Jorge Arriagada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arriagada.

Jorge Arriagada

Description de l'image  JORGE ARRIAGADA.jpg.
Informations générales
Naissance (70 ans)
Santiago
Drapeau du Chili Chili
Activité principale Compositeur, chef d'orchestre
Années actives 1977 -

Jorge Arriagada (né le ) est un compositeur chilien installé en France. Spécialisé dans les musiques de film, il est surtout connu pour sa fidèle collaboration avec le réalisateur Raoul Ruiz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jorge Arriagada est né le 20 août 1943 à Santiago du Chili. Il étudie la composition et la direction d'orchestre au Conservatoire National de Musique à Santiago. Il obtient par la suite une bourse de la part du gouvernement français lui permettant d'étudier l'expressionnisme avec Max Deutsch, élève et ami du compositeur et théoricien autrichien Arnold Schönberg. Il étudie également la composition avec Olivier Messiaen et la direction d'orchestre avec Pierre Boulez. En 1972, la Fondation Guggenheim de New York lui offre une bourse du fait de sa contribution dans le champ de la musique électronique. Installé en France depuis 1966, il y sert les films de plusieurs réalisateurs confirmés ou prometteurs, tout en composant les musiques de 40 films de Raoul Ruiz.

Ses partitions pour le cinéma sont souvent des musiques symphoniques, mais aussi des pièces de musique de chambre. Il a ainsi donné sa version de la fameuse sonate de Vinteuil pour l'adaptation au cinéma du Temps retrouvé de Marcel Proust en 1999. Les genres qu'il a exploré incluent, entre autres, la musique classique, contemporaine, électroacoustique, ainsi que le jazz.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Années 2010

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yann Rocher, La musique au corps, à propos du Temps retrouvé de Raoul Ruiz, in Dominique Bax (dir.), Théâtres au cinéma, n°14 Raoul Ruiz, mars 2003, p. 66-71.