Martigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jonquières.
Martigues
Le Miroir aux Oiseaux
Le Miroir aux Oiseaux
Blason de Martigues
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Istres
Canton Chef-lieu de deux cantons : Martigues-Est et Martigues-Ouest
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Martigues (CAPM)
Maire
Mandat
Gaby Charroux (PCF)
2014-2020
Code postal 13117 et 13500
Code commune 13056
Démographie
Gentilé Martégaux
Population
municipale
47 614 hab. (2011)
Densité 666 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 24′ 19″ N 5° 02′ 51″ E / 43.4052777778, 5.047543° 24′ 19″ Nord 5° 02′ 51″ Est / 43.4052777778, 5.0475  
Altitude 1 m (min. : 0 m) (max. : 189 m)
Superficie 71,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Martigues

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Martigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Martigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Martigues
Liens
Site web mairie-martigues.fr

Martigues est une commune française des Bouches-du-Rhône en Provence, également connue sous le surnom de « Venise provençale ». Elle s'étend sur les rives de l'étang de Berre et sur le canal de Caronte. Elle est composée de trois quartiers et de plusieurs villages. Les habitants sont appelés Martégaux et Martégales, mais on peut aussi parler de martegau (équivalent provençal de Martégal, prononcé martégaou) et martégallois.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le quartier de l'Île sur le canal
Communes limitrophes de Martigues
Saint-Mitre-les-Remparts
Port-de-Bouc Martigues Châteauneuf-les-Martigues
Sausset-les-Pins

Martigues est située sur la bordure sud-ouest de l'étang de Berre, de part et d'autre du canal de Caronte qui relie l'étang à la Mer Méditerranée[1]. La commune s'étend de la Côte Bleue (au sud) en passant par les villages de Saint-Pierre-les-Martigues, Saint-Julien-les-Martigues, La Couronne, Carro, Lavéra, jusqu'à celui de Croix-Sainte au nord. Elle donne au sud-ouest sur le golfe de Fos et au nord-est sur l'étang de Berre, pour un total de 7 144 hectares dont 697 hectares de forêts et 40 kilomètres de linéaire maritime dont 11 sur la côte méditerranéenne.
Le nom de Martigues est rattaché à son pluriel, en effet on parlait encore des Martigues en 1890.

La ville se compose de trois quartiers : Ferrières au nord (côté Camargue), l'Île sur le canal (île Brescon) et Jonquières au sud (côté Côte Bleue).

Les communes limitrophes sont (dans le sens des aiguilles d'une montre) Port-de-Bouc, Saint-Mitre-les-Remparts, Châteauneuf-les-Martigues et Sausset-les-Pins.

Géologie[modifier | modifier le code]

Sols et roches affleurantes[modifier | modifier le code]

La grande majorité des sols affleurant de la commune sont composés d'argiles et de calcaires[2].

Gisements[modifier | modifier le code]

Entrée des anciennes mines de sable situées le long de l'ancienne route de Saint-Julien

Le sous-sol de la commune abrite de nombreux gisements d'importance diverses. L'une des premières exploitations fut l'extraction de pierre de construction le long du littoral qui commence vers le IVe siècle av. J.-C. par les Phocéens[3]. Cette exploitation se poursuit jusqu'au XIXe siècle[4]. Elle se prolonge au XXe siècle dans les terres avec la carrière de calcaire de l'Oratoire[5],[6]. Ensuite, une concession est accordée en 1814 pour l'extraction de houille[7] et de lignite[8] sur un gisement étalé entre Martigues et Châteauneuf-les-Martigues. De la tourbe a aussi été extraite brièvement de petits gisements le long du chemin de halage pendant la Seconde Guerre mondiale[9]. Une exploitation de sable à destination de l'industrie verrière a aussi existé. Cependant, l'exploitation la plus importante a concerné un important gisement de gypse[10], vers le village de Saint-Pierre, dont l'exploitation s'est étalée de 1900 à 1987[11].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Martigues est classée en zone de sismicité de niveau 1A (faible)[12]. Il convient cependant de préciser que Saint-Mitre-les-Remparts, commune limitrophe nord, est classée en zone 1B (moyen)[12].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Martigues n'est traversée par aucun cours d'eau (fleuve ou rivière) d'importance. Seuls quatre ruisseaux permanents existent, deux étant localisés dans la partie sud de la commune et deux dans la partie nord. Il s'agit du ruisseau de la Réraille Rau qui se jette dans la calanque des Rénaïres[13]. Il n'est permanent que sur une longueur d'environ deux kilomètres mais sa taille peut parfois atteindre la dizaine de kilomètres et s'étendre dans toute la dépression de Saint-Pierre qui constitue son bassin versant[13].

Le second ruisseau est le Grand Vallas qui sert de limite communale entre Martigues et Sausset-les-Pins. Situé dans une vallée très encaissée de la partie sud-occidentale de la chaine de la Nerthe, il alimente un petit marécage côtier long d'environ un kilomètre et large d'une centaine de mètres[13]. Le cours d'eau n'est permanent que sur moins d'un kilomètre mais sa taille peut être multipliée par dix à certaines périodes de l'année. Il se jette dans l'anse de Boumandariel[13]. Le bassin versant du Grand Vallas est principalement composé de la petite dépression de Saint-Julien[13].

Le premier ruisseau de la partie nord se jette dans le canal de Caronte à la pointe de Monsieur Laurent[13]. Il est situé dans une zone marécageuse et sa longueur est inférieure au kilomètre[13]. Le second ruisseau de Ferrières se jette trois kilomètres plus à l'est après avoir traversé les quartiers de Pouane et de Saint-Jean. Il est permanent sur moins de 700 mètres mais peut avoir une longueur proche de trois kilomètres[13]. Il sert de limite communale entre Martigues et Port-de-Bouc[13].

Il y a aussi de nombreuses sources dans la partie nord dont la principale est la source de l'Arc, dans le quartier de Tholon[13]. C'est une source permanente qui s'écoule dans l'étang de Berre situé à une trentaine de mètres de son exutoire[13]. Enfin, il existe de nombreux ruisseaux s'écoulant quelques jours ou quelques semaines après des périodes de précipitation[13].

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est très vallonné : l'altitude minimale étant au niveau de la mer, la plus haute étant de 189 m[13]. Les principales plaines naturelles se trouvent dans le quartier de Ferrières et dans la dépression de Saint-Pierre[13]. Le long du canal de Caronte se trouvent aussi plusieurs polders qui forment aujourd'hui une plaine semi-marécageuse vers le viaduc ferroviaire de Caronte[13].

La partie nord de la commune présente plusieurs collines, culminant rarement au-dessus d'une centaine de mètres, qui séparent l'étang de Berre ou le canal de Caronte de la dépression de l'étang du Pourra[13]. Le plus sommet fait partie de l'ensemble des collines de la chapelle de Notre-Dame des Marins et culmine à 108 m[14]. Les autres ensembles de collines notables sont celles de Saint-Macaire (92 m) et de Tourret de Vallier (48 m)[13]. Ce groupe de collines se poursuit ensuite sur la commune de Saint-Mitre-les-Remparts. Ces collines sont ainsi peu élevées et présentent souvent un plateau assez régulier en guise de sommet. En revanche, les pentes peuvent être très raides. Enfin, le nord de la commune est dominé par le plateau de Figuerolles qui assure la séparation entre l'étang de Berre et les dépressions de l'étang du Pourra et de l'étang de Martignane[13],[15].

Le relief de la partie sud est dominé par l'extrémité occidentale de la chaîne de collines de la Nerthe. Cette chaîne est formée à cet endroit de deux sous-chaînes principales qui encadrent la dépression de Saint-Pierre selon des axes est-ouest[13]. La séparation entre les deux alignements de collines a lieu au niveau de la colline de l'ancien moulin de Saint-Julien (164 m d'altitude) à l'est de la dépression de Saint-Pierre[13]. Les sous-chaines sont aussi parfois traversées par des vallées encaissées. Les formes des sommets sont les mêmes que pour la partie nord. Ils sont d'ailleurs souvent injustement dénommés "plaines".

Sur le territoire, la sous-chaine du nord s'étend de la raffinerie Total Provence jusqu'au village de Lavéra. Elle longe ainsi toute la partie sud du quartier de Jonquières[13]. Sa partie ouest est formée par un important plateau qui couronne la colline de l'Escourillon[13]. Ce plateau culmine à 189 m[13]. Cette altitude diminue en allant vers l'ouest en traversant plusieurs vallons avant de remonter en atteignant le sommet de la Mourre du Bœuf haut de 136 m[13]. Ensuite, la chaine de collines atteint le site de Lavéra où les aménagements industriels l'ont nivelé en plusieurs endroits.

La sous-chaine sud est moins haute que sa voisine septentrionale mais davantage accidentée. D'ouest en est, les principaux ensembles de collines sont ceux de la Tour de Guet (situé au-dessus du vallon de l'Isle) haut de 143 m d'altitude, celui de Roussignas (136 m), celui de Saublan (environ 145 m) et enfin celui de la Plaine de Cavalas (113 m)[13].

Climat[modifier | modifier le code]

Description générale.[modifier | modifier le code]

Par mois et années, les précipitations et les températures se répartissent comme indiqué dans les tableaux suivants[16]. Le climat est de type méditerranéen avec un fort degré d'exposition au mistral. Les hivers sont donc assez doux et les étés chauds et secs. Des périodes de sécheresse de plusieurs mois sont assez fréquentes (par exemple en 2006). Les précipitations sont donc inégalement réparties sur l'année. Elles ont généralement lieu au printemps et à l'automne sous la forme de pluies. La neige est rare. Les apports de l'automne étant généralement les plus élevés. Outre leur inégale répartition annuelle, les pluies peuvent prendre un caractère très violent amenant de grandes hauteurs de précipitations en quelques jours jusqu'à dépasser de temps en temps 50 mm en une journée (exemple : le 2 août 2009 avec 55 mm)[17].

Données.[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la période 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,0 12,4 15,2 17,4 21,8 26,0 29,6 29,3 25,2 20,0 14,4 11,8 19,5
Températures moyennes (°C) 6,8 7,9 10,3 12,6 16,7 20,6 23,9 23,7 20,1 15,5 10,3 7,8 14,7
Températures minimales (°C) 2,6 3,4 5,3 7,7 11,6 15,2 18,1 18,1 14,9 11,0 6,2 3,8 9,9
Précipitations (hauteur en mm) 62 48 47 56 40 37 15 31 64 99 54 56 606,2
Source: Météo France / Station de Istres[18]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par trois axes routiers majeurs. L'autoroute A 55 va de Martigues à Marseille en empruntant notamment le viaduc autoroutier par dessus le canal de Caronte. Cette autoroute se prolonge ensuite vers Fos-sur-Mer et Port-de-Bouc via la R.N. 568. Enfin, la route R.D. 5 permet de réaliser l'axe Martigues-Istres. La fréquentation de ces trois grands axes est la suivante[19] :

Trafic par jour 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
RN 598 Martigues/Port-de-Bouc 44 440 45 880 43 760 46 294 47 524 47 460 48 594 50 581 51 169 51 424 46 344
Viaduc A55 Marseille/Fos-sur-Mer 58 349 59 802 57 887 60 422 66 211 68 671 69 984 72 676 75 208 73 843 75 588
RD 5 Martigues/Istres 22 886 24 662 20 997 20 362 20 765 21 669 21 832 22 606 22 863 21 013 27 104

Réseau de Transport en Commun[modifier | modifier le code]

Le réseau de bus Ulysse a été créé le 27 janvier 2012, par le regroupement de la régie des bus municipaux de Martigues, les bus du Soleil, avec le 'réseau des transports de Ouest Provence le bus, au sein du Syndicat mixte de gestion et d'exploitation des transports urbains Ouest-Étang de Berre.

Le réseau est constitué de 20 lignes d'autobus, dont une ligne Intercité et une navette gratuite de centre-ville.

La couverture de la ville de Martigues comprend 7 lignes urbaines et 2 lignes inter-urbaines :

Urbaines :

A : Arc-en-Ciel ↔ Canto-Perdrix
B : Gustave Eiffel ↔ Saint-Jean
20 : Jonquières ↔ Île ↔ Ferrières
21 : Gustave-Eiffel ↔ Canto-Perdrix
23 : Jonquières ↔ Lavéra ↔ Carro
24 : Croix de Malte ↔ Parc de Figuerolles ↔ Zac des Etangs (Saint Mitres les Remparts, zone commerciale uniquement)
26 : Ferrières ↔ Lurçat ↔ Vigneros

Inter-urbaines :

2 : Ports Saint Louis du Rhône-Fos sur Mer-Port de Bouc-Martigues

29 : Istres-Saint Mitres les Remparts-Martigues

La commune est couverte par le réseau départementale Cartreize :

-Lignes 25 : Aix en Provence-Salon de Provence-Miramas-Istres-Martigues

-Lignes 34 : Ports Saint Louis du Rhône-Martigues-Marseille

-Lignes 38 : Martigues-Gignac la Nerthe-Aéroport Marseille Provence- Vitrolles

-Lignes 39 : Martigues-Châteauneuf les Martigues-Gignac la Nerthe-Aix en Provence

-Lignes 55 : Martigues-Sausset les Pins-Carry le Rouet-Gignac la Nerthe

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le transport ferroviaire est en forte croissance sur la gare de Martigues (dite gare de Lavéra)[20]. Ce transport est très largement orienté vers les marchandises comme le montrent les chiffres d'affaires 2003 des deux branches[21] :

Trafic C.A. (en euros)
Voyageurs 851 249
Marchandises 35 973 225

L'importance du fret à Lavéra fait que cette gare compte pour 1,5 % du fret national et 8,7 % du fret en Provence-Alpes-Côte d'Azur[22]. Située sur un important point d'arrivée des hydrocarbures en France, elle se caractérise par un fort trafic d'expéditions et un faible trafic d'arrivage[22] :

Expéditions (tonnes) Arrivages (tonnes)
Chimie 470 663 223 201
Pétrole 271 254 9 200
Gaz 384 331 1 222
TOTAL 1 126 247 233 623

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

En 2009, sur les 7 144 hectares de la commune, environ 3 300 sont considérés comme zones naturelles (dont 700 de forêt), 1 050 comme zones agricoles et 750 comme faisant partie de la zone d'activité industrielle de Lavéra[23]. La surface des terrains communaux est de 3 127 ha[23].

Logement[modifier | modifier le code]

Le parc de logements tend à augmenter : 16 088 en 1982, 18 602 en 1990 (+15,6 %) et 20 684 en 1999 (+11,2 %)[24]. La part des résidences principales est de 86,5 % en 1999. Ce taux augmente légèrement puisqu'il était de 85 % en 1982[24]. En 1999, le nombre de logements secondaires était de 1 382 (6,7 %) et celui de logements vacants à 1 385 (6,7 %)[24]. Le nombre d'occupants par logement diminue constamment passant de 2,88 en 1982 à 2,35 en 1999[24]. Sur l'ensemble de ce parc, le nombre de logements sociaux est de 5 870[25].

Une Convention générale de gestion urbaine de proximité a été signée en 2009 entre la commune, le département, la région, l'État, les bailleurs sociaux et la CAPM. Elle prévoit la rénovation de 3 000 logements dans les quartiers de Boudème, Canto-Perdrix, Mas de Pouane, Notre-Dame-des-Marins et Paradis Saint-Roch. 55 millions d'euros devraient être investis jusqu'en 2012 (43 provenant de la commune et 12 de la région)[26].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

La direction de l’aménagement et de l'urbanisme est formée de 25 personnes[27]. En 2004, elle a instruit 1 156 permis de construire[27]. L'une des opérations majeures d'urbanisme de la ville est le ravalement des façades du centre-ville. 909 façades de logements et 177 devantures ont ainsi été refaites entre 1988 et 2004 pour un coût de 3 942 226,15 €[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Martigues (en provençal Lo Martegue selon la norme classique ou Lou Martegue selon la norme mistralienne) vient d’une ancienne forme latine reconstituée, * Marticum, composée de la racine pré-indo-européenne * mart- « rocher » et de la terminaison latine -icum ; ce nom faisait allusion à l’étang de Berre en tant qu’« étang des rochers ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Martigues abrite des communautés humaines depuis l'époque néolithique comme l'attestent des fouilles menées sur les sites de La Gacharelle[28], au village de Saint-Pierre (de - 3400 à -2600), vers le village de Ponteau ou encore vers La Couronne (-2800 à -2500)[29]. De plus, de nombreux autres sites ont fait simplement l'objet d'un repérage et n'ont pas encore été explorés. Ces sites ont révélé quelques outillages en silex comme des meules ou des haches[29].

Vers 1800 av. J.-C., ces sites prennent davantage d'ampleur avec l'édification de murailles en particulier au Collet Redon. Des ensembles funéraires sont aussi relevés sur la période. Par exemple, les fouilles ont permis de retrouver un tertre vers le village de Ponteau[29].

Trois cents ans plus tard, vers 1500 av. J.-C., les sites d'Albion et des Salins[30] commencent à être occupés par des habitats lacustres où les fouilles ont révélé un important mobilier et des traces de pilotis. Ces villages semblent avoir été occupés du XIVe jusqu’au VIIIe siècle av. J.-C. de manière continue[29].

Périodes celtique, grecque et romaine[modifier | modifier le code]

Vestiges des murs d'une habitation du village des Tamaris.

Le VIIe siècle av. J.-C. voit une transformation radicale des habitats martégaux avec l'apparition de véritables centres urbains. La région martégale est désormais habitée par un peuple d'origine celto-ligure nommé Avatiques[31]. L’oppidum grec de Saint-Blaise, fondé vers -650 sur le territoire actuel de Saint-Mitre-les-Remparts, tend ainsi à devenir la principale agglomération de l’ouest de l’étang de Berre. Elle concurrencera même Marseille pendant un temps[29]. Plus au sud, sur le rivage de la mer Méditerranée, se forment les deux villages des Tamaris (-640--560) et de l'Arquet (-625--560)[29] sur deux promontoires voisins. Ces deux villages ne sont occupés que l’espace d’une ou deux générations avant d’être abandonnés. Le village de Tamaris présente aussi le caractère remarquable d’être le plus vieil ensemble urbain indigène du sud de la France[29]. La période voit aussi l'émergence de petites villages situés sur des sommets particulièrement difficiles d'accès comme les oppidum de l'Escourillon ou de la Mourre du Bœuf[32].

Après les centres côtiers des Tamaris et de l’Arquet, des sites plus importants commencent à apparaître. La colline de Saint-Pierre[33] est occupée à partir de 550 av. J.-C.[29]. Le site deviendra progressivement le plus important oppidum avatique et la principale ville dans l’ouest de la chaîne de la Nerthe[29]. Vers 475 av. J.-C., un autre centre urbain avatique d'importance se met en place sur l’Île. Ces trois centres connaissent une occupation continue pendant plusieurs siècles[29]. Les relations avec Marseille sont d'abord relativement pacifiques. Des échanges auront lieu entre Celtes et Massaliotes. Vers la fin du IIIe siècle av. J.-C., les Avatiques semblent ainsi être les premiers indigènes à avoir utilisé l'écriture grecque[34]. Cependant, avec la prise de Phocée par les Perses et la fuite de ses habitants vers leur domaine colonial, la puissance marseillaise a considérablement augmenté. De fait, Marseille a le monopole du marché provençal d’amphores. Il semble que Marseille ait cherché à diviser les peuples gaulois. Cela n’exclut cependant pas quelques interventions directes. Au IVe siècle av. J.-C., le village de l’Arquet, reconstruit près d’importantes carrières, est rasé. La plus violente crise militaire entre Avatiques et Marseillais date de la période -200--190 av. J.-C. La ville de l’Île est détruite, mais rapidement reconstruite[29].

Cette opposition n'empêche pas les celto-ligures de profiter des avancées technologiques des Phocéens. Dans des couches datées entre 375 et 325 avant notre ère, il a été découvert des vases contenant des résidus de moût, donc qui avaient servi à une production de vin indigène[35]. À la même période ont été identifiées ici les plus anciennes huileries[36].

La fin du IIe siècle av. J.-C. est marquée par la destruction de Saint-Blaise par les Romains ou par un peuple indigène vers 125 av. J.-C. En 123 av. J.-C., Marseille demande l'aide de Rome pour éliminer les Salyens. L'oppidum d'Entremont est ainsi détruit par les Romains qui occupent la région où ils fondent notamment Aix-en-Provence (122 av. J.-C.). Entre -104 et -102, les Romains occupent directement le secteur de Martigues et creusent le premier canal à travers l’étang de Caronte. Les eaux de l’étang de Berre, alors presque douces, voient leur salinité augmenter. Dans la foulée de l’occupation romaine, Marseille prend le contrôle des territoires à l’ouest de l'étang. Saint-Pierre semble cependant échapper à ce mouvement. L’oppidum survivra aussi à la chute de Marseille en 49 av. J.-C. qui voit pourtant de nombreux habitats gaulois être détruits[29].

Les Romains fondent alors Maritima Avaticorum sur le site de Tholon[37] peu après leur prise de la région[29]. La cité est d'abord concurrencée par Saint-Pierre, mais finit par l’emporter quand l’oppidum est abandonné à la fin du Ier siècle av. J.-C. Des villas romaines sont construites un peu partout sur le territoire de la commune pendant l’Empire. Le déclin romain et la prise d’Arles (480) entraîne l’abandon de Maritima Avaticorum, non fortifiée et exposée dans la plaine, au profit des hauteurs comme le site de l’ancien oppidum de Saint-Blaise.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les invasions barbares contraignent donc les habitants à gagner les hauteurs et le secteur de l’Île et ses environs. Un village de pêcheurs existe à Saint-Geniès en 540[38]. En 963, un acte du pape Léon VIII indique la persistance de ce village situé près de l’ancien collège Picasso (aujourd’hui l’école de danse municipale)[39]. En 1078, le seigneur des Baux, le vicomte de Marseille, le comte de Provence et l’Archevêché d’Arles se mettent d’accord pour construire un château sur l’Île de Martigues[38]. Des différends finiront à éclater entre ces partis.

Tout d’abord, le village de Saint-Geniès demanda au seigneur de Fos, son suzerain, une autonomie accrue qui lui fut refusée en 1218[39]. La région subit ensuite les luttes d’influence entre Marseillais, archevêque d’Arles et comte de Provence. Raimond Bérenguer V, qui a alors du mal à prendre le contrôle de la Provence, souhaite faire de Martigues une ville nouvelle et importante sur laquelle baser son autorité. Le 11 janvier 1224, à la suite d'un accord avec l’archevêque d’Arles, Raimond obtient le contrôle de la ville tandis que l'archevêque garde celui des bourdigues[40]. Les Marseillais cherchent à l’empêcher et s’emparent de la ville avant lui. Ils se fortifient dans l’île de Brescon mais une contre-attaque du comte et des Arlésiens réussit à les en déloger[41]. En 1225, Raimond Bérenguer V accepta que les Marseillais maintiennent leurs fortifications à Bouc (sur l'îlot de « Corenthe » qui deviendra Caronte) mais n'en construisent plus aucune autre, de détruire les siennes à Saint-Geniès à condition que la ville lui verse 25 000 sous[42],[43]. Enfin, le 11 janvier 1226, l’archevêque d’Arles céde ses droits sur Ferrières au même comte Raymond Bérenger V à la condition d’y construire une ville nouvelle[38],[44]. Sous le règne de Charles d’Anjou (1246-1285), les Marseillais perdent le contrôle des fortifications de Bouc[41]. La ville est ensuite cédée à Raymond de Baux (1354) puis à Jean d’Arcufia de Cayro (en 1375) par décision de la reine Jeanne à la mort sans héritiers de Raymond[45]. De Cayro la rendit en 1382 et Martigues fut réuni au domaine des rois de Provence[45].

Au cours de cette période, la ville commence à évoluer et à s'affirmer au niveau commercial et seigneurial. La petite communauté juive des rives de l'étang de Berre fait les frais de la mutation et perd le contrôle du commerce de grain. Elle est en effet durement concurrencée par les seigneurs locaux et les marchands italiens[46]. De plus, la montée de l'antisémitisme en Provence au XIVe siècle lui fait perdre les offices qu’elles occupent (à Berre notamment mais aussi à Saint-Geniès et à l’Île)[47]. Cette communauté finit par subir de graves problèmes financiers à partir de la décennie 1390[46]. Ils finissent par migrer vers Arles et Marseille ne jouant plus qu’un rôle très ponctuel. Le commerce local est désormais entièrement aux mains des seigneurs et du clergé propriétaires de droits sur les rives de l'étang (par exemple les seigneurs de Fos ou de Berre et le prieur de Saint-Geniès pour le XIVe siècle) qui négocient avec des marchands gênois ou florentins basés à Avignon et Marseille[48].

Trois bourgs sont ainsi peu à peu formés à la jonction de l'étang de Berre et de l'étang de Caronte. Ces trois bourgs forment déjà un même ensemble urbain, mais ils n'en restent pas moins distincts pendant tout le Moyen Âge. Le bourg de l'Île est le centre de l'ensemble. Sur la rive nord, se trouve celui de Ferrière et sur la rive sud celui de Jonquières. L'ensemble est entouré de remparts[49],[50]. Plus au sud, le village de La Couronne éprouve des difficultés à se maintenir le long de la côte et semble un temps abandonné vers 1350[51]. Le village de Saint-Geniès est lui aussi abandonné vers cette même période, qui voit la peste de 1346 sévir. Privés d'autonomie, ses habitants ont peu à peu gagné l'Île et en 1323, il était indiqué que le lieu était délabré[39]. L'autorisation, donnée en 1385, de prélever les pierres du rempart du village scella la fin définitive de cet habitat[39].

Le nouveau site, bien protégé à l'intérieur des terres et relié à la mer par l'étang de Caronte, vit son importance croître au cours des siècles. Le port de Bouc, construit à l'embouchure de la passe de Caronte avec la mer Méditerranée, commence même à s'afficher en rival de celui de Marseille. Le mouvement est favorisé par les seigneurs de Provence qui se méfient de Marseille.

Au moment de la crise de succession qui s’ouvre à la fin du règne de la reine Jeanne Ire, Martigues est une des rares villes, avec Marseille et Arles, à se rallier dès 1382 à l’Angevin Louis Ier[52]. Les Marseillais assiègent et prennent Châteauneuf-les-Martigues[53] et tentent le blocus du port de Bouc. Martigues est ensuite cédé à Nicolas du Roux puis récupéré par les rois de Provence en 1414 et fera partie de leur domaine jusqu'en 1473[54].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 1526, Francois Ier accorda aux Marseillais le droit de pêcher dans les eaux du « Martigues »[55]. Sous son règne, le vicomté est donné à Pierre de Navarre (Pedro Navarro), un capitaine espagnol, en 1516[39] puis à Jean Caraccioli, capitaine italien déjà prince de Melphi, en 1526[39].

En 1580, le vicomté de Martigues (érigé en 1472[56]) est changé en principauté[56]. À son extension maximale, la Principauté de Martigues comprendra outre le vicomté de Martigues, les baronnies de Berre, d'Entressen, d'Istres, de Lançon, de Saint-Mitre et de Châteauvieux, ainsi que les seigneuries de Ferrières, de Jonquières, de Fos, de Châteauneuf, de Rognac, des Pennes et de Carry.

Les côtes subissent une attaque génoise en 1536 mais la défense du fort de Bouc permet à la ville d'éviter l'invasion[57]. En 1560, le bourg de l'Île renforce sa défense avec la construction de la tour fortifiée de l'horloge (détruite en 1864)[58].

À partir de 1549, Henri II cherche à rassembler Ferrières, l'Île et Jonquières en une même communauté[39]. Le 14 mai 1564, la ville reçoit même la visite du roi Charles IX dans ce but[39]. Le vicomté est ensuite restitué en 1564 à la famille du Luxembourg évincée par Louis XI[39]. Finalement, la fusion des trois bourgs aura lieu le 21 avril 1581 pour donner naissance à Martigues[59] après la création de la Principauté. Cette communauté compte alors près de 4 000 habitants dont la moitié pour l'Île[23]. Elle est gouvernée par une assemblée de 60 conseillers, chaque quartier en fournissant 20[60]. Dès l'année suivante, la ville se rallie à la Ligue Catholique des ducs de Guise. En 1589, elle est prise par l'armée royale mais se révolte en 1593 et reprend le fort de Bouc avec une aide marseillaise[56]. La situation se calmera entre 1595 et 1599. En 1664, année de réalisation du fort de Bouc actuel[61], les flottes martégales et marseillaises rivalisent avec respectivement 7 000 et 8 000 tonneaux[56]. Cependant, au XVIIe siècle, Louis XIV et Colbert réorganisent largement la France et le ministre de la Marine décide de faire de Marseille le principal port méditerranéen. Il tranche donc définitivement en faveur de Marseille en laissant les institutions judiciaires marseillaises régler les différends entre pêcheurs marseillais et martégaux. Martigues, qui compte peut-être 20 000 habitants en 1688[61],[62], commence alors à péricliter. Plusieurs catastrophes vont frapper la ville en moins de vingt ans. Tout d'abord, une épidémie en 1705 (probablement de rougeole ou de variole[63]) qui cause la mort de nombreux enfants[63]. Ensuite, la vague de froid de l'hiver 1709-1710 (environ 1 500 morts) et l'épidémie de peste de 1720 (d'environ 2 150[64] à 2 440 morts[65],[66]) décime une grande partie de la population[67]. Marseille fut aussi sévèrement touché par l'épidémie de peste mais La Ciotat, autre port concurrent de la région, fut épargné[68]. De plus, les guerres menées sous Louis XIV et Louis XV ruinent les marchands de la Ville avec la perte de plus de 300 tartanes et touche le cœur de l'économie de la ville.

Une partie des marins martégaux participera alors au commerce marseillais (avec également les marins de La Ciotat). Ainsi, au milieu du XVIIIe siècle, un quart des capitaines trafiquant dans le port de Marseille sont natifs de Martigues[69]. Ils se livrent au commerce du blé et à la traite[69].

Révolution française[modifier | modifier le code]

À la veille de la Révolution, la population ne compte plus que 7 000 habitants même si elle se classe encore 7e ville de Provence[70]. Elle demeure un des principaux fiefs de Provence, mais la ville est désormais essentiellement tournée vers la pêche. Frappée par la famine due à une mauvaise récolte et la rigueur de l'hiver 1789 (l'étang de Berre gèle), la population accueille plutôt bien la Révolution[70]. Les cahiers de doléances de la ville montrent des préoccupations centrées sur la demande d'égalité devant l'impôt pour tous, sur la réorganisation de la constitution provençale et sur les problèmes de pêche et de navigation de la Ville[71].

Le 14 février 1790, les élections désignent Louis Puech comme premier maire de la Ville[70]. Lors du nouveau découpage du territoire en départements, Martigues s'oppose à Salon pour devenir chef-lieu de district[70]. En avril 1793, Salon l'emporte grâce à son engagement du côté des Montagnards. Martigues s'engage alors avec les sections fédérées de Marseille[70]. Ce mouvement contre-révolutionnaire proche des Girondins connaît d'abord quelques succès comme la prise de Salon le 16 mai, mais la défaite devant l'armée du général Carteaux entraîne l'occupation de la ville le 25 août[70]. Le bilan de la répression à Martigues fait état de onze morts (huit guillotinés dont le maire et trois suicidés)[70]. Seize autres personnes quittent la ville[70].

Le comité de surveillance est institué en 1793. Il est un des plus radicaux du département, et travaille en liaison étroite avec le comité de surveillance du Congrès républicain des départements méridionaux. Son institution marque en quelque sorte l’apogée démocratique de la Révolution[72].

En 1794, l'ingénieur Groignard commence le creusement d'un véritable port à Bouc[70]. Cependant, l'économie ne renaît pas et le déclin de la ville s'accentue. La population de la ville se réduit à tout juste 5 000 habitants[70]. De plus, Martigues reste à l'écart des chantiers de développement du département même si quelques travaux d'aménagements sont engagés dans la ville. Vers la fin du XVIIIe par exemple, les remparts de Jonquières sont abattus pour permettre la mise en place de l'actuel Cours du 4 septembre[73].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, l'économie de la ville s'oriente vers l'agriculture, la pêche et les métiers de la mer et les marais salins[74]. Ainsi, en 1842, les 428 pêcheurs et 149 navires martégaux capturent 343 tonnes de poissons pour une valeur de 505 000 francs (dont 92 pour les bourdigues) dont un tiers sert à la consommation annuelle de la ville[75]. La valeur des armements et du matériel de pêche (filet…) est évaluée à près de 700 000 francs, ce qui montre que les revenus des marins couvrent difficilement leurs frais[76]. Cette pêche se divise en « grand art » (pêche au large) et « petit art » (pêche dans les bourdigues)[75]. Les quantités de poissons disponibles le long des côtes diminuent cependant tout au long du siècle à cause du manque d'entretien des canaux et de la pêche au « grand art », relativement destructrice[77]. En 1862, la valeur des prises vaut entre 750 000 et 850 000 francs (dont plus que 50 000 sur les bourdigues)[78].

L'agriculture produit en 1838 de l'huile d'olives et du vin[74]. Il existe aussi, la même année, une industrie de produits chimiques, avec des manufactures à « Rassaen » et au « Plan d'Aren », et de constructions de navires[74].

Sous le Second Empire, le territoire est réorganisé et quelques chantiers sont menés. En 1854, le cimetière de Saint-Joseph est fondé par le maire Pierre Boze[79]. Ce cimetière accueille aujourd'hui les tombes de plusieurs notoriétés de la ville[79]. Le 2 septembre 1866, le port de Bouc est érigé en commune. Par ailleurs, Martigues, après de longs efforts, obtient en 1868 le percement d'un canal, nommé depuis canal de Martigues, pour se ravitailler en eau potable depuis le canal de Provence[80]. En 1863 débutent aussi les travaux pour construire un canal entre le Rhône et Marseille. Le canal de Caronte est une nouvelle fois réaménagé et recreusé. Ces travaux sont l'aboutissement d'un long débat qui visent alors à faire de l'étang de Berre une zone de refuge et de protection pour les navires, notamment militaires[81]. Plusieurs îles obstruant le nouveau canal sont alors détruites faisant encore décliner la pêche aux bourdigues[82].

Début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, de nouveaux travaux commencent pour aménager un nouveau canal à Caronte et établir une voie ferrée entre Miramas-Martigues-Marseille. Cette ligne est partiellement finie en 1915[83], après plusieurs grèves très dures (1908[83] et 1910). Sa construction entraîne l'arrivée de nombreux ouvriers italiens ou espagnols dans la région[83]. Certains y resteront et s'y installent définitivement. C'est à cette occasion qu'est édifié le remarquable viaduc ferroviaire métallique à système pivotant dit pont de Caronte[83]. De plus, le canal de Caronte moderne est achevé entre 1908 et 1928. Ce chantier voit aussi l'aménagement actuel du quartier de l'Île et la destruction des derniers îlots et bancs de sable gênant la circulation des bateaux.

Les années 1920 et 1930 marquent le début de l'industrialisation de la commune et de ses environs : installation de l'usine d'oléagineux Verminck (1920), installation de dépôts de la Société Générale des Huiles et Pétroles (SGHP) à Lavéra (1922), électrification de la ville (1924) et de sa campagne (1927), montage d'une raffinerie de la SGHP à Lavéra (1932-33) et création d'une autre raffinerie, de la Compagnie Française de Raffinage[84] cette fois, à La Mède (1935). L'importance du site pousse l'armée à construire une batterie côtière au fort de Bouc en 1932 (4 pièces de 75 mm) puis une autre à La Couronne en 1934 (4 pièces de 138 mm)[85]. Un troisième projet (une batterie de deux pièces de 340 mm) à la Maranne sera abandonné[85].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la ville compte environ 10 000 habitants. L'occupation débute le 11 novembre 1942[86] et une garnison allemande de la 338e division d'infanterie s'installe sur la commune[85]. Elle va ériger, via les réquisitions d'habitants, de nombreuses fortifications autour du canal et le long des plages du sud de la ville où Rommel effectuera une visite en mai 1944[87]. 200 ouvrages militaires anciens sont ainsi aujourd'hui recensés entre Lavéra et les Tamaris[87]. La Résistance locale cherchera à perturber ses travaux (ajout de sel dans le béton… etc.) et à cartographier les défenses. Jusqu'au début de 1944, Martigues demeura éloignée des théâtres d'opérations de la guerre et tant les activités de la Résistance que les rigueurs de l'occupation allemande demeurèrent limitées[88]. La situation changea quand commença de s'organiser le débarquement de Provence qu'il fut un temps question de réaliser vers Martigues. Ainsi, le 8 juin 1944, plusieurs résistants seront arrêtés et rapidement fusillés[89] alors qu'ils préparaient l'union des principaux mouvements locaux. Le 21 août 1944, la ville s'insurge et se libère par ses propres moyens après une série d'escarmouches contre des patrouilles et des retardataires de la Wehrmacht. L'essentiel de la garnison allemande a cependant le temps de se retirer en faisant exploser les installations portuaires et en sabordant les navires dans le port. À la Libération, les communistes, qui ont subi les pertes les plus importantes de la Résistance martégale, s'installent à la mairie avec Jacques Toulmond (1945-1946) puis Francis Turcan (1946-1947). Aux élections municipales de 1947, la SFIO reprend le pouvoir. En 1953, la victoire de Paul Pascal (SFIO) est acquise de justesse devant la liste PCF de Francis Turcan.

Période récente[modifier | modifier le code]

Le 9 novembre 1949, le groupe Pechiney décide d'installer une raffinerie, Naphtachimie, sur le site de Lavéra[90]. Les travaux débutent en avril 1950 et nécessitent près de 3 000 personnes[60]. La municipalité Pascal commence alors en 1958 la modernisation de la Ville via la décision de rénover le canal de Martigues[91] et l'adduction de l'eau potable. Ce chantier sera mené à bien par l'équipe du maire communiste Francis Turcan élu en 1959. Fort de ce succès et de la mise en place du tout-à-l'égout et de la création de la Régie des Eaux de Martigues, Francis Turcan est réélu en 1965. Ses mandats sont également marqués par la construction du stade municipal qui porte son nom et la construction de l'ensemble de logement des Capucins.

En 1968, Total-La Mède se met en grève le 20 mai suivi de Naphtachimie et de BP deux jours plus tard[60]. Le 22 mai, la grève devient illimitée et les services publics sont fermés[60]. Le 24 mai, les grévistes, rejoints par les commerçants, lancent une opération ville-morte qui paralyse la commune tandis que 3 000 personnes y manifestent[60] Ils participent également au ramassage des ordures qui commencent à s’accumuler[60]. Le conflit va durer de 11 à 24 jours et la reprise du travail s'effectue du 1er au 12 juin[60]. Dans l'ensemble, les grévistes, sauf ceux de Naphtachimie, ont obtenu une augmentation de salaire et une diminution de la durée légale du travail[60].

Au décès de Francis Turcan en 1968, Paul Lombard (PCF) devient maire[86]. Il sera par la suite régulièrement réélu en 1971, 1977, 1983, 1989, 1995, 2002 et 2008[86]. Sous sa direction, la ville mène d'importants travaux pour loger la population grandissante attirée par la nouvelle zone industrielle et les constructions et les inaugurations vont se succéder. Deux grands axes se développent avec la mise en chantier d'équipements de base puis une série davantage orientée vers la culture et les loisirs. Les chantiers relatifs à l'adduction et au traitement des eaux occuperont une place particulière et feront l'objet d'un effort soutenu. En 1971/1972, les mairies de Martigues et Port-de-Bouc s'unissent pour obtenir de l'État le financement d'écoles et de lieux de culture pour éviter de transformer la ville en cité-dortoir[86].

Parmi les principales réalisations, l'avenue Francis Turcan est percée en 1971[92]. L'hôpital des Rayettes est ouvert en 1974[86] et le quartier de Saint-Roch en 1977[86]. Une bibliothèque est inaugurée en 1980 en présence de Jean Ristat représentant Louis Aragon souffrant dont elle porte le nom, un parc de loisirs (parc Julien Olive) en 1981, une station d’épuration et une usine de filtration en 1989, une radio locale (Radio Maritima) est créée, un musée (Musée Félix Ziem) est inaugurée en 1982, une salle de spectacle (Halle de Martigues)[93] en 1993 et un théâtre (Théâtre des Salins)[94] (1995). Dans le domaine éducatif, la ville a vu la construction de quatre collèges et de deux lycées (1963 et 1974). À partir des années 1990, de nombreux aménagements sont faits en vue de renforcer l'activité touristique de la ville. Parmi les exemples principaux, la modernisation de la plage du Verdon ou l'acquisition en 1992[95] puis la restauration du fort de Bouc (1999-2007)[60]. Ces efforts débouchent sur le classement de la ville en station balnéaire et touristique (23 juin 2008).

En 2000, la ville crée une communauté d'agglomération nommée Communauté d'agglomération de l'Ouest de l'étang de Berre (CAOEB) avec les communes de Port-de-Bouc et de Saint-Mitre-les-Remparts. Martigues, beaucoup plus peuplée, y dispose de la moitié des sièges. Cette intercommunalité est rebaptisée CAPM (Communauté d'agglomération du Pays martégal) en 2008. Le but est, pour les trois communes, de résister aux tentatives d'annexion menée par Marseille pour récupérer le montant de la taxe professionnelle perçu par la CAPM. Des négociations sont aussi en cours avec les communautés du Pays d'Arles et le SAN Ouest-Provence pour contrer les projets de Grand Marseille[96].

En 2009, Paul Lombard démissionne de son poste de maire après 41 ans passés à la tête de la ville et Gaby Charroux (PCF) lui succède[97].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

D'une manière générale, le résultat des scrutins à Martigues tend à montrer un fort ancrage à gauche même si certains votes ont fourni de notables exceptions. La principale étant le second tour des élections présidentielles de 2007 qui a placé Nicolas Sarkozy en tête (52,19 %) devant Ségolène Royal (47,81 %).

Cependant, tous les autres scrutins ont donné une large avance aux candidats de gauche. Ainsi, pour les législatives qui ont suivi les présidentielles de 2007, le candidat du parti communiste français (PCF), M.Vaxes, a gagné la circonscription avec 58,31 % des suffrages devant le candidat local de l'UMP, M. Aragneau (41,69 %)[99]. Auparavant, le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen avait révélé un fort rejet des thémes libéraux de celui-ci (plus de 70 % de Non). Enfin, lors des élections européennes de 2009, la liste Front de Gauche (alliance PCF et PG) est arrivé en tête avec un peu plus de 21 % (contre 6 % au niveau national) des suffrages exprimés devant l'UMP (19 % environ).

Cependant, c'est au niveau municipal que l'ancrage à gauche est le plus marqué puisque le PCF dirige la ville depuis 1958 en étant systématiquement réélu au premier tour. Il tient aussi les deux cantons de la commune. Par exemple, lors des élections municipales de 2008, le maire sortant d'alors Paul Lombard (liste d'union de la gauche) a été reconduit dès le premier tour avec 57,51 % des voix face à Mathias Petricoul (UMP) qui a obtenu 21,08 % des voix.

Fin avril 2009, Paul Lombard, 81 ans, annonce son intention de mettre un terme à ses fonctions de premier magistrat de la ville dans les prochaines semaines, après 40 années et six mandats consécutifs à la tête de celle-ci, pour ainsi passer le relais à son premier adjoint, Gaby Charroux. Ce dernier est officiellement élu maire de Martigues le 29 mai 2009 lors d'un conseil municipal extraordinaire.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de Martigues :

Groupe Président Effectif Statut
PCF/PS Gaby Charroux 34 majorité
FN Cyril Martinez 5 opposition
Divers droite Jean-Luc Di Maria 4 opposition

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Martigues.

Trois maires ont été élus à Martigues depuis 1959 :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 décembre 1968 Francis Turcan PCF Employé de bureau
janvier 1969 29 mai 2009 Paul Lombard PCF Employé de bureau
29 mai 2009 en cours Gaby Charroux PCF député depuis 2012

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

En 2009, les juridictions de l'ordre judiciaire dont dépend Martigues sont[100] :

Les juridictions de l'ordre administratif sont[100] :

Martigues est situé dans le département des Bouches-du-Rhône de la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur. Dans le département, la ville est comprise dans l'arrondissement d'Istres et est le chef-lieu de deux cantons (Martigues-est et Martigues-ouest). Elle fait aussi partie de la Communauté d'agglomération du Pays Martégal dont elle accueille le siège.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Martigues comporte une caserne de pompiers, une gendarmerie, un commissariat de police nationale et un de police municipale.

En 2009, les effectifs des pompiers sont de 56 professionnels et 90 volontaires[101]. Ils ont effectué 7 200 interventions représentant plus de 9000 sorties d'engins de secours. Les sapeurs-pompiers de Martigues disposent de plus de 30 engins et servent les spécialités de secours nautiques (plongeurs et sauveteurs côtiers), milieux périlleux (GRIMP) et risques chimiques[101].

Les effectifs de la police municipale pour l'année 2004 sont de 45 agents, 3 surveillants de parkings, 4 postes de secrétariat, 3 apprentis et un C.E.C[102]. . Une patrouille permanente de 3 agents est assurée toute l'année[102]. Une brigade nautique est aussi formée du 1er juillet à début septembre[103].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La politique environnementale de Martigues se développe selon plusieurs axes principaux : prévention des risques industriels, réhabilitation de l'étang de Berre, protection du littoral, maitrîse de l'urbanisme. La prévention des incendies et l'entretien des espaces boisées occupent aussi une place importante.

Martigues participe ainsi au GIPREB (Groupe d'intérêt pour la protection et la réhabilitation de l'étang de Berre). Une réserve marine, au large du Cap Couronne et appartenant au cadre du Parc Marin de la Côte Bleue créé au début des années 1980, est présente sur la commune et Martigues participe au budget du parc à hauteur de presque 18 000 euros (sur 223 000)[104].

Les efforts pour la lutte contre les incendies regroupent le débroussaillage des terrains communaux, l'information voire la verbalisation des individus, l'aménagement et l'entretien (avec le Conseil Général) des pistes forestières, l'implantation et de l'entretien de points d'eau, la surveillance des forêts via des vigies, la mise en place de coupures vertes et de patrouilles (Conseil communal feux de forêts)[105]. En 2004, les pompiers ont aussi mené 161 opérations préventives contre les feux de forêt[101].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Martigues n'est jumelée avec aucune autre ville.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 47 614 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 695 6 869 6 888 7 255 7 438 7 299 7 772 7 873 8 640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8 099 8 433 8 011 8 053 6 963 6 483 6 494 5 918 5 659
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6 280 5 734 7 450 6 304 8 876 9 394 10 489 11 295 15 150
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
21 515 27 945 38 373 42 037 42 678 43 497 46 318 47 614 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[106] puis Insee à partir de 2004[107].)
Histogramme de l'évolution démographique


La répartition de la population par tranche d'âge montre que celle-ci tend à vieillir[108] :

1982 1990 1999
0-19 12 908 (30,6 %) 11 259 (26,4 %) 10 331 (23,7 %)
20-39 13 672 (32,4 %) 12 970 (30,4 %) 11 844 (27,2 %)
40-59 10 304 (24,5 %) 11 521 (27 %) 12 487 (28,6 %)
60-74 3 796 (9 %) 4 902 (11,5 %) 6 186 (14,2 %)
75 et plus 1 480 (3,5 %) 2 026 (4,7 %) 2 731 (6,3 %)

La part de la population étrangère, très fortement masculine (62,3 % d'hommes en 1990, 61,2 % en 1999)[108] et plutôt âgée (seulement 14,2 % de moins de 24 ans)[108], est en diminution constante[108] :

1982 1990 1999
Français 38 144 (90,5 %) 39 742 (93,1 %) 41 190 (94,5 %)
Etrangers 3 996 (9,4 %) 2 936 (6,9 %) 2 389 (5,5 %)

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement public[modifier | modifier le code]

La ville administre 14 écoles maternelles[109] qui accueillent 1 688 enfants (effectif 2004[110]). Les effectifs se répartissent ainsi[111] et 19 écoles élémentaires[112] accueillant 2694 élèves[110] de la manière suivante[111] communales.

Le département gère 4 collèges et la région 2 lycées; le total des effectifs était en 2004 de 4 485 élèves[110] et sont les suivants[113].

En 2009, la ville fait état de 437 bacheliers[114]. Les taux de réussite sont respectivement de 81 % pour le lycée Lurçat et 86 % pour le lycée Langevin[115].

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

En 2004, l'enseignement supérieur à Martigues se décompose en 7 B.T.S. et 301 étudiants et une école de formation en soins infirmiers comportant 109 étudiants[113].

Enseignement privé[modifier | modifier le code]

L'enseignement privé compte trois structures d'importance à Martigues : l'I.E.P. Brise-Lame, l'AQFA-École de coiffure et d'esthétisme et le Centre national des arts techniques[116].

L'I.E.P. Brise-Lame compte 303 inscrits dans 8 filières : B.E.P Métiers de la comptabilité, B.E.P. Métiers du secrétariat, B.E.P. Vente action marchande, C.A.P. Agent polyvalent de restauration, C.A.P. Cuisine, Baccalauréat Professionnel Secrétariat, Baccalauréat Professionnel Comptabilité et Baccalauréat Professionnel Vente (section européenne)[116].

L'AQFA compte 36 inscrits dans 4 filières : CAP Coiffure, CAP Esthétique/Cosmétique, BP Coiffure et BP Esthétique/Cosmétique[116].

Enfin, le Centre national des arts techniques possède 86 inscrits dans 6 filières : CAP et BP Esthétique, CAP et BP Coiffure, CAP Agent de la qualité de l’eau et Bac Pro Spécialisé Commerce et Cosmétique[116].

École nationale supérieure des pétroles et moteurs formation industrie Institut du pétrole français[modifier | modifier le code]

L'E.N.S.P.M. Formation Industrie - I.F.P. est une filiale de l'Institut français du pétrole qui fournit des formations aux cadres et techniciens de l'industrie[117]. Il propose des stages de formation initiale pour les opérateurs des industries chimiques et pétrolières, des stages de formation initiale en formation par alternance pour les techniciens de l'industrie pétrochimique, des stages de perfectionnement technique spécialisé dans l'entretien et la gestion des appareils de fabrication et des formations longues (techniques et scientifiques) dans le génie chimique[117].

En 2004, 1 673 stagiaires ont été reçu dans 176 sessions de formation[117].

Santé[modifier | modifier le code]

Martigues possède un centre hospitalier comprenant l'hôpital des Rayettes, l'hôpital du Vallon, 6 structures de psychiatrie et un service de soins infirmiers à domicile[118]. En 2004, le budget était de 9 378 021 € d'investissements et 94 577 272 € de fonctionnement (dont 67,36 % de dépenses de personnel, 17,77 % de dépenses médicales et pharmaceutiques, 2,85 % de dépenses hotelières et 12,02 % pour l'entretien, les assurances, etc.)[118]. La capacité de l'ensemble est de 521 places se divisant de la manière suivante[118] :

Service Nombre de lits et places installés
Médecine 157
Chirurgie 89
Gynécologie/Obstétrique 59
Réanimation 6
Postes de dialyse 8
Entrainement à la dialyse 2
Lits en Hébergement de Personnes Âgées Dépendantes 62
Lits en Séjours moyens 27
Psychiatrie 107
Lits aux Urgences 4

Pour l'année 2004, 17 075 personnes y ont été admises pour 119 235 jours, 66 872 consultations ont été réalisées et 29 954 passages aux urgences enregistrées[119]. Le bloc opératoire a réalisé 5 142 interventions et la maternité 1 867 accouchements pour 1 878 naissances[119]. Le nombre d'actes de radiologie est de 53 577, celui d'IRM de 7 183, celui de scanners de 10 577 et celui d'actes de laboratoire de 675 984 pour un stock de produits pharmaceutiques gérés s'élevant à 5 115[118].

L'effectif du centre hospitalier est de 171 médecins et 1 307 agents non médicaux permanents[118].

Sports[modifier | modifier le code]

Martigues compte 91 clubs dans 60 disciplines et 11 200 licenciés[120], 86 agents et 70 éducateurs pour le service municipal des sports et de nombreuses installations (dont 17 stades éclairés et 11 gymnases)[120].

Les trois principaux clubs sont le Football Club de Martigues (National, voir ci-dessous), le Martigues Volley-Ball (Pro B) et le Martigues Sport Athlétisme (N1 A). Les deux premiers clubs ont néanmoins déjà évolué à des niveaux supérieurs : D1 pour le football de 1993 à 1996, Pro A pour le volley. Cependant, le manque de formation des dirigeants et le manque d'engouement populaire rendent difficile l'émergence du sport de haut niveau à Martigues[120].

F.C. Martigues[modifier | modifier le code]

Fondé en 1919 sous le nom de Sporting Club de Martigues, le FC Martigues adopte son nom définitif en 1921. Il est aujourd'hui le principal club de football martégal. Il évolue actuellement en CFA (4e division) mais a déjà évolué à des niveaux supérieurs comme le 1re Division pendant trois saisons de 1993 à 1996 et surtout la 2e Division (1970-1971, 1974-1993, 1996-1998 et 2002-2003). Son palmarès compte un titre de champion de 2e Division (1993), deux quarts de finale de Coupe de France (1981 et 2003) et une Coupe Gambardella (1968)[121].Le budget du club est d'environ 2,9 M€, budget fourni à 60 % par la mairie de Martigues.

Martigues Volley-Ball[modifier | modifier le code]

Le Martigues Volley-Ball (M.V.B.) a été fondé en 1985 après sa séparation du club omnisport de Martigues[122]. Il a passé douze saisons en Pro B (2e division) et trois en Pro A (1re division). Pour la saison 2009/2010, le club va évoluer en Ligue B (ex-Pro B). Son budget est de 650 000 €[123].

Martigues Sport Athlétisme[modifier | modifier le code]

Le Martigues Sport Athlétisme évolue en Nationale 1 A. Aux championnats de France de juillet 2009, il a remporté médailles d’or pour Laila Traby (1 500 m) et pour Serge Turlet (lancer de disque) et une médaille de bronze pour Zouhair Oumoussa (3 000 m steeple)[123].

Course à pied Martigues-Carro[modifier | modifier le code]

La Martigues-Carro est une épreuve de course à pied se déroulant pendant l'été entre Martigues et le village de Carro. Elle est longue de 16,370 km et comprend notamment l'ascension du col de la Gatasse. En 2009, un millier de coureurs y a participé[124].

  • Palmarès de l'épreuve masculine :
Année Vainqueur Temps 2e Temps 3e Temps
2005 Flag of Morocco.svg Brahim Ibenttalib (AC Salonais) 53 min 21 s Flag of Algeria.svg Hacene Baali (AC Salonais) à 25 s Flag of France.svg Jean-Michel Coutant (ENA Angers) à 1 min 13 s
2006 Flag of France.svg Benoit Zwierzchiewski (SCO Marathonien) 52 min 18 s Flag of France.svg Nordine Ghezielle (Martigues Sport Athlétisme) à 2 min 16 s Flag of Morocco.svg Brahim Ibenttalib (AC Salonais) à 2 min 29 s
2007 Flag of France.svg Patrick Tambwe-Ngoie (Marseille Armée) 53 min 40 s Flag of Algeria.svg Mechkar Bel-Mokhtar (AC Lançon) à 16 s Flag of Morocco.svg Brahim Ibenttalib (AC Salonais) à 19 s
2008 Flag of Morocco.svg Brahim Ibenttalib (AC Salonais) 51 min 54 s Flag of Algeria.svg Brahim Chettah (AC Lançon) à 48 s Flag of France.svg Mustapha El-Amadi (AS St-Julien) à 1 min 20 s
2009 Flag of Morocco.svg Larbi Es-Sraidi (UA Sargéenne) 51 min 41 s Flag of Morocco.svg El-Hassane ben-Lkhainouch (AthleG Provence) à 15 s Flag of Algeria.svg Ahmed Khlifat à 3 min 33 s
2010
2011
2012
2013
  • Palmarès de l'épreuve féminine :
Année Vainqueur Temps 2e Temps 3e Temps
2005 Véronique Matur (ASPTT Aix) 1 h 10 min 16 s Angelina Gours à 24 s Line Dupont (KMS) à 1 min 19 s
2006 Nathalie Chabran (Athlétisme Saint Julien 74) 1 h 05 min 45 s Magalie Raymonenq (Nice Côte d'Azur Athlétisme) à 47 s Béatrice Taleq (LFA Trets) à 3 min 12 s
2007 Fatiha Fauvel-Kliech (SCO Ste-Marguerite Marseille) 1 h 01 min 43 s Lidia Vasilevskaia à 2 min 13 s Carmen Oliveras (SCO Ste-Marguerite Marseille) à 3 min 50 s
2008 Fatima Yvelain (Martigues Sport Athlétisme) 1 h 04 min 50 s Magalie Raymonenq (Nice Côte d'Azur Athlétisme) à 5 min 29 s Patricia Signorio (Sport Akileine) m.t.
2009 Mariana Correa-Oulianova (Martigues Sport Athlétisme) 1 h 05 min 18 s Anne Rosati à 58 s Magalie Raymonenq (Nice Côte d'Azur Athlétisme) à 2 min 39 s
2010
2011
2012
2013

Jeune Lance martégale[modifier | modifier le code]

Les joutes sont un des plus anciens sports à être pratiqué à Martigues. Sa forte implantation est d'ailleurs attestée depuis au moins le XIXe siècle[125]. Le club de la Jeune Lance martégale est ainsi le club martégal de joutes provençales. En 2009, il compte 17 qualifiés pour le championnat de France Senior même si les résultats ont été un peu décevants[124].

Les Rameurs vénitiens

La section est issue de la Jeune Lance martégale et compte une cinquantaine de licenciés, liés à la FFJSN. Elle pratique la rame traditionnelle sur des des barques martégales de 600 kg pour 7,30 m de longueur, avec six rameurs et un barreur[126]. La section obtient la 4e place catégorie Masculine, en Coupe de France à L'Estaque, en septembre 2009. Pour la saison 2010, l'équipage Mixte 1 obtient une 3e place ex aequo en Championnat National. Pour la Coupe de France 2010, les équipages Homme 1 et Tamalou obtiennent la 3e place, tandis que le Mixte 1 finit en 4e position[127].

Médias[modifier | modifier le code]

La ville possède sa radio, sa télévision locale et son magazine d'informations gêrés par la société Martigues Communications[128]. Respectivement, il s'agit de :

  • Radio Maritima, créée en 1982[128], est aujourd'hui la première radio de l'agglomération martégale et du pourtour de l'étang de Berre avec une audience cumulée de 33,7 % et 64 000 auditeurs en 2007[129].
  • Maritima Tv, créée en 1994[128]. Elle diffuse ses programmes sur Martigues et Port-de-Bouc. Sa part d'audience cumulée est de 17 %[130].
  • Reflets édité depuis 1987[128]. Le numéro de septembre 2009 a été tiré à 23 500 exemplaires[131].

Depuis 2000, la ville a aussi mis en place un portail internet[132].

Cultes[modifier | modifier le code]

Toutes les informations sur la PAROISSE DE MARTIGUES : http://paroissedemartigues.over-blog.com/ Vous trouverez sur ce site les informations de la Paroisse de Martigues : églises de Martigues, horaires des offices, secrétariat paroissial, prêtres et diacres, communauté religieuse et toute l'actualité de l'Eglise : Pape François, Diocèse d'Aix, Secours Catholique ...

Économie[modifier | modifier le code]

C'est la 4e ville en importance du département.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2004, le budget de la commune est de 143 571 966 € se décomposant en frais de fonctionnement (102 886 185 €) et en investissements (40 685 781 €)[133]. La taxe professionnelle constitue la grande majorité des ressources de la ville. Elle est du ressort de la CAPM depuis 2000 et elle se monte à 73 298 436 € pour les trois communes de Martigues, Port-de-Bouc et Saint-Mitre-les-Remparts[133] :

Réalisations (en euros) Part dans les impôts locaux
Taxe d'habitation 7 119 948 45,94 %
Taxe foncier bâti 8 258 574 53,28 %
Taxe foncier non bâti 120 876 0,78 %

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2011 de 28 833 €, ce qui place Martigues au 17 984e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[134].

Emploi[modifier | modifier le code]

L'emploi salarié privé représente 12 706 emplois à Martigues en 2004[135]. Cette valeur est en assez forte croissance depuis 2000 comme l'atteste le tableau suivant[135] :

1999 2000 2001 2002 2003 2004
Nombre d'entreprises 1035 1023 1073 1074 1062 1084
Evolution (nombre)
-12 +50 +1 -12 +22
Evolution (pourcentage)
-1,2 % +4,5 %
-1,1 % +2,0 %
Nombre d'emplois 11 226 11 745 11 933 11 981 12 099 12 706
Evolution (nombre)
+519 +707 +48 +118 +607
Evolution (pourcentage)
+4,6 % +6,0 % +0,4 % +1,0 % +5,0 %

Cet emploi est caractérisé par une présence forte de l'industrie (supérieure à 30 %). Cependant, la proportion du nombre d'emplois industriels tend à diminuer année après année au profit des services[135]. Le nombre d'emplois commerciaux tend lui aussi à diminuer à cause de la stagnation du commerce local depuis plusieurs années[135]. :

2000 2001 2002 2003 2004
Industrie 4 004 (34 %) 4 052 (34 %) 4 033 (33,6 %) 3 818 (31,5 %) 3 885 (30,6 %)
Commerce 2 031 (17,3 %) 2 085 (17,5 %) 2 072 (17,3 %) 2 014 (16,6 %) 2 043 (16 %)
Services 5 710 (48,6 %) 5 796 (48,5 %) 5 876 (49 %) 6 267 (51,8 %) 6 778 (53,3 %)

Par activité, la répartition des emplois est la suivante[136] :

1990 1999
Nombre (pourcentage) Nombre (pourcentage)
SALARIES 14 441 (90,9 %) 14 932 (91,5 %)
Profession non déclarée 1 827 (11,5 %) 994 (6,1 %)
Manœuvres et ouvriers spécialisés 1 439 (9 %) 1 215 (7,5 %)
Ouvriers qualifiés et hautement qualifiés 3 006 (18,9 %) 2 510 (15,4 %)
Agents de maitrîse dirigeant ouvriers ou techniciens 1 481 (9,3 %) 1 570 (9,6 %)
Technicines, dessinateurs, VRP 875 (5,5 %) 1 077 (6,6 %)
Instituteurs, infirmiers, techniciens médicaux, catégorie B de la fonction

publique, travailleurs sociaux

922 (5,8 %) 1 331 (8,2 %)
Ingénieurs et cadres d'entreprise 1 012 (6,4 %) 965 (5,9 %)
Personnels de catégorie A de la fonction publique et assimilés 608 (3,8 %) 898 (5,5 %)
Employés de bureau et de commerce, agents de service, aidessoignants,

employés de maison, catégorie C et D de la fonction publique

3 271 (20,6 %) 4 372 (26,8 %)
NON SALARIES 1 452 (9,1 %) 1 371 (8,4 %)
Indépendants - 618 (3,8 %)
Employeurs - 684 (4,2 %)
Aides familiers 354 (2,2 %) 69 (0,2 %)

Les migrations liées au travail se décomposent ainsi[137] :

1982 1990 1999
Habitant et travaillant à Martigues 9 980 9 928 9 724
Habitant à Martigues mais n'y travaillant pas 5 848 5 965 6 579
Non habitant à Martigues mais y travaillant - 6 444 7 950

Il y a donc davantage de salariés qui viennent travailler sur Martigues que de travailleurs qui ont leur emploi à l'extérieur de la commune. Ces travailleurs viennent principalement de Chateauneuf-lès-Martigues et de Port-de-Bouc[138]

Le nombre de chômeurs était en 2004 de 2 095[139] . Par rapport à 2001, cela traduit une légère baisse de 1,23 %[139].

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2004, en comptant tous les statuts, la ville compte 2 677 entités[140]. Elles se répartissent ainsi[140] :

Nombre Pourcentage
Matières premières 111 4,14 %
Industrie 425 15,87 %
Commerce de gros 92 3,43 %
Commerce de détail 385 14,38 %
Commerce de l'automobile 84 3,13 %
Services marchands et non marchands 1580 59 %
TOTAL 2677 100 %

Quatre pôles accueillent la majorité des entreprises de la commune : l'ensemble de Lavéra-La Mède, la zone Martigues Sud sur la rive sud du canal de Caronte au pied du viaduc et les zones Caronte/Croix-Sainte et Technopolis sur la rive nord du canal.

Le site industriel de Lavéra/La Mède représente 30 % des capacités de raffinage françaises, 30 % du chiffre d'affaires national dans le domaine du pétrole, 10 % de celui de la chimie, 1,5 milliard d'euros annuel d'investissements et 3 200 emplois directs[141]. 15 millions de tonnes de brut y sont traités chaque année ainsi que 2 millions de tonnes de produits issus du pétrole[141]. La filiale chimie d'Innovene est le seul producteur français d'oxyde d'éthylène et le premier européen de polybutène. Arkema est le premier producteur français de chlore et le troisième européen[141].

En 2006, les 3 200 emplois du site se décomposent de la sorte[142]:

Entreprise Effectifs
INEOS Manufactring Sas 1050
Naphtachimie 464
Total 500
EDF-CPT 144
Soprovise 130
Port autonome de Marseille 129
Air liquide 100
Appryl* 70
Nouveau concept de maintenance 70
LBC Marseille Fos 68
Oxochimie Usine de Lavéra*** 60
Géogaz Lavéra 48
SGS Oil, Gas & Chemical 46
Lavéra Energies 40
Forclum Méditerranée 35
Arkema** 306
Huntsmann Surface Sciences France SAS 22
Maintenance et Levage méditerranéen 15
Peinture Bâtiment Industrie 15
Primagaz Lavéra 14
Gazechim 12
Messer France 4
LBA 2

(*) Fonctionne avec du personnel Naphtachimie. (**) Arkema possède désormais sont propre personnel. (***) Les personnels Oxochimie ont un statut INEOS depuis le 01/01/2011, Naphtachimie perds donc ces 60 personnes dans son effectif. La zone d'activité Ecopolis-Martigues Sud accueille 185 entreprises et 3 286 emplois en 2004 et 214 entreprises et 4 220 en 2006 emplois[143]. L'industrie, notamment le bâtiment et le travail des métaux, y est majoritaire[143]. En 2006, la répartition des entreprises est la suivante[143] :

Secteurs d'activités Entreprises Emplois
Industrie 80 (37,4 %) 2 263 (53,6 %)
Commerce 54 (25,2 %) 423 (10 %)
Services 80 (37,4 %) 1 534 (36,4 %)

La répartition par structure d'activité est la suivante[143] :

Secteurs d'activités Entreprises Emplois
Éditions, imprimerie, reproduction 6 (2,8 %) 41 (0,9 %)
Travail des métaux 16 (7,5 %) 908 (21,5 %)
Construction 37 (17,3 %) 1 067 (25,3 %)
Commerce et réparation automobile 21 (9,8 %) 161 (3,8 %)
Commerce de gros 27 (12,6 %) 178 (4,2 %)
Commerce de détail 6 (2,8 %) 86 (2 %)
Hôtellerie-Restauration 7 (3,2 %) 24 (0,6 %)
Transport/Messagerie/Affrètement 10 (4,6 %) 310 (7,3 %)
Services fournis aux entreprises (nettoyage, conseil, ingénierie, comptabilité…) 22 (10,3 %) 485 (11,3 %)
Divers 62 (29 %) 960 (27 %)

La zone Ecopolis Croix-Sainte/Caronte est composée de 76 entreprises et 448 emplois[144]. Les services y sont majoritaires et la petite industrie non négligeable[144] :

Secteurs d'activités Entreprises Emplois
Industrie 25 (32,9 %) 128 (28,6 %)
Commerce 22 (28,9 %) 106 (23,7 %)
Services 29 (38,2 %) 214 (47,8 %)

Par structure d'activités, la répartition est la suivante[145]:

Secteurs d'activités Entreprises Emplois
Travail des métaux 4 (5,3 %) 50 (11,1 %)
Construction 10 (13,1 %) 47 (10,5 %)
Commerce et réparation automobile 10 (13,1 %) 35 (7,8 %)
Commerce de gros 5 (6,6 %) 24 (5,3 %)
Commerce de détail 6 (7,9 %) 73 (9,6 %)
Hôtellerie-Restauration 6 (7,9 %) 25 (5,9 %)
Transport et auxiliaire des transports 3 (4 %) 69 (15,4 %)
Divers 32 (42,1 %) 293 (65,3 %)

Enfin, la zone industrielle Technopolis (22 hectares) comprend 15 entreprises et 221 emplois répartis de la sorte[146] :

Secteurs d'activités Entreprises Emplois
Industrie 6 (40 %) 57 (25,8 %)
Commerce 2 (13,7 %) 61 (27,6 %)
Services 7 (46,3 %) 103 (46,6 %)

Commerces[modifier | modifier le code]

En 2005, Martigues compte 825 commerces dont 513 en centre-ville[147]. Le nombre de boutique est globalement en hausse depuis 1998 puisqu'il passe de 733 en 1998 à 825 en 2005[148]. L'évolution annuelle est la suivante[148] :

Activité 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Auto/cycles 61 62 73 81 74 74 76 77
Commerce alimentaire spécialisé 69 67 73 74 74 70 71 70
Hypermarché/Supermarché/Supérette 21 22 26 25 25 27 26 30
Culture & Loisirs (librairie, presse, photos…) 51 49 57 60 59 61 59 59
Electronique domestique 17 15 20 21 15 16 17 19
Equipement de la maison (décoration, ameublement, tissus…) 46 49 43 39 37 37 40 37
Equipement de la personne 103 103 102 103 104 104 107 99
Hôtellerie 13 13 13 12 12 12 11 11
Hygiène/Santé/Soins de la personne 91 92 92 95 100 102 100 101
Restauration traditionnelle 67 66 74 72 70 68 71 69
Restauration rapide 9 14 18 22 33 34 37 38
Snack Bar 55 52 53 50 48 46 47 47
Services divers (pressing, cordonnerie…) 35 39 41 40 44 52 56 53
Services tertiaires (voyages, immobilier, banques, travail temporaire…) 95 103 102 103 104 107 108 115
TOTAL 733 746 787 797 809 810 826 825

Le principal centre commercial de la commune est situé autiur du Centre commercial nord qui comprend un hypermarché Auchan entouré de plusieurs moyennes surfaces englobant 53 entreprises et 977 emplois[147]. La répartition des entreprises et des emplois par secteur d'activités est la suivante en 2006[147] :

Secteur d'activité Entreprise Emploi
Commerce 41 (77,4 %) 858 (88 %)
Services 12 (22,6 %) 119 (12 %)

Parmi les entreprises implantées, la répartition des emplois est la suivante pour l'année 2006[149] :

Entreprise Emploi
Auchan 565
Galerie marchande Auchan 194
Kiabi 28
Norauto 25
Mac Donald's 45
La Halle aux Chaussures 5
LeRoy Merlin 93
Monsieur Euro 6
K'Dance 2
Savam Citroën 7
École de conduite française 7

La ZAC de Figuerolles et de l'Escaillon est une implantation commerciale plus récente centrée sur le multiplexe. En 2006, elle compte 13 entreprises et 195 emplois dont la répartition est la suivante[150] :

Secteur d'activité Entreprise Emploi
Commerce 3 (23,1 %) 66 (36,7 %)
Services 10 (76,9 %) 109 (62,9 %)

La répartition par entreprise est la suivante[150] :

Entreprise Emploi
Azur et Construction 8
Centre de santé 3
Clinique vétérinaire 2
Maison de retraite Val Soleil 22
Mutoptic 3
Pharmacie de l'Avenir 8
Quick 26
Hôtel Balladins 6
Au Bureau 20
Decathlon 55
Société d'Exploitation du Palace 22

Enfin, la ZAC des Etangs (sur la commune de Saint-Mitre les Remparts) est située sur l'axe routier reliant Martigues à Istres. Cette zone, qui est désormais la première zone commerciale de la CAPM (hors alimentaire) et est en pleine croissance. En effet, elle comptait 66 entreprises pour 466 emplois en 2004[151], 72 entreprises et 498 emplois en 2006[152] et 84 entreprises pour 589 emplois en novembre 2007[151].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme est une activité en plein développement à Martigues notamment depuis le classement de la commune en « station balnéaire et touristique » (2008).

L'étude des périodes précédentes montrent un tourisme croissant avec le passage du nombre de demandes de renseignements sur les sites de l'office du tourisme de 83 286 en 2000 à 93 550 en 2004[153]. En 2007, ce nombre a cependant baissé, soit 81 620 personnes, quatrième meilleur résultat des Bouches-du-Rhône[154]. Pour l'essentiel, il est lié à la fréquentation des plages du littoral sud qui accueillent plus de 11 000 personnes par jour en été dont 9 000 pour la plage du Verdon à La Couronne[155]. De plus, la population des villages côtiers de Carro et La Couronne passe l'été de 4 500 à 15 000 habitants[156]

Les activités liées à la plage sont donc en forte croissance. En 2003, la capacité hôtelière était de 900 personnes par jour et celle des campings de 6 000 personnes par jour[155]. L'Office du Tourisme estimait les revenus touristiques 2007 à Martigues à au moins 49 millions d'euros[157]. La navigation de plaisance dispose de plusieurs ports qui accueillent 1 773 bateaux en 2004[158].

Pêche et agriculture[modifier | modifier le code]

Pêche[modifier | modifier le code]

Le quartier des Affaires maritimes de Martigues s'étend de Sausset les Pins à la limite est du département. Il comprend l'ouest de la Côte bleue, le golfe de Fos, le delta du Rhône, sur l'étang de Berre et le golfe de Sainte-Maries sur 250 km de littoral et 200 km de fleuves et canaux maritimes. Il compte 200 navires de petite pêche, 30 chalutiers et 610 marins[159]. La production annuel du quartier maritime de Martigues est de 12 000 tonnes (20 000 sur l'ensemble des Bouches-du-Rhône) pour une valeur de 38 millions d'euros[159].

Le port de Carro, premier port régional de pêche, joue un rôle primordial dans le quartier de Martigues. Il compte 24 points de vente (sur un total de 45 pour Martigues et un total de 96 pour tout le quartier)[160].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La plaine agricole de Saint-Pierre/Saint-Julien s'étend sur 974 hectares[161]. Elle compte 10 agriculteurs, une vingtaine de pluri-actifs mais seuls 3 ménages y vivent à plein de l'agriculture[161]. Les champs sont surtout cultivés en labours (céréales, légumes…) et en vignes. L'élevage, les vergers et les cultures maraîchères y sont marginales[161].

L'utilisation des sols de la plaine est la suivante[162]/ref> :

Utilisation Pourcentage
Labours (céréales, légumes, jachères) 44 %
Vignes 19 %
Vergers (cerisiers, abricotiers, oliviers) 1 %
Garrigue 24 %
Bois 5 %
Bâti 7 %

La coopérative viticole de Saint-Julien-les-Martigues récupère le raisin de toute la plaine de Saint-Julien/Saint-Pierre mais aussi ceux de Chateauneuf-les-Martigues, de Saint-Mitre-les-Remparts et d'Istres[162]. Elle produit 11 000 hl par an dont l'AOC Coteaux d'Aix-en-Provence depuis 1986[162].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Chaque été se déroulent des concours de joutes provençales sur les canaux.
  • Depuis 1989, entre juillet et août, a lieu le « Festival de Martigues : Danses, Musiques et Voix du Monde. » La ville de Martigues héberge l'association « La Capouliero », organisatrice du festival et ambassadrice du folklore provençal.
  • La fanfare municipale de la Ville a fêté ses 100 ans le 25 juin 2006.
  • Le 27 juin, a lieu la fête de la Saint-Pierre (le patron des pêcheurs). Toute la journée se déroulent différentes animations variées ainsi qu'une commémoration sur l'étang de Berre. Le jour est férié pour les différents services dépendant de la Ville. Depuis 2007, une course à la rame a lieu sur le canal Galliffet entre les lycées Paul Langevin et Jean Lurçat. Elle est nommée Défi Martégal et le vainqueur se voit remettre le trophée Paul-Lombard[163]. Le palmarès est le suivant[164] :
Année Vainqueur Equipage
2007 Lycée Langevin Émilie Lay - Julie Curgut - Pascal Blazy - Johan Sochor - Matéo Florès (barreur)
2008 Lycée Lurçat Bordelly Loic - Lipari Christopher - Rico Julie - Della Salla Noémie - Molinier Justine - Fouque Guillaume - Bessière Clément - Markuse Maeva - Zavattoni Stéphanie - Sugier Céline
2009 Lycée Langevin Reljic Tristan - Devrieux Tristan - Charrière Hélène - Langlois Margaux - Simmonet Baptiste - Perez Lucas - Humbert Jérémy - Della salla Noémie - Pujol Anais - Ghezzani Mathilde
2011 Lycée Langevin Berthet Julien - Berthet Axel - Pascal Clémence - Colombo Lucie - Faivre Frédéric - Raimond Clara - Andrieux Julien - Bascougnano Bastien - Ajmard Laura - Perez Lucas
  • Le 1er samedi de juillet se déroule la fête de Martigues appelée « Fête Venitienne » (inspirée du surnom de Martigues : « La Venise provençale »). Fête qui se termine le soir par un grand feu d'artifice sur l'étang de Berre.

Monuments ou édifices religieux et civils[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Géniès (Saint-Genest), de style sobre classique (1625), quartier de Jonquières. L'intérieur est malheureusement fort dégradé par des remontées d'eau par capilarités et les tableaux ont récemment été vandalisés.
  • La chapelle de l'Annonciade fut édifiée de 1664 à 1671. Elle est classée monument historique. Elle fut construite par les Pénitents Blancs et abrite des décors exceptionnels en Basse-Provence : murs peints en trompe l'œil, lambris sculptés, retable doré, plafond peint à la manière vénitienne[165].
  • L'Église Réformée (achevée en 1964, architecte Pierre Monheim). Sa cloche provient de l'ancien temple d'Aigaliers (Gard).
  • L'église Sainte Marie-Madeleine (église de la Madeleine), quartier de l'Île, de style baroque, fut construite entre 1681 et 1688[166]. Son intérieur est richement orné de peintures murales et sur boiseries, avec un original plafond plat en bois avec peintures. Un orgue construit par Prosper-Antoine Moitessier en 1851 arbore un buffet plat à la mode italienne et de style Charles X; il est classé aux Monuments historiques tant pour son buffet que pour sa partie instrumentale. L'extérieur présente à l'est une riche façade sculptée de style baroque et au nord-ouest un clocher surmonté d'un campanile en fer forgé.
  • L'église Saint-Louis d'Anjou est l'église du quartier de Ferrières. Elle fut construite à partir du XIVe siècle puis rebâtie vers 1675. C'est entre les murs de cette modeste église que fut signé, le 21 avril 1581, l'Acte d'union des trois bourgs, Jonquières, l'Île et Ferrières, donnant ainsi naissance à la Ville de Martigues.
  • La chapelle Notre-Dame-des-Marins (Notre-Dame-de-Miséricorde, XVIIe siècle), domine la ville sur une colline de plus de 100 mètres d'altitude au nord de la cité. Cette église servit de patronne et de gardienne de la ville, en particulier auprès des marins et des pêcheurs[167]. Depuis cette chapelle, on a un remarquable panorama[168] sur l'ensemble de la ville au sud, l'étang de Berre à l'est, le Canal de Caronte, Port de Bouc et le golfe de Fos à l'ouest. Cette église a reçu de nombreux noms différents au cours des siècles comme Notre-Dame de la Mer[169] ou Notre-Dame de la Bonne-Mère[167].
  • De nombreuses maisons possèdent des façades pittoresques le long des quais et au sein de l'Île qui a profité des programmes de rénovation de la Mairie. En particulier, la Maison en Chapeau de Gendarme le long du canal Saint-Sébastien.
  • Le pont de Caronte, un viaduc tournant ferroviaire qui enjambe le chenal à l'ouest de la ville depuis 1915. Ce pont fut construit entre 1908 et 1915. Dynamité en 1944 par les Allemands, il fut reconstruit en 1946.
  • Le fort de Bouc surveille l'entrée du canal de Caronte. Plusieurs fortifications successives furent établies sur la position. Les constructions actuelles datent du (XVIIe siècle) et sont le fruit d'une reconstruction conduite par Vauban. Les Allemands ont aussi établi de nombreux ouvrages lors de la Seconde Guerre mondiale. La mairie a restauré le fort de 1992 à 2007[60]. Il porte un phare : phare du Fort de Bouc.

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Le territoire de la ville abrite de nombreux sites archéologiques et Martigues possède son propre service d'archéologie. Ce dernier effectue chaque année de nombreuses fouilles qui ont révélé un riche passé. Les principaux sites recensés sont[170],[171],[172] :

  • Le village lacustre de l'Albion.
  • Le village de L'Arquet qui fut un village bâti dès le VIe siècle av. J.-C. et occupé par intermittence sur un cap du littoral sud de la commune.
  • Le site de Barboussade.
  • Le site néolithique de la Baume Longue.
  • La villa de Beaumenière.
  • Le site de Bonnieu.
  • Le site mésolithique de la Cacharelle.
  • Le site de Campeu.
  • Le site de Canto-Perdrix.
  • Le site de Collet Redon.
  • La villa de La Couronne-Vieille.
  • Le site de l'Escourillon.
  • La nécropole de La Gatasse.
  • Les villages gaulois sous le quartier de l'Île.
  • La villa de Lavaux.
  • Maritima Avaticorum qui fut la ville principale des Avatiques sous l'Empire romain.
  • Le site de la Mourre du Bœuf.
  • L'abri néolithique, les tertres funéraires préhistoriques et la villa romaine de Ponteau.
  • La villa de Saint-Julien.
  • L'oppidum de Saint-Pierre qui joua probablement le rôle de principale agglomération de la partie occidentale de la chaîne de la Nerthe avant la construction de Maritima Avaticorum.
  • Le village lacustre des Salins.
  • La villa de Sénèmes.
  • La villa de Tabouret.
  • Le site gaulois du cap Tamaris qui est l'un des plus anciens sites urbanisés de France.
  • La villa de Valeuil.
  • L'abri du Verdon.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Galerie de l'Histoire de Martigues, au Rond-point de l'Hôtel de Ville, dans une galerie, du rez-de-chaussée de l'hôtel de ville sur plus 500 m2, présentation de la Préhistoire, de l'Histoire et de l'Avenir de la ville de Martigues au travers de documents écrits, photographies, maquettes, objets muséograpohiques, écrans interactifs.

Musique[modifier | modifier le code]

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Le canal Saint-Sébastien

Si le film martégal le plus populaire est sans doute La Cuisine au beurre (1963) avec Bourvil et Fernandel, Martigues, passant, avec le temps, de la petite ville de pêcheur à la cité fortement industrialisée avec ses complexes pétrochimiques implantés sur ses rivages, est le lieu de tournage, presque tous les trente ans, d’un film social emblématique reflétant les problèmes cruciaux de son époque :

Avec sa luminosité qui en a fait un lieu réputé des peintres (André Derain, Raoul Dufy, Auguste Renoir, Félix Ziem), l’agglomération martégale ne manque pas d’attirer toute une diversité de réalisateurs qui trouvent leur compte en pinèdes, garrigues, plages et canaux pittoresques pour leurs drames et leurs comédies provençales ou policières :

Littérature[modifier | modifier le code]

Les maisons du quai Brescon

Martigues est la ville natale de l'académicien Charles Maurras. Dans son discours prononcé le 11 juillet 1888 à la société des Félibres de Paris, présidée ce soir-là par Maurice Faure, ancien ministre et vice-président du Sénat, alors député de la Drôme, Charles Maurras livre son indéfectible attachement à sa ville natale. C’est une sorte de préambule à son énumération des « Trente beautés de Martigues »[174] dont il en subsiste peu, la plupart ayant été éradiquées par l’ère moderne (la pêche et sa flotte de tartanes, les salines, les 12 moulins, etc.) :
« Puisque nous sommes ici pour parler de nos pays d'origine, je puis bien vous le dire, c'est Martigues que je vois dans ces moments-là. Quelques disques de terre entourés par la mer, trois petites îles qui font la chaîne au couchant de l'étang de Berre, avec un ruban de maisons qui flotte sur les deux rives : on dirait qu'elles sont là pour amarrer au continent les trois perles que l'eau emporterait ou qu'elle engloutirait.
« J'aime mon village mieux que ton village », nous chante Félix Gras[175]. Je le crois bien, que je l’aime ! Et tous mes compatriotes sont comme moi. Nos hommes de mer en savent quelque chose. Autrefois, qu'un vaisseau sortît de Marseille et qu'un des nôtres y commandât, avec le meilleur vent, la mer juste assez émue pour le charrier doucement à Sète, à Barcelone ou à Majorque, croyez-vous que notre capitaine pût s'éloigner ainsi ? Ah ! Mais non ! Là-bas, miroitaient les trois clochers de la patrie. Vite ! Un coup de barre sur Bouc[176], vite, le canot à la mer pour le mener jusqu'à Martigues, et embrasser une dernière fois les places vives de son cœur !
 »

Sculptures[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

La Ville possède des sculptures exposées de façon permanente dans ses rues :

  • Quartier de l'Île/le Brescon : buste d'Étienne Richaud (bronze) sur un socle en pierre, avec un garçonnet (bronze) hissé sur la pointe des pieds pour écrire la genèse de l’hommage sur la plaque apposée sur le socle.
  • Quartier de l’Île, devant la Prud'homie de pêche : Femme nue assise, bronze de Baltasar Lobo
  • Quartier de Ferrières, à l'entrée du pont quai des Girondins : Le Pêcheur et la Ramendeuse[177] au début du XXe siècle (bronze), pêcheur debout portant un filet et faisant face à une ramendeuse assise sur un banc et occupée à sa tâche, pièce unique de Sébastien Langloÿs, 2010, Fonderie Michel Ilhat.
Le Miroir aux oiseaux (nuit)

Peinture[modifier | modifier le code]

Plus que tout autre, Félix Ziem (1821-1911) sera « Le peintre de Venise ». Né à Beaune et formé à l'École d'Art de Dijon, après ses voyages initiatiques d'artiste en Italie où il séjourna longtemps à Venise, c'est à Martigues qu'il fera construire son atelier, berceau d'une multitude de peintures, aquarelles et dessins. Il écrivait : « Je pars pour le Midi pousser une pointe de travail et d'observation. Le travail incessant de l'atelier m'énerve et efface les souvenirs. Je pense donc voir Sète, Martigues, Marseille, faire quelques études de mer, de montagne, de nature, quelques impressions pouvant produire un résultat. »

La ville crée en 1908 le musée Félix-Ziem.

Après Félix Ziem, d'autres artistes attirés par la lumière du Midi, viendront peindre à Martigues parmi lesquels : Raoul Dufy, André Derain, Francis Picabia, Emile Beaussier, Louis Bonamici...

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • La spécialité martégale la plus connue est la poutargue, également appelée « Caviar Martégal ». Il s'agit d'œufs séchés de poissons mulets[178].
  • L'AOC Coteaux d'Aix-en-Provence, La Venise Provençale, est produite par la coopérative de Saint-Julien-les-Martigues depuis 1986 à raison de 11 000 hl[162]. Cette partie des vignobles AOC (250 hectares) est celle située le plus près de la mer.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

  • La commune est récompensée par quatre fleurs depuis 1989[179]. La ville est aussi récompensée du Grand Prix National depuis 1996. Ce prix a été confirmé pour trois ans pour 1997, 2000, 2003[179] et en 2007 au concours des villes et villages fleuris[180].
  • Martigues a été classée au rang des stations balnéaires françaises le 23 juin 2008.
  • Grand Parc de Figuerolles : d’une surface de 131 ha, ce parc naturel dédié à la détente, succession de plaines et de vallons recouverts de pinèdes, situé en bordure de l’étang de Berre, offre aux visiteurs :
    • Petit train touristique
    • Aires de pique-nique
    • Parcours ludiques pour enfants
    • Sentiers de randonnée : des plus accessibles (aux familles) jusqu’aux plus sportifs
    • Espace équestre : promenades à poney, école de monte
    • Parcours acrobatiques
    • 3,5 km pour jogging
    • 3 km de parcours VTT
    • Une ferme pédagogique (300 animaux)
    • Observation de la faune aquatique sur les rives de l'étang de Berre : canards, échassiers, goélands, etc.
    • Patrimoine rural : vestiges (certains datent des XVIIe et XIXe siècle) de constructions traditionnelles agricoles telles que bergeries et installations hydrauliques (puits et citernes en pierre)
    • Serres municipales
    • Découverte de la flore méditerranéenne (une cinquantaine de plantes) en 27 stations grâce à la visite guidée du sentier botanique des restanques cheminant dans un environnement naturel remarquable

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Martigues

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

de gueules à la tour d'argent, ouverte et ajourée du champ, maçonnée de sable, accompagnées de deux clefs adossées aussi d'argent.

Codes[modifier | modifier le code]

Martigues a pour codes :

Divers[modifier | modifier le code]

Selon les archives du GEIPAN (qui regroupent les archives du GEPAN et du SEPRA), Martigues est la commune française où a été recensé le plus grand nombre de cas d'OVNI (1980[184], 1982 à deux reprises[185],[186], 1994[187], 1997[188], 1998[189] et 2001[190]). Cependant, la ville est entourée d'aéroports, la plupart des autres villes portuaires françaises présentent un nombre de cas élevé (par exemple, Marseille a six cas recensés et Le Havre en compte cinq) et le département des Bouches-du-Rhône est le plus prolifique de France en OVNI.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN 3144 OT ETANG DE BERRE ISTRES MARIGNANE MARTIGUES
  2. Martigues, Document d'informations communal, Les risques majeurs, p. 7.
  3. Fabienne Gateau, Frédéric Trément, Florence Verdin, Carte archéologique de la Gaule, Éditions MSH (1996), p. 260.
  4. Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, Volume 2 (1835), p. 178. Ouvrage numérisé.
  5. Reflets, novembre 2009, p. 43.
  6. Cette carrière a depuis été transformée en piste de karting
  7. Ordonnance royale du 26 décembre 1814 accordée à Jean Barlatier, Libérat-Pierre Hippolyte Barlatier frère, François Rebul, Pierre Armand, Joseph Jean-Baptiste Graille et Gaspard Grouchier. Document mis en ligne sur le site de l'ENSMP.
  8. Ordonnance du 19 mars 1834, Commission des Annales des Mines (1834), p. 560.
  9. Ingrid Estephan, Reflets, Juin 2007, p.17.
  10. Document d'information communal : les risques majeurs, Mairie de Martigues (2007), p. 10.
  11. Informations DRIRE
  12. a et b Document d'information communal : les risques majeurs, Mairie de Martigues (2007), p.8.
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Carte IGN 3144OT.
  14. Le centre de contrôle de la qualité de l'air de Martigues est installé à son sommet.
  15. L'étang de Martignane est aujourd'hui à sec puisqu'il correspond en grande partie au lieu d'implantation de la ZAC des Etangs.
  16. Météo France, relevé de la station de Marignane (la plus proche de Martigues).
  17. Météo France.
  18. http://climat.meteofrance.com/chgt_climat2/climat_france?68377.path=climatstationn%252F13047001
  19. D.D.E. citée par Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du développement Économique, p. 81
  20. SNCF citée par Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 81.
  21. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 81.
  22. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 82.
  23. a, b et c Reflets, juillet-août 2008, p. 37.
  24. a, b, c, d et e Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 42.
  25. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 45-46.
  26. Reflets, septembre 2009, p. 9.
  27. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique, p. 41.
  28. Ce site est situé près de la partie sud de l'actuel viaduc autoroutier de l'A55.
  29. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Jean Chausserie-Laprée, Martigues, terre gauloise, entre Celtique et Méditerranée, Éditions Errance (2005).
  30. Quartier de Martigues.
  31. Peuplade implantée à l’ouest des Bouches-du-Rhône, de la Crau jusqu’à l’étang de Berre et dont la capitale était, selon les anciens romains, Maritima (agglomération ancestrale de Martigues).
  32. Jean Chausserie-Laprée, op. cit., pp. 64-65.
  33. Aujourd'hui, village de Saint-Pierre-les-Martigues.
  34. Le Nouvel Observateur, semaine du 4 août 2005, n°2126
  35. Michel Bouvier, Le vin, c'est toute une histoire, Jean-Paul Rocher Éditeur, Paris, 2009, p. 28.(ISBN 2917411230[à vérifier : isbn invalide])
  36. AOC Huile d'olive d'Aix-en-Provence sur le site INAO
  37. Un quartier de Martigues donnant sur l'étang de Berre.
  38. a, b et c Villes de Martigues, Jalons chronologiques, Mairie de Martigues (1984).
  39. a, b, c, d, e, f, g, h et i Reflets, novembre 2008, p. 37.
  40. Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens, Histoire générale de Provence, Volume 1 (1777), [Impr. de P.-D. Pierres] chez Moutard, p. 333. Ouvrage numérisé.
  41. a et b Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, Volume 2 (1835), pp. 173-174. Ouvrage numérisé.
  42. Amédée Boudin, Histoire de Marseille, A. Martinon (1852), p. 185.
  43. Louis Méry, F. Guindon, Histoire analytique et chronologique des actes et des délibérations du corps et du conseil de la municipalité de Marseille : depuis le Xe siècle jusqu’à nos jours, Volume 1, ppes 310-318 (1841). Ouvrage numérisé.
  44. Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens, Histoire générale de Provence, volume 1, Imprimeries de P.-D. Pierres chez Moutard (1777), p. 333. Ouvrage numérisé.
  45. a et b Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens, Histoire générale de Provence, volume 1, Imprimeries de P.-D. Pierres chez Moutard (1777), p. 333. Ouvrage numérisé.
  46. a et b Danièle Iancu, L’expulsion des Juifs de Provence et de l’Europe méditerranéenne (XVe ‑ XVIe siècles) : exils et conversions, Volume 36 de Collection de la Revue des études juives, Peeters Publishers (2005), p. 27.
  47. Danièle Iancu, L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe ‑ XVIe siècles) : exils et conversions, Volume 36 de Collection de la Revue des études juives, Peeters Publishers (2005), pp. 27-31.
  48. Danièle Iancu, L'expulsion des Juifs de Provence et de l'Europe méditerranéenne (XVe ‑ XVIe siècles) : exils et conversions, Volume 36 de Collection de la Revue des études juives, Peeters Publishers (2005), p. 33.
  49. Un tronçon de ces remparts est toujours visible aujourd'hui le long du boulevard du 14 juillet dans le quartier de Ferrières.
  50. Le service d'Archéologie de la Ville de Martigues a aussi retrouvé un morceau du rempart de Jonquières, datant de la fin du Moyen Âge, à 1,6 mètre sur le cours du 4 septembre. Reflets, juillet-août 2009, p. 39.
  51. Reflets, novembre 2008, p. 41.
  52. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 410.
  53. Amédée Boudin, Histoire de Marseille, A. Martinon (1852), p. 252.
  54. Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens, Histoire générale de Provence, volume 1, Imprimeries de P.-D. Pierres chez Moutard (1777), p. 334. Ouvrage numérisé.
  55. Amédée Boudin, Histoire de Marseille, A. Martinon (1852), p. 312. Ouvrage numérisé.
  56. a, b, c et d Villes de Martigues, Jalons Chronologiques, Mairie de Martigues (1984).
  57. Reflets, mai 2009, p. 35.
  58. Reflets, janvier 2000.
  59. Plaque commémorative accrochée le 21 avril 1981 sur l'église Saint-Louis d'Anjou du quartier de Ferrières.
  60. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Reflets, mai 2008, p. 37.
  61. a et b Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France : contenant la statistique et la description complète des 86 départements, Volume 2, Didot frères (1838). Ouvrage numérisé.
  62. Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens, Histoire générale de Provence, volume 1, Imprimeries de P.-D. Pierres chez Moutard (1777). Ouvrage numérisé.
  63. a et b Michel Signoli, D. Chevé, A. Pascal, Peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press (2007), p. 202.
  64. Augustin Fabre, Histoire de Provence, Volume 4, Feissat ainé st Demonchy (1833), p. 252. Ouvrage numérisé.
  65. Michel Signoli, D. Chevé, A. Pascal, Peste : entre épidémies et sociétés, Firenze University Press (2007). La figure no 7 de la page 200 indique que le nombre de sépulture à Martigues passa brutalement d'environ 200 à près de 1 100 pendant deux ans. Le tableau I de la même page montre une surmortalité de 712 décès pour les années 1720 et 1721.
  66. 209 cadavres ont été retrouvés lors de la fouille du charnier des Capucins et 39 sur le site de Délos. Stéfan Tzortzis, Michel Signoli, Les tranchées des Capucins de Ferrières (Martigues, Bouches-du-Rhône, France). Un charnier de l’épidémie de peste de 1720 à 1722 en Provence, Comptes Rendus Palevol (2009).
  67. Archives communales de Martigues
  68. Augustin Fabre, Histoire de Provence, Volume 4, Feissat ainé st Demonchy (1833), pp. 252-253. Ouvrage numérisé.
  69. a et b Brigitte Marin, Catherine Virlouvet, Nourrir les cités de Méditerranée : Antiquité-temps modernes, Collection L'atelier méditerranéen, Maisonneuve & Larose (2003), p. 189.
  70. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Michel Deuff, La vie à Martigues sous la Révolution, Reflets (1995).
  71. Cahiers de doléances des Martigues dans La vie à Martigues sous la Révolution. Reflets, 1995
  72. Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, « Paysans et politique sous la Révolution française à partir des dossiers des comités de surveillance des Bouches-du-Rhône », Rives nord-méditerranéennes, 5 | 2000, mis en ligne le 25 mars 2004
  73. Ce cours, inauguré le 5 mai 1812, s'est d'abord appelé boulevard Thibaubau puis cours de Jonquières. Reflets, Février 2010, p.7 Ville de Martigues
  74. a, b et c Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France : contenant la statistique et la description complète des 86 départements, Volume 2, Didot frères (1838), définition Martigues. Ouvrage numérisé.
  75. a et b Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l'océan, Challamel aîné (1868), p. 233-235. Ouvrage numérisé.
  76. Sabin Berthelot, Études sur les pèches maritimes dans la Méditerranée et l'océan, Challamel aîné (1868), p. 235-236. Ouvrage numérisé.
  77. Sabin Berthelot, Études sur les pèches maritimes dans la Méditerranée et l'océan, Challamel aîné (1868), p. 237-238. Ouvrage numérisé.
  78. Alfred Saurel, cité par Sabin Berthelot, Études sur les pèches maritimes dans la Méditerranée et l'océan, Challamel aîné (1868), p. 234. Ouvrage numérisé.
  79. a et b Reflets, Novembre 2009, p.39.
  80. L'Humanité, À Martigues, à force de volonté, l’eau la moins chère d’Europe ? 6 novembre 2004.
  81. Victor Eugène Ardouin-Dumazet, La Provence Maritime : Marseille, le Littoral, Îles d'Hyères, Maures, Estérel, Nice, Voyage en France, Slatkine (1980). Ouvrage numérisé.
  82. Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l'océan, Challamel aîné (1868), p. 239-245. Ouvrage numérisé
  83. a, b, c et d D'un pont à l'autre, d'un siècle à l'autre, Reflets (2001), pp. 24-31.
  84. Ancêtre de Total.
  85. a, b et c Reflets, Novembre 2009, p. 45.
  86. a, b, c, d, e et f Reflets, la passion d'un maire, juin 2009.
  87. a et b Reflets, Novembre 2009, p. 47.
  88. L'un des évenements les plus importants de la période fut la mort d'Hélène Fournier qui fut tuée quand elle força un barrage allemand à cause de la rupture des freins de son vélo. La rue dans laquelle se déroula le drame, située en face de la Poste de Ferrières, a été nommée en l'honneur de la victime après la guerre.
  89. Il s'agit de Joseph Barthélémy, Henri Tranchier, Paul Di Lorto, Robert Daugey, Lucien Toulmond, Aldéric Chave et Paul-Baptistin Lombard (père de Paul Lombard). Le corps de Marius Arnaud, également arrêté, ne sera jamais retrouvé. Reflets, la passion d'un maire, juin 2009.
  90. Reflets, mars 2008, p. 37.
  91. Le terme « canal de Martigues » refère aujourd'hui uniquement au canal, situé à l'ouest de l'étang de Berre, qui permet d'amener l'eau jusqu'à la station de filtration du Ranquet. Dans des publications plus anciennes, il peut renvoyer aux canaux de Caronte, de Galliffet ou de Saint-Sébastien.
  92. Reflets, la passion d'un maire, juin 2000.
  93. La Halle
  94. Théâtre des Salins
  95. Reflets, mai 2009, p. 35.
  96. Reflets, septembre 2009, p. 11.
  97. Reflets, juin 2009.
  98. a, b, c, d, e, f, g et h Ministère de l'Intérieur
  99. Martigues - Résultats Élections Municipales - LeMonde.fr
  100. a et b Ministère de la Justice.
  101. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, service du Développement économique, p. 106.
  102. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, service du Développement économique, p. 107.
  103. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, service du Développement économique, p. 108.
  104. Reflets, septembre 2008, p. 32.
  105. Martigues, Documents d'information communal, Les risques majeurs, p.4.
  106. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  107. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  108. a, b, c et d Recensement général de la population 1999.
  109. Ville de Martigues
  110. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p.54.
  111. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p.55.
  112. Ville de Martigues
  113. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p. 56.
  114. Reflets, septembre 2009, p. 33.
  115. Reflets, septembre 2009, p. 34.
  116. a, b, c et d Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p.65.
  117. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p. 66.
  118. a, b, c, d et e Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p. 100.
  119. a et b 'Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement économique, p. 101.
  120. a, b et c Reflets, juin 2008, p. 32.
  121. Soixante ans de football à Martigues (1921-1981), Football-Club de Martigues (1982).
  122. Site officiel du MVB.
  123. a et b Reflets, septembre 2009, p. 23.
  124. a et b Reflets, septembre 2009, p. 22.
  125. Étienne Garcin, Dictionnaire historique et topographique de la Provence ancienne et moderne, Volume 2 (1835), pp 175-176. Ouvrage numérisé.
  126. « Technique de rame en traditionnel », site des Rameurs vénitiens.
  127. « Saison 2009 », site des Rameurs vénitiens.
  128. a, b, c et d Reflets, janvier 2007, p.29.
  129. Reflets, janvier 2007, p. 33.
  130. Reflets, janvier 2007, p. 32.
  131. Reflets, septembre 2009.
  132. Reflets, janvier 2007, p. 31.
  133. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 50.
  134. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 janvier 2013).
  135. a, b, c et d Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 33.
  136. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 11.
  137. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 13.
  138. Atlas 2000 - La France Et Le Monde, Edition 1996 du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.
  139. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 34.
  140. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 15
  141. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 16
  142. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 17
  143. a, b, c et d Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 18.
  144. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 19.
  145. Mairie de Martigues, Service du Développement économique.
  146. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 20.
  147. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement économique, p. 21.
  148. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 22.
  149. Mairie de Martigues, Service du développement économique
  150. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 23.
  151. a et b La lettre économique de la ville de Martigues, no 13, p.6.
  152. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 24.
  153. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Économique, p. 94.
  154. Reflets, juillet-août 2008, p. 36.
  155. a et b Observatoire Local du Tourisme/Office du Tourisme cités par Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Économique, p. 95.
  156. Reflets, juillet-août 2009, p. 31.
  157. Reflets, juillet-août 2008, p. 36. Hypothèse établie sur 105 jours avec un taux d'occupation fixé à seulement 65 %.
  158. SEMOVIM citée par Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Économique, p. 95.
  159. a et b Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 27.
  160. Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 28
  161. a, b et c Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement Economique, p. 30.
  162. a, b, c et d Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues Service du Développement économique, p. 30.
  163. Site officiel du Défi Martégal
  164. Site officiel du Défi Martégal.
  165. RIPOLL V. ; VALETTE F, La chapelle des pénitents blancs de l'Annonciade à Martigues, La sociabilité dans la France méditerranéenne : ses formes, ses structures, ses espaces. Congrès, Arles, FRANCE (12/10/1996), 1997, vol. 47, no 187 (278 p.) (bibl.: ref. et notes dissem.), pp. 25-38
  166. Le Diocèse d'Aix-en-Provence, Éditions Beauchesne, p. 120.
  167. a et b André Jean Marie Hamon, Notre-Dame de France ou histoire du culte de la Sainte Vierge en France depuis l'origine du christianisme jusqu'à nos jours, Volume 7, H. Plon (1866), pp. 491-492. Ouvrage numérisé.
  168. Tables d'orientation.
  169. Conrad Malte-Brun, Collection des voyages nouveaux les plus estimés, traduitsde toutes les langues européennes…, Volume 16, F. Buisson (1811), p. 160. Ouvrage numérisé.
  170. Jean Chausserie Laprée, Martigues, terre gauloise, entre Celtique et Méditerranée, Éditions Errance (2005), p 26.
  171. Jean Chausserie Laprée, Martigues, terre gauloise, entre Celtique et Méditerranée, Éditions Errance (2005), p 43.
  172. Jean Chausserie Laprée, Martigues, terre gauloise, entre Celtique et Méditerranée, Éditions Errance (2005), p 56.
  173. Par Jacques Nonnet (Orgues Giroud Successeurs) à Bernin (Isère).
  174. in Édition d’origine L'Étang de Berre, Librairie Ancienne Édouard Champion, Paris, 1915 (disponible en ligne)
  175. Poète et écrivain provençal (1844-1901)
  176. * Le fort de Bouc
  177. Le ramendeur ou la ramendeuse réparait (ou confectionnait) les filets de pêche, voir photo sur (Panoramio)
  178. Histoire générale de Provence, Volume 1, Jean-Pierre Papon, Impr. de P.-D. Pierres chez Moutard (1777), p. 325. Ouvrage numérisé.
  179. a et b Martigues en 2006, Mairie de Martigues, Service du Développement Économique.
  180. Source : Villes et Villages Fleuris
  181. a et b Joseph Delaville Le Roulx, Les Hospitaliers en Terre Sainte et Chypre (1100-1310), Adamant Media Corporation, p. 39.
  182. Joseph Fr. Michaud, Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne, Michaud Frères (1843), pp. 235-238. Ouvrage numérisé.
  183. On lui doit notamment ses « œuvres martégales » comme Pêcheurs à Martigues (huile sur toile, 1906), Marine (huile sur carton, 1908), Martigues, l'Église de la Madeleine (huile sur toile, 1922), Martigues. Le Brescon (dessin, huile sur papier, 1920/1930), Croquis. Martigues (encre sur papier, 1952), Martigues. Rue des Cordonniers (huile et bitume sur carton). Source : plaquette de « Hommage à Joseph Hurard », exposition au Musée Ziem du 17 décembre 1988 au 5 février 1989.
  184. Cas no 1980308462.
  185. Cas no 1982308102.
  186. Cas no 1982308107.
  187. Cas no 1996307801.
  188. no 1997307904.
  189. Cas no 2000307855.
  190. Cas no 2001308317.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Jean Chausserie-Laprée, Martigues, terre gauloise, entre Celtique et Méditerranée, Éditions Errance (2005).
  • Jacky Rabattel, Une ville du Midi sous l'occupation : Martigues, 1939-1945, Université de Provence (1986).
  • Alfred Saurel, Histoire de Martigues, Laffitte (1972).

Les publications de la mairie de Martigues comportent aussi régulièrement des informations historiques sur la ville dans le magazine Reflets ou certains de ses suppléments comme :

  • La passion d'un maire, Reflets, juin 2009.
  • La vie à Martigues sous la Révolution, Reflets (1995).

La plupart de ses archives sont disponibles en ligne notamment sur le site de la mairie.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Martigues en chiffres 2006, Mairie de Martigues (Service du Développement économique). Les différents chapitres de l'ouvrage sont en ligne sur le site de la Mairie.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]