José Cabrero Arnal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnal.

José Cabrero Arnal est un dessinateur de bandes dessinées né le 6 septembre 1909 à Castilsabas Loporzano[1] en Espagne (province de Huesca) et mort le 7 septembre 1982 à Antibes en France.

Il a déclaré : « Sur mes cahiers de devoirs il y avait plus de dessins que de problèmes. Cette forme d'art n'était guère appréciée, ni par mes instituteurs ni par mon père, et ils me le faisaient sentir d'une façon fort désagréable pour mes... mon... enfin pour la partie de mon corps plus destinée à s'assoir qu'à recevoir des contacts violents avec des objets contondants tels que martinets, règles, savates. »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille s'installe à Barcelone dans les années 1920 ou il devient d'abord Apprenti menuisier-ébéniste puis mécanicien sur des machines à calculer. Il commence sa carrière de dessinateur dans les revues KKO, Pocholo et le très célèbre magazine de bandes dessinées TBO. Il est l'auteur de séries nommées Guerra en el país de los insectos puis Paco Zumba et Castarilla détective. Il crée, en 1935, pour TBO, le chien Top, précurseur du futur Pif (et qui sera ensuite identifié comme son père[3]).

Franco prenant le pouvoir en Espagne, ce combattant des milices républicaines doit se réfugier en France en 1939. Il est interné comme tant de ses compatriotes dans les terribles camps installés sur les plages du littoral méditerranéen (Argeles, Barcarès, St Cyprien puis Agde). Républicain et donc antifasciste, il souhaite continuer le combat et s'opposer aux nazis. Ceux-ci menacent aux frontières de la France aussi, Cabrero Arnal s'engage dans les Compagnies de Travailleurs Etrangers (109 ème CTE) et part pour la ligne Maginot. Après l'offensive allemande et la défaite française, lui et ses compatriotes sont alors capturés et déportés par les nazis à Mauthausen. Il fait partie du train des « Rote Spanier » (Rouges espagnols) qui y arrive le 27 janvier 1941. Arnal est un des principaux personnages du roman autobiographique de son ami Joaquim Amat-Piniella, K.L. Reich, récit des années de captivité à Mauthausen[4].

De retour à Paris à la Libération, en 1945, il y rencontre René Moreu, rédacteur en chef de Vaillant et commence alors à dessiner dans le journal L'Humanité. Le 28 mars 1948 paraît pour la première fois la série dessinée quotidienne de Pif le chien. Deux ans plus tard celui-ci est rejoint par son compère et faire-valoir, le chat Hercule au célèbre pansement sur la joue.

En 1969, Vaillant bénéficie d'une nouvelle version sous le nom de Pif Gadget.

Arnal a créé ou repris beaucoup d'autres personnages tels que Clopinet le petit canard, Placid et Muzo, Gavroche et G. Latine, Gagman, Pince sans rire, Riquiqui et Roudoudou, Boucle et Nigo, Fifine et Fanfan, Zyppy le moucheron et Becdor le canard, Bouledegomme et Zéphirin, Nouche et Nigo, etc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Guillen, José Cabrero Arnal, de la république espagnole aux pages de Vaillant, la vie du créateur de Pif le Chien, Toulouse, Nouvelles Éditions Loubatières, 2011, (ISBN 2-86266-659-9)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « José Cabrero Arnal : de la République espagnole aux pages de Vaillant, la vie du père de Pif le chien » (consulté le 4 novembre 2012)
  2. Pif-Gadget no 193, éditions de Vaillant, novembre 1972
  3. [1] Page de Pifou sur le site Pif-Collection
  4. http://www.guiamanresa.com/amat/ Arnal est un des personnages de K.L. Reich, site officiel d'Amat-Piniella