneses) de 1918.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Salvatore Ingegnieri et de Ana Tagliavia, il suivit ses études en primaire à l'Institut National. En 1888, il incorpora le Colegio Nacional de Buenos Aires, à l'époque dirigé par Amancio Alcorta. En 1892, ayant déjà fini ses études secondaires, il fonde la revue La Réforme et une année plus tard, en 1893, il entre comme élève à la faculté de médecine de Buenos Aires, où il devient pharmacien en 1897 puis médecin en 1900 avec sa thèse Simulation dans la lutte pour la vie.

En 1903, l'Académie Nationale de Médecine le promut pour Simulation de la folie (suite de sa thèse éditée en livre). Il fut nommé chef de la Clinique des Maladies nerveuses de la Faculté de Médecine de l'Université de Buenos Aires et en 1904, il obtint la suppléance de la Chaire de Psychologie Expérimentale à la Faculté de Philosophie et Lettres.

Il devient un membre éminent de la Chaire de Neurologie de José María Ramos Mejía et du Service d'Observation des Aliénés de la Police de la Capitale, service dont il deviendra le directeur.

Entre 1902 et 1913, il dirige les archives de Psychiatrie et Criminologie et prit en charge l'Institut de Criminologie du Pénitencier National de Bueno Aires, alternant son travail et des conférences dans des universités européennes.

En 1908, il rejoint la Chaire de Psychologie Expérimentale dans la Faculté de Philosophie et de Lettres de l'Université de Bueno Aires. Cette année-là, il fonde la Société de Psychologie.

En 1909, il fut élu Président de la Société Médicale Argentine et nommé Délégué Argentin du Congrès Scientifique International de Bueno Aires. Il complète ses études scientifiques dans des Universités de Paris, Genève, Lausanne et Heidelberg.

Ses essais sociologiques, tel quEl Hombre Mediocre et ses essais critique et politique, tels quAl margen de la ciencia, Hacia una moral sin dogmas, Las Fuerzas Morales, Evolución de las ideas argentinas et Los tiempos nuevos eurent un grand impact sur l'enseignement au niveau universitaire en Argentine et furent très influents au sein de la jeunesse latino-américaine.

En plus de diriger son journal bimestriel, "Seminario de Filosofía", il utilisa sa passion pour la science dans son combat pour une forte éthique sociale. Il fut considéré comme un intellectuel de poids de son époque.

Pendant la Réforme Universitaire(eneses) initiée en 1918, il fut élu sous-doyen de la Faculté de Philosophie et de Lettres, avec l'appui du mouvement étudiant.

En 1914, il se maria avec Eva Rutenberg à Lausanne, les fiançailles ayant eu lieu à Bueno Aires. Ils eurent quatre enfants, Delia, Amalia, Julio et Cecilia. Son épouse vécut une trentaine d'années de plus que lui, sa plus jeune fille Cecilia est décédée en 1995 et sa plus âgée Delia en 1996.

En 1919 il renonça à toutes ses fonctions académiques et commença à partir de 1920 sa lutte politique, participant de manière active au groupe progressiste Claridad, de tendance communiste.

En 1922, il proposa la formation de l'"Union Latino-américaine", une organisation de lutte contre l'impérialisme qui promut continuellement les idées anti-impérialistes.

En 1925, un peu avant son décès, il créa le mensuel "Renovación", anti-impérialiste, signant sous les pseudonymes de Julio Barreda Lynch et de Raúl H. Cisneros.

Peu à peu, il évolua de ses premières prises de position pour le Socialisme d'État et commença à collaborer avec les journaux anarchistes, devenant ouvertement un sympathisant anarchiste, nombre de ses œuvres reflètent cette influence. Il fut sans doute influencé grandement par le criminologue italien Pietro Gori.

Il est décédé à l'âge de 48 ans, le 31 octobre 1925.

Référence[modifier | modifier le code]