Jorge Pacheco Areco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jorge Pacheco
Image illustrative de l'article Jorge Pacheco Areco
Fonctions
33e président de la
République orientale de l'Uruguay
6 décembre 19671er mars 1972
Vice-président Alberto Abdala (en)
Prédécesseur Óscar Diego Gestido
Successeur Juan María Bordaberry
Vice-président de l'Uruguay
1er mars 19676 décembre 1967
Président Óscar Diego Gestido
Prédécesseur Conseil national du gouvernement
Successeur Jorge Sapelli (en)
Biographie
Nom de naissance Jorge Pacheco Areco
Date de naissance 9 avril 1920
Lieu de naissance Montevideo, Uruguay
Date de décès 29 juillet 1998 (à 78 ans)
Lieu de décès Montevideo, Uruguay
Nationalité uruguayenne
Parti politique Parti Colorado
Conjoint Gladys Herrera,
María Angélica Klein,
María Cristina Gori Salvo,
Graciela Rompani
Profession Journaliste, politique, diplomate
Résidence Residencia de Suárez

Jorge Pacheco Areco
Présidents de la
République orientale de l'Uruguay

Jorge Pacheco Areco (né le 9 avril 1920 à Montevideo, mort le 29 juillet 1998 à Montevideo) était le président de l'Uruguay entre le 6 décembre 1967 et le 1er mars 1972. Membre du Parti colorado, il appliqua une politique autoritaire dans un contexte de crise économique et sociale grave, réitérant chaque année des mesures d'exception (medidas prontas de seguridad (es) et ordonnant l'intervention militaire dans les syndicats.

Origines familiales et études[modifier | modifier le code]

Pacheco Areco venait d'une famille de politiciens, son père, Manuel Pacheco, médecin et parlementaire, étant issu de la famille Batlle Pachecho et descendant ainsi du fondateur de l'Uruguay moderne, José Batlle y Ordóñez. Les Batlle Pacheco contrôlaient la liste 14 du Parti colorado, conservatrice et opposée au néobatllisme de Luis Batlle Berres (président de 1947 à 1951). Par ailleurs, son grand-père maternel, Ricardo Areco (es), était un juriste et parlementaire reconnu.

Jorge Pacheco entama des études de droit sans les achever. Il fut professeur de lettres et d'espagnol, ainsi que journaliste à El Día (es), organe de presse de la liste 14. À la mort de son oncle, Rafael Batlle Pacheco (es), il assuma la direction de ce quotidien, entre 1961 et 1965.

Il se maria plusieurs fois, ayant de son premier mariage un fils, Ricardo, qui siège aujourd'hui à la Cour des comptes, et deux enfants de son second mariage, l'un d'eux, Jorge Pacheco Klein (es), ayant été un parlementaire colorado. Il se maria deux autres fois.

Débuts de l'activité politique[modifier | modifier le code]

Pacheco milita d'abord dans les rangs du vierisme (es), une tendance batlliste conservatrice nommée d'après le président Feliciano Viera (1915-1919). Il prononça son premier discours politique à la radio en 1946, et commença à se faire connaître avec son ami Raumar Jude (es), membre du Parti colorado, qui, sur les conseils de son père, s'était rapproché de la famille Batlle Pacheco afin d'obtenir un poste dans la rédaction d'El Día [1].

Pacheco fut ainsi élu député aux élections de 1958, sur la Parti colorado du Parti colorado, menée par le sénateur Carlos Mattos (es). Il fut ré-élu en 1962, un an après la mort de son oncle, ce qui fit de lui le rédacteur en chef du quotidien El Día. Mais il dut démissionner, en raison de discordances avec un autre oncle, César Batlle Pacheco (es), qui était opposé à la réforme constitutionnelle de 1967 mettant fin au Conseil national du gouvernement, la direction collégiale de l'exécutif uruguayen, réforme que Jorge Pacheco soutenait au contraire.

Présidence[modifier | modifier le code]

Il fut élu vice-président en 1966, en tant que colistier du général Óscar Diego Gestido, appuyé par le courant de l'Unión Colorada y Batllista (es). À la mort du président Gestido en décembre 1967, il assuma donc la présidence de l'Uruguay jusqu'à la conclusion du mandat, en mars 1972. Dès le 12 décembre 1967 [2], il décréta la dissolution du Parti socialiste et d'autres organisations de gauche (MRO, MAPU, MIR et FAU) [3].

Il fait entrer les représentants de la plus haute oligarchie dans le gouvernement et aux postes clefs de l'administration [3], avec Jorge Peirano Facio (es), président de la Banque marchande, comme ministre de l'Industrie et du Commerce; César Charlone, de la Sociedad de Bancos, à l'Intérieur (Hacienda); Alejandro Végh Villegas (es), de la banque La Caja Obrera, à la direction de l'OPP (Oficina de Planeamiento y Presupuesto (es)); Carlos Frick Davies, associé aux Santayana dans plusieurs sociétés anonymes, et venant de la Banque commerciale, à l'Agriculture; et Joaquín Secco García, de la Banco de Cobranzas, au sous-secrétariat des Relations étrangères[3].

Les mesures d'exception et la répression du mouvement social[modifier | modifier le code]

Cependant, ce n'est qu'à partir du 13 juin 1968, jour où Pacheco décrète des mesures d'exception (les medidas prontas de seguridad (es)) afin de réprimer le mouvement social que le « pachéquisme », ou l'autoritarisme de Pacheco, se révèle ouvertement[2]. Utilisées ponctuellement auparavant, quoique avec une fréquence plus grande avec le second gouvernement blanco (trois fois en 1965), puis avec Gestido en 1967, ces mesures, qui permettent la censure et la détention sans inculpation, se transforment avec le « pachecato » (terme dérogatoire utilisé par l'opposition), selon le politologue Óscar Bottinelli, en un « état d'exception » durable[2]. Tous les journaux de Federico Fasano Mertens (es) furent ainsi fermés[4], suscitant un tract de rue ironique qui citait l'ensemble de ces journaux[5].

Avec l'aggravation de la crise économique (inflation annuelle de plus de 160 % [6]), l'influence de la Révolution cubaine (1959), la création d'une confédération syndicale forte, en 1966 (la CNT), et les mobilisations étudiantes, prenant parfois la forme de manifestations violentes, le mouvement social était alors en ébullition, en particulier après mai 68, qui « eût des effets quasi instantanés sur la société uruguayenne » [2].

Le 24 juin 1968, Pacheco décréta la « militarisation » des employés de banque de l'État, internant 51 dirigeants dans les casernes, mesures qu'il appliqua par la suite à d'autres secteurs. Toutes ces mesures d'exception furent applaudies par les secteurs patronaux[3]. L'enterrement de l'étudiant Liber Arce (es), décédé peu après avoir été tiré dessus par la police lors d'une manifestation, réunit le 15 août 1968 deux cent mille personnes. Le premier secrétaire du PCU et l'archevêque de Montevideo sont présents à son enterrement[3]. Deux autres étudiants, Hugo de Los Santos et Susana Pintos, furent tués par la police le 20 septembre 1968, tandis que des centaines d'ouvriers grévistes de la fonction publique étaient licenciés[3].

Le contrôle des salaires et des prix[modifier | modifier le code]

Sur le plan économique, il annonça le 28 juin 1968 le gel des salaires et des prix, ainsi que le contrôle des loyers, en faisant de nouveau usage — de façon juridiquement discutable[6] — des medidas prontas de seguridad afin de freiner l'inflation [6]. Ces mesures furent entérinées par une loi, instituant la Coprin (Comisión de Productividad, Precios e Ingresos), présidée à ses débuts par Ángel Servetti (es). Celle-ci fixait notamment les montants des salaires, les prix de la plupart des produits (de façon très détaillée et bureaucratique, allant jusqu'à réglementer la taille du verre de lait ou le prix des pantoufles de couleur noire entre la taille 36 et 40[6]), et agissant comme intermédiaire lors des négociations entre syndicats et patrons.

Paradoxales venant d'un gouvernement qui se prétendait défenseur du libéralisme économique[6], ces mesures, qui furent un cas extrême de planification en Uruguay, furent défendues en particulier par Alejandro Végh Villegas, d'abord sous-secrétaire de l'Industrie puis directeur de l'Oficina de Planeamiento y Presupuesto (es) (OPP), puis par son successeur Ramón Díaz, ainsi que par Jorge Batlle[6], qui se convertirent après en d'ardents défenseurs du néolibéralisme[6].

Elles réussirent néanmoins à baisser l'inflation à un taux annuel de 20 %, expliquant la popularité du pachequismo chez la moitié de la population, très polarisée[6]. Cet appareil sera démantelé par son successeur, Bordaberry, au risque de refaire remonter l'inflation à 80-100 % [6], puis sous la dictature (1973-1985) [6].

L'appui parlementaire et l'opposition[modifier | modifier le code]

Pacheco, qui devait solliciter l'appui du Parlement, soit des deux chambres, pour proroger les mesures de sécurité, ce qui fut fait à chaque fois, était appuyé par une large coalition parlementaire, formée d'abord de l'ensemble du Parti colorado (notamment de la liste 15 de Jorge Batlle), à l'exception de Vasconcellos (es), Zelmar Michelini et d, ministre de la Culture de Pacheco qui démissionna rapidement en raison de désaccords (les secteurs politiques de la liste 315, de la liste 99 ou « Pour le gouvernement du peuple » et de l'Agrupación Pregón) [2]. Ensuite, la majorité du Parti blanco, menée par Martín Errechegoyen, l'appuyait aussi[2]. Ainsi, l'opposition regroupait d'abord Rodríguez Camuso, Carlos Julio Pereyra (es), puis le blanco Wilson Ferreira Aldunate (es) et des petits partis, tels la liste 1001 (Parti communiste, PCU) et le Parti démocrate chrétien[2]. Enfin, on peut citer, du côté de la tendance herreriste orthodoxe du Parti blanco, le député Héctor Gutiérrez Ruiz, qui finit par rejoindre le mouvement Pour la patrie de Wilson Ferreira[2].

En avril 1969, le général Líber Seregni, représentant de la tendance libérale de l'armée face à la tendance autoritaire voire néofasciste du général Mario Óscar Aguerrondo, démissionne de l'armée, en protestation au pachequismo. Il deviendra par la suite le président du Front large et son candidat à l'élection présidentielle de novembre 1971.

De 1969 à 1970 : la montée des militaires et les escadrons de la mort[modifier | modifier le code]

Le 24 juin 1969, Pacheco fait interner 800 militants syndicaux dans les casernes, et militarise à nouveau plusieurs secteurs de la fonction publique le 26 juin 1969. La confédération syndicale CNT appelle en retour à une grève générale de 24 heures le 4 août 1969. Puis, en octobre 1969, c'est au tour de la guérilla des Tupamaros de s'illustrer par la prise de Pando, le jour anniversaire de la mort de Che Guevara.

Pacheco exerça par ailleurs une large censure des médias, en particulier vis-à-vis du journal Época (es) de l'écrivain Eduardo Galeano, de l'hebdomadaire socialiste El Sol (es) ou encore de l'agence cubaine Prensa Latina [7]. Le 12 février 1970, il met fin à l'autonomie de l'enseignement primaire et secondaire. Un nouvel étudiant, Leonardo Beledo, est tué le 8 mai 1970 par un policier, et le 8 juin 1970, une Commission du Sénat rend un rapport détaillant l'usage de la torture (en particulier de la gégène) par les policiers. Deux jours plus tard, Pacheco soumet les Tupamaros aux tribunaux militaires.

En 1971, il chargea les forces armées de s'occuper de la lutte contre la « subversion » (décret no 566/971, contre-signé par le ministre de la Défense Federico García Capurro et de l'Intérieur Danilo Sena). Par ailleurs, les escadrons de la mort (JUP, CCT, etc.), liées au sous-secrétaire d'État de l'Intérieur, Armando Costa y Lara, furent à l'œuvre sous son gouvernement. En novembre 2009, un arrêt concernant l'assassinat de l'étudiant Héctor Castagnetto le 17 août 1971 a reconnu que ces escadrons agissaient sous la responsabilité des gouvernements constitutionnels de l'époque, d'abord celui de Pacheco puis celui de Bordaberry[8].

Le plébiscite et les élections de 1971[modifier | modifier le code]

La même année, l'Union nationale réélectionniste (es) fut formée afin de promouvoir un plébiscite permettant la réforme de la Constitution afin d'autoriser au président Pacheco de voir son mandat renouvelé. Le plébiscite eut lieu en même temps que les élections générales de novembre 1971, et fut rejeté. Le « pachéquisme », comme on appelait les partisans du président, se mirent toutefois d'accord sur un candidat présidentiel, le ministre de l'Agriculture Juan María Bordaberry, au cas où le plébiscite serait rejeté. Bordaberry fut élu président à ces élections, marquées par de nombreuses fraudes.

Après la présidence[modifier | modifier le code]

Sous la dictature militaire (1973-1985), Pacheco fut nommé ambassadeur en Espagne, en Suisse, aux États-Unis (par le dictateur Aparicio Méndez), etc[9].

Il appuya la réforme constitutionnelle qui visait à légitimer la dictature, réforme qui fut rejetée lors du plébiscite de 1980. Deux ans plus tard, lors des élections internes au sein du Parti colorado (es), sa tendance, l'Unión Colorada y Batllista (es), perdit la première place devant les secteurs qui s'étaient opposés à la réforme constitutionnelle.

Pacheco parvint toutefois à se présenter en tant que candidat présidentiel du Parti colorado aux élections de 1984, avec Carlos Pirán (es) comme colistier. Il fut battu par son rival colorado, Julio María Sanguinetti, élu président, ce qui mettait fin à la dictature. Pacheco fut alors nommé ambassadeur au Paraguay. Il renouvela sa candidature à la présidentielle aux élections de 1989, avec cette fois-ci Pablo Millor (es) comme colistier, obtenant davantage de voix qu'en 1984. Enfin, il se présenta de nouveau aux élections de 1994, avec Eduardo Ache (es) comme colistier, mais sa candidature ne fut plus qu'anecdotique. Il mourut le 29 juin 1998 à Montevideo d'une insuffisance respiratoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jorge Chagas et Gustavo Trullen (2005), Pacheco: la trama oculta del poder, Editorial Rumbo, Montevideo, Uruguay
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Oscar A. Bottinelli, El 13 de junio de 1968: hace 40 años nació el Pachequismo, El Espectador, 13 juin 2008
  3. a, b, c, d, e et f María Ferraro-Osorio (2009), « En 1968 la mayoría de los uruguayos fuimos jóvenes: o la entrada en disidencia de una generación », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2009
  4. Eduardo Rey Tristán (2005), La izquierda revolucionaria uruguaya: 1955-1973, 472 p., p. 42
  5. No resulta EXTRA que en esta EPOCA de la DEMOCRACIA de [photo de Pacheco Areco] hablar de FRENTE YA esta prohibido. (Il n'est pas EXTRAORDINAIRE qu'en cette EPOQUE de la DEMOCRATIE de [photo de Pacheco] parler du FRONT MAINTENANT est interdit). Cité par Eduardo Rey Tristán (2005), op. cit..
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Oscar A. Bottinelli, A 40 años del nacimiento del Pachequismo (Segunda parte), El Espectador, 20 juin 2008
  7. Carlos Fazio, Sobre medios y dictaduras, La Jornada, 4 juin 2007
  8. Justicia probó actuación de "Escuadrones de la Muerte" en los años 60 y 70, La Republica, 11 novembre 2009
  9. Archivo del diario español El Mundo, sobre la muerte del ex-presidente uruguayo Jorge Pacheco Areco. Publicado en 1998

Source originale[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]