Joji Obara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joji Obara(織原城二, 1952 -) est un tueur, violeur, et homme d'affaires japonais d'origine coréen. Il a commis deux meurtres et de nombreux viols, et ces viols sont connus comme la plus grande affaire de viol du Japon.

Personnel[modifier | modifier le code]

Joji Obara est né en 1952 à Osaka comme Seong Jong Gim (김성종)[1]. Ses parents ont travaillé avec acharnement, et sont devenus les propriétaires d'un grand arcade de Pachinko. Grâce à la richesse de ses parents, Joji Obara pouvait entrer au lycée affilié de l'université Keiō. Pendant les années où Joji Obara étudie au lycée, son père meurt. Il hérite de la société de son père, et entre à l'université Keiō. Après avoir reçu son diplôme universitaire, Obara a obtenu la nationalité japonaise et a changé son nom à Obara Joji[2].

Grâce aux recherches de la police après l'arrestation d'Obara, de nombreuses cassettes vidéos qui contiennent des films pornographiques sont trouvées. En outre, la police a aussi révélé qu'Obara a violé plus de 400 femmes, dont environ 150 sont des femmes de type caucasien.

Déroulement des affaires[modifier | modifier le code]

  • 1992 : À Zushi de la Préfecture de Kanagawa, Obara viole et tue l'australienne Carita Ridgeway, en la faisant boire de la drogue noyée dans l'alcool[3].
  • De 1992 à 2000, Obara attire et viole de nombreuses femmes en utilisant sa richesse.
  • 2000
    • 1er juillet : Lucie Blackman (21 ans à ce temps), une Britannique qui travaille dans un club de Roppongi, disparaît[4].
    • 4 juillet : Sophie, grande sœur de Lucie, vient à Tokyo pour rechercher celle-ci. Après 6 jours, Tim, le père de Lucie arrive aussi à Tokyo.
    • Octobre : Obara est arrêté pour soupçon de meurtre de Ridgeway.
  • 2003 : Obara est mis en examen par le tribunal régional de Tokyo, soupçonné de meurtre et de viol.
  • 2007 24 avril : Le tribunal régional de Tokyo le condamne à une peine de travaux forcés à perpétuité, pour le meurtre de Ridgeway et 6 affaires de viol. Mais jugé innocent sur le meurtre de Blackman[5].

(en cours de traduction)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) TIMESONLINE, « How the bubble burst for Lucie's alleged killer »,‎ 2005-08-17 (consulté le 15 mai 2010)
  2. (en) BBC, « The 'beast with a human face' »,‎ 2007-04-24 (consulté le 15 mai 2010)
  3. (en) ABC News, « Japanese businessman arrested over rape of Australian woman »,‎ 2001-04-09 (consulté en 21 décembre 2006)
  4. (en) TIME.COM, « Lucie Blackman: Death of a Hostess »,‎ 2001-03-07 (consulté en 2008=03-28)
  5. (en) BBC, « Man cleared over death of Lucie »,‎ 2007-04-24 (consulté le 24 avril 2007)