Joram MacRorie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joram MacRorie est un personnage de fiction du cycle des Derynis écrit par Katherine Kurtz.

Joram Angus MacRorie est le fils cadet de Camber MacRorie comte de Culdi, un prêtre et un chevalier de l’Ordre de Saint Michel. Il joue un rôle important dans la Restauration Haldane en 904 et devient ensuite le premier chef du mouvement secret de résistance deryni.

Ses deux prénoms ont chacun un antécédent dans la famille. Joram a été porté par son grand-oncle, le quatrième comte de Culdi. Angus est porté à la fois par un ancêtre lointain, le second comte de Culdi, et par un oncle, frère aîné de Camber.

Ébauche de caractères[modifier | modifier le code]

Motivation[modifier | modifier le code]

Joram est une personne ayant un grand sens moral et éthique, qui agit à tout moment pour le bien. Cette partie de sa personnalité est au cœur de presque toutes les grandes décisions qu'il rend, comme la Restauration Haldane ou prendre la tête du mouvement de résistance Deryni.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Tout au long de la Trilogie des rois, les efforts de Joram sont centré sur le renversement du roi Imre Furstán-Festil, la consolidation du règne du roi Cinhil Haldane et le maintien d'un équilibre pacifique entre les humains et les Derynis à Gwynedd. Dans la trilogie suivante, La Trilogie des Héritiers, Joram se concentre principalement sur la protection des Derynis de Gwynedd et les moyens d'écarter les grands seigneurs de l'état du pouvoir.

Conflits[modifier | modifier le code]

Le premier conflit important de Joram qui apparaît dans les romans est son opposition à la dynastie festillienne, relaté dans Roi de folie et Roi de douleur. Dans ce dernier roman, il est également en opposition avec Queron Kinevan pour protéger l'identité secrète de son père et empêcher la canonisation de Camber. Par la suite, son principal conflit est contre les Régents et les Grands Seigneurs qui dirigent Gwynedd.

Évolution du caractère[modifier | modifier le code]

Après la véritable mort de son père, Joram est obligé de considérer que son père puisse être réellement être un saint. Étant opposé à la canonisation de Camber pendant des années, il s'agit d'un difficile ajustement pour sa personnalité, non seulement parce qu'il l'oblige à réviser ses opinions, mais aussi parce que la possibilité de la sainteté de son père touche de très près à sa vocation et ses convictions religieuses en tant que prêtre. Les apparitions ultérieures de Camber obligent Joram à réévaluer le statut de son père, ce qui le rend plus tolérant envers ceux qui croient en la sainteté de Camber.

Résumé biographique[modifier | modifier le code]

Avant les romans[modifier | modifier le code]

Joram est né le 23 novembre 878, troisième fils de Camber MacRorie, comte de Culdi et de Jocelyn de la Marche. Tout comme son père, Joram est attirée sur la vie religieuse à un âge précoce, et se joint à l'Ordre de Saint-Michel, peu après son adoubement en 896. Après trois ans de formation au séminaire, il est ordonné prêtre en 899 par Anscom, archevêque de Valoret. Joram devient plus tard enseignant et instructeur à l'abbaye de Saint Liam.

Pendant Roi de folie[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de folie.

En septembre 903, Joram reçoit la visite de son proche ami et futur beau-frère, Rhys Thuryn, qui informe Joram de l'existence d'un Haldane, héritier légitime du trône de Gwynedd. Déçu par les abus du roi Imre Furstán-Festil, Joram accepte d'aider Rhys à localiser le prince Cinhil Haldane, et les deux commencent bientôt la recherche parmi divers archives afin de localiser du prince. Ils obtiennent bientôt le soutien du père de Joram, le comte Camber MacRorie, leur permettant de poursuivre leur enquête au cours des mois suivants, mais c’est Rhys Camber et qui finissent par localiser Cinhil. Un plan visant à renverser le roi Imre commence à prendre forme et Joram sert d'intermédiaire entre Camber et le Père Alister Cullen, vicaire général des Michaelites. Après le meurtre par Imre de Cathan MacRorie, le frère aîné Joram, Joram retourne dans les domaines de son père pour mener des funérailles de Cathan, mais Camber envoie Joram et Rhys enlever le prince Cinhil. Ils réussissent leur mission, et se rendent bientôt à un sanctuaire michaelite secret près de la ville de Dhassa avec le prince, réticent à les suivre. Joram passe l'année suivante avec sa famille dans le sanctuaire, en aidant à la formation de Cinhil et à la planification du futur coup d’état. Pendant ce temps, il marie sa sœur Evaine avec Rhys et participe également au rituel destiné à activer le potentiel Haldane de Cinhil. Le 2 décembre 904, Joram participe avec sa famille et ses frères Michaelites dans une infiltration du château de Valoret dans le but de destituer le roi Imre. Il mène l’assaut des chambres privées du roi, mais ne empêcher la fuite de la sœur du roi, la princesse Ariella. À la fin du roman, il se tient à côté de son père Camber qui couronne Cinhil comme nouveau roi de Gwynedd.

Pendant Roi de douleur[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de douleur.

Au début du roman, Joram manque d’être tué quand le roi Cinhil déchaîne ses pouvoirs arcaniques contre une paire d'assassins. Toutefois, Joram survit il rejoint plus tard Camber, Rhys, Evaine, et Alister Cullen dans un rituel magique. Comme l'armée royale marche pour empêcher l'invasion de la princesse Ariella, Joram et ses alliés derynis s'affrontent à plusieurs reprises avec Cinhil, et Joram perd plusieurs fois patience avec le monarque. Au cours de la bataille contre les forces de Ariella, Joram se bat aux côtés de son père, et tous deux découvrent plus tard les corps de Cullen et d’Ariella après la bataille. Joram s'oppose avec véhémence à l'idée de Camber qui propose d’endosser l'identité Cullen,. Néanmoins, Camber convainc finalement son fils de la nécessité du plan, et Joram aide à contrecœur son père de prendre l'apparence et les souvenirs de Cullen. Au cours des semaines suivantes, Joram, Evaine et Rhys font de leur mieux pour préserver la véritable identité Camber et l'aident à assimiler les souvenirs de Cullen. Joram remporte une victoire morale quand il convainc Camber être formellement ordonné prêtre, qui permet à Camber de devenir évêque de Grecotha sans violer le droit canon. Plusieurs mois plus tard, Joram devient secrétaire particulier de Camber, lui permettant de travailler en étroite collaboration avec son père. L'année suivante, Dom Queron Kinevan mène une campagne pour la canonisation de Camber. Bien que Joram soit horrifié par l'idée, il est incapable d'expliquer en détail son opposition à un tribunal ecclésiastique, sans révéler le secret de Camber. En conséquence, Joram assiste impuissant à la canonisation de son père, qu’il considère comme une imposture.

Pendant Roi de mort[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Roi de mort.

Joram commence le roman à Valoret avec Camber et Cinhil, mais le père et le fils partent bientôt la ville en sur la demande de Rhys, qui a découvert la possibilité de bloquer les pouvoirs Deryni. De retour à Valoret, Cinhil demande à Joram de préparer un rituel mystique qui permettra au roi de transmettre le potentiel Haldane à chacun de ses trois fils. Joram le fait, et il rejoint ensuite Camber, Rhys, et Evaine qui aident Cinhil à mettre en œuvre le rituel. Cependant, l’énergie nécessaire est trop importante pour le roi vieillissant et Cinhil meurt après sa réalisation. Lorsque les Régents humain du roi mineur Alroy force à peu près tous les Deryni à quitter la cour royale, Joram et Camber reprennent leurs fonctions à Grecotha, si les deux continuent leur travail avec le Conseil cambérien à préparer les mesures à prendre face à une réaction anti-derynie. Malgré l'opposition du Conseil principalement appuyée par Joram à un plan visant à envoyer le comte Davin MacRorie infiltrer la cour royale, Davin est envoyé, puis est tué en protégeant les frères du roi lors d'une tentative d'assassinat.

Vers la fin de 917, Joram accompagne Camber à Valoret quand la curie des évêques se réunit pour élire un nouveau primat de Gwynedd . Lorsque Camber, sous l’identité d’Alister Cullen, est finalement choisi pour occuper le poste, les Régents se vengent en lançant des attaques contre plusieurs abbayes Derynis, agressions que ni Joram ni Camber ne sont capables d'empêcher. Evaine du danger imminent, puis retourne à Valoret pour la cérémonie de consécration de son père. Cependant, la cérémonie est interrompue lorsque le Regents attaquent la cathédrale. Camber, Camber, Joram et leurs alliés parviennent à s'échapper vers Dhassa, mais Rhys meurt des blessures qu'il a subi dans la bousculade. Au cours des jours suivants, Camber et Joram tentent de se regrouper alors que les Régents de déclenchent une vague brutale de persécution contre les Derynis dans tout le royaume. Camber envoie Joram à distance pour rejoindre Evaine à l'abbaye où elle s’est réfugiée, et les deux sont encore à l'abbaye quand Camber est tué alors qu'il tentait de les rejoindre. À la fin du roman, après avoir examiné le corps de Camber, le frère et la sœur pleurer la mort de leur père tout en évoquant la possibilité de le ramener à la vie.

Pendant Le Calvaire de Gwynedd[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Le Calvaire de Gwynedd .

Dans le sillage de la mort de Camber et des persécutions anti-Derynis, Joram et Evaine tentent de réorganiser leurs alliés et de préserver autant de vies que possible. Dans le même temps, ils commencent à enquêter sur les conditions de préservation inhabituelle du corps de leur père pour déterminer si Camber est réellement mort, pris au piège dans un sort, ou vraiment un Saint. Après avoir coopté Jesse MacGregor et Queron Kinevan dans le Conseil Cambérien, ils procèdent à établir un culte quasi-religieux, utilisant le moyen de bloquer les pouvoirs de Deryni, permettant ainsi à des Derynis d’échapper aux persécutions. Joram et Evaine finalement avouer la vérité de l'identité secrète de leur père à Queron, pour que ce dernier les aide dans la recherche sur la condition de Camber. Le trio cherche les ruines sous Grecotha, y découvrent les corps de deux Derynis légendaires ainsi que d'autres informations utiles. Au cours des prochains mois, ils réussissent à établir culte baptismal de Revan, tout en maintenant un contact régulier avec le prince Javan Haldane, le jeune jumeau du roi Alroy. Evaine achève enfin ses recherches sur le sort final de Camber, mais Joram est convaincu que sa sœur lui cache des informations. Cependant, le 1er août 918, Joram, Queron, et Evaine terminent leurs derniers préparatifs et tentent de ramener Camber à la vie. Bien qu'ils ne parviennent pas faire revivre Camber, Evaine sacrifie sa vie pour compléter le sort de Camber, lui permettant ainsi de franchir un niveau supérieur d'existence et en laissant Joram seul enfant survivant de Camber MacRorie.

Pendant L’Année du roi Javan[modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans L’Année du roi Javan .

Après la mort de Camber etd’ Evaine, Joram est devenu le principal chef du mouvement de résistance Deryni en coordonnant les efforts clandestins de ses alliés au sanctuaire Michaelite près de Dhassa. Après la mort du roi Alroy, Joram rencontre secrètement le prince Javan pour la première fois depuis trois ans et commencent à faire des plans pour assurer l’avènement de Javan. La nuit suivante, Javan retourne au sanctuaire, et son potentiel Haldane est pleinement activée par Joram, Queron, et Tavis O'Neill . Pendant le rituel, Joram est stupéfait par l'apparition de son père, qui participe brièvement au travail. Quelques jours avant le couronnement de Javan, Joram rencontre une fois de plus prince, et établit un nouveau portail de Transfert dans le château de Rhemuth. Camber apparaît une fois de plus alors que Joram couronne symboliquement Javan, en écho au couronnement Cinhil par Camber seize ans plus tôt. Joram maintient un contact périodique avec Javan pendant le reste du roman, offrant des conseils et des orientations au jeune roi, mais Javan est finalement trahi et assassiné par les Seigneurs de l'État.

Pendant Le Prince félon [modifier | modifier le code]

Ces évènements sont relatés dans Le Prince félon.

Six ans après la mort du roi Javan, Joram continue à mener la lutte contre les seigneurs humains qui contrôlent le trône de Gwynedd. His plan to launch a precise military strike into the heart of Rhemuth Castle, much like original Haldane Restoration, is disrupted by a Torenth I invasion of northern Gwynedd. Son plan pour lancer une action militaire dans le cœur du château de Rhemuth, sur le modèle de celui de la Restauration Haldane, est perturbé par une invasion de Torenth au nord de Gwynedd. que le roi Rhys Michael Haldane soit incapable de survivre à une confrontation avec le prétendant festillien Marek Furstán-Festil, la nièce de Joram, Rhysel Thuryn, convainc Joram d’activer le potentiel Haldane du roi. Cette nuit-là, Joram et son neveu, Tieg Thuryn, viennent à Rhemuth pour rencontrer le roi et obtenir sa coopération. Rhys Michael agrees to attempt the procedure, and Tieg unblocks Queen Michaela Drummond 's Deryni powers to enlist her aid in the working. Rhys Michael accepte de tenter la procédure, et Tieg commence par débloquer les pouvoirs derynis de la reine Michaela Drummond. Joram effectue le rituel avec l'aide de Rhysel, Tieg et Michaela et réussit à activer des pouvoirs arcaniques de Rhys Michael. Alors qu’il rejoignent le portail de Transfert pour quitter Rhemuth, Joram et Tieg tombent sur Maître Dimitri, un collaborateur deryni qui a été au service des grands seigneurs. Ils le capturent et le ramener vers le sanctuaire michaelite, où ils sondent son esprit et remplacent son allégeance envers ses maîtres Torenthi par une autre envers le roi. Bien que les actions de Joram permettent à Rhys Michael de survivre à sa confrontation avec les envahisseurs Torenthi, le roi meurt plus tard d'une blessure qu'il subit dans la bataille. Cependant, avant sa mort, Rhys Michael signe un codicille à son testament, nommant de nouveaux régents pour son fils mineur en une tentative de briser le pouvoir des grands seigneurs. Après avoir appris la mort du roi, Joram revoit rapidement son plan d'origine, dans le but de faire appliquer l'avenant. Tout en maintenant les communications avec ses alliés tout au long de Gwynedd, Joram coordonne les différentes actions qui permettent aux nouveaux régents de vaincre les grands seigneurs. Après plus d'une décennie de lutte contre les seigneurs humains d'État, Joram assure enfin l'indépendance de la Couronne.

Pendant d'autres romans[modifier | modifier le code]

Joram apparaît dans deux nouvelles publiées dans The Deryni Archives. Dans Catalyst, quinze ans avant les événements de Roi de folie, Joram, âgé de dix ans, tente courageusement de lutter contre des voleurs qui s'introduisent dans plusieurs domaines de son père. Dans Healer's Song, situé entre Roi de douleur et Roi de mort, Joram prend part à un rituel de famille intime après la naissance de son neveu, Tieg Thuryn. Selon le Codex Derynianus, Joram meurt en 948 à l'âge de 69 ans.

Famille[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Camber MacRorie
(846-918)
comte de Culdi
 
Jocelyn de la Marche
(848-896)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ardissa MacRorie
(morte née)
 
James Drummond
(876-918)
 
Elinor Howell
(880-957)
 
Cathan MacRorie
(873-903)
 
Jerusha MacRorie
(876-888)
 
Ballard MacRorie
(877-888)
 
Joram MacRorie
(878-948)
prêtre
 
Evaine MacRorie
(882-918)
 
Rhys Thuryn
(877-917)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Michaela Drummond
(908-989)
x Rhys Michael Haldane
 
Cathan Drummond
(910-957)
x Jerusha Thuryn
 
Davin MacRorie
(899-917)
comte de Culdi
 
Ansel MacRorie
(900-948)
x Fiona MacLean
 
 
 
Aidan Thuryn
(907-917)
 
Rhysel Thuryn
(910-974)
x Robert Ainslie
 
Tieg Thuryn
(914-948)
x Karis d'Oriel
 
Jerusha Thuryn
(918-1001)
x Cathan Drummond

Principaux thèmes[modifier | modifier le code]

Tout au long des romans, Joram représente une version plus jeune et plus prudente de son père. Bien qu'il ait hérité de la pleine mesure de l'intelligence, de la puissance des arcanes et de la perspicacité politique de Camber, Joram manque du caractère impulsif régulièrement affiché aussi bien par son père que par sa sœur. Il est méticuleux et détaillé dans sa planification, et ses efforts pour parvenir à ses objectifs sont constants et tenaces. Les différences de personnalités entre Joram et Camber provoquent plusieurs discussions animées entre le père et le fils, le plus souvent provenant de la désapprobation véhémente de Joram vis-à-vis des mensonges intentionnels et des duplicités. L’utilisation de par Camber d’un sort pour prendre l’apparence et les souvenirs d’Alister Cullen, dans Roi de douleur changer de forme dans Camber de Culdi, l'utilisation d'un autre sort pour transformer l’apparence de Davin en soldat humain pour infiltrer la Cour Royale sont autant d’actions à lesquelles Joram s'oppose avec colère. Cependant, il réserve sa position dans tous les cas, souvent à contrecœur, et accepte que de telles actions, bien que moralement douteuses, n'en sont pas moins nécessaires pour le plus grand bien. Ce thème est repris dans Le Prince félon, quand Rhysel et Tieg réussi à convaincre Joram de suivre leur plan en dépit de ses objections.

Malgré leurs conflits occasionnels, Joram et Camber ont des relations très étroites tout au long des romans. Aucun des deux n’est d'accord avec l'ensemble des décisions de l’autre et leurs justifications, mais leur amour familial reste forte face à l'ensemble de leurs problèmes. Dans les derniers romans, Joram est obligé de réviser son opinion sur la sainteté de son père, un processus qui remet en cause le cœur de sa personnalité, à la fois en tant que fils et prêtre. Bien que Joram s'oppose d'abord à la canonisation de Camber, car il la sait fondée sur un mensonge, les apparences mystérieuses de Camber après son décès ne laisse à Joram d'autre choix que de reconnaître enfin son père comme saint. Dans l’Année du roi Javan et le Prince félon, il exprime ouvertement sa foi en la sainteté de son père, un aveu qu'il n'aurait jamais fait dans Roi de douleur ou Roi de mort.

Joram passe beaucoup de son temps dans une sorte de bataille politique, d'abord contre la dynastie festillienne et plus tard contre les grands seigneurs. Au fil du temps, en raison des circonstances, Joram évolue d'une situation de participant actif à celui de chef de file, mais il conserve encore de nombreux traits d'un héros : la bravoure, la loyauté, la détermination et une morale intransigeante. He is the only major character to survive all six novels in the Legends of Camber of Culdi and Heirs of Saint Camber trilogies, and the overall influence of his actions in these novels is surpassed only by his father. Il est le seul personnage important à survivre à tous les six romans de la Trilogie des Rois et de la Trilogie des Héritiers, et l'influence globale de ses actions n'est surpassée que par celle de son père.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Katherine Kurtz (trad. Guy Abadia), Roi de folie [« Camber of Culdi »], Presse Pocket,‎ 1995 (1re éd. 1976) (ISBN 2-266-06350-2)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Roi de douleur [« Saint Camber »], Presse Pocket,‎ 1996 (1re éd. 1979) (ISBN 2-266-06653-6)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Roi de mort [« Camber the Heretic »], Presse Pocket,‎ 1996 (1re éd. 1981) (ISBN 2-266-06654-4)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Le calvaire de Gwynedd [« The Harrowing of Gwynedd »], Presse Pocket,‎ 1998 (1re éd. 1989) (ISBN 2-266-06658-7)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), L'année du roi Javan [« King Javan's Year »], Presse Pocket,‎ 1999 (1re éd. 1992) (ISBN 2-266-06659-5)
  • Katherine Kurtz (trad. Michèle Zacharyus), Le prince félon [« The Bastard Prince »], Presse Pocket,‎ 2000 (1re éd. 1994) (ISBN 2-266-08534-4)
  • (en) Katherine Kurtz, The Deryni Archives,‎ 1986 (ISBN 0-345-32678-4)
  • (en) Katherine Kurtz et Robert Reginald, Codex Derynianus (second edition),‎ 2005 (1re éd. 1997) (ISBN 1-887424-96-2)