José Díaz Ramos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir José Díaz.
José Díaz
José Díaz sur un timbre de la RDA.
José Díaz sur un timbre de la RDA.
Fonctions
Secrétaire général du Parti communiste d'Espagne
19321942
Prédécesseur José Bullejos
Successeur Dolores Ibárruri
Député de Madrid
Biographie
Date de naissance 1896
Lieu de naissance Séville, Andalousie
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne
Date de décès
Lieu de décès Tbilissi, République socialiste soviétique de Géorgie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Nationalité Espagnole
Parti politique Parti communiste d'Espagne
Profession Boulanger

José Díaz Ramos (né à Séville en 1896 ; mort à Tiflis, Géorgie, en 1942) est un homme politique espagnol de l'entre-deux-guerres.

Boulanger de profession, il débute sa carrière politique en 1917 en dirigeant une grève des ouvriers du pain. Après l'installation de la dictature de Primo de Rivera, il poursuit le travail syndical dans la clandestinité. Il appartient en effet à la CNT, syndicat anarcho-syndicaliste, qui subit la répression du régime. En 1927, il devient membre du PCE ; il parvient à faire bénéficier le PCE des déceptions des secteurs les plus radicaux ainsi que de la rivalité entre l’UGT et la CNT.

Lors du IV° Congrès du PCE, tenu à Séville en mars 1932, il est élu au Comité central ; en septembre, il devient secrétaire général après l'éviction de José Bullejos et de son équipe (Trilla, Adame).

Durant la guerre civile, José Díaz consacre toute son activité au parti, sans occuper de fonction officielle dans la République espagnole, dominé qu'il est par l’idée de la priorité absolue de la victoire militaire.

Mais, en décembre 1938, la dégradation de sa santé l’amène à partir pour l’URSS, où il est opéré d’un cancer de l’estomac. Puis, il travaille à Moscou comme membre du secrétariat du Komintern ; lorsque survient l’invasion allemande (juin 1941), il séjourne dans diverses localités avant de se fixer à Tiflis, capitale de la république de Géorgie. Dans une crise de douleur, il se suicide en sautant par la fenêtre de sa chambre d’hôtel.

Il y a longtemps eu des spéculations sur une possibilité d'assassinat, en raison de ses divergences avec Staline ; cette hypothèse a été démentie lors de la déclassification, dans les années 90, des documents des services secret soviétiques .

Ses restes ont été rapatriés par le PCE ; une cérémonie d'hommage a eu lieu à Séville le 30 avril 2005.


Sources[modifier | modifier le code]