Johnny English, le retour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Johnny English le Retour)
Aller à : navigation, rechercher

Johnny English, le retour

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo original du film.

Titre québécois Johnny English renaît
Titre original Johnny English Reborn
Réalisation Oliver Parker
Scénario Hamish McColl
Acteurs principaux
Sociétés de production Universal Pictures
Relativity Media
Studiocanal
Working Title Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie
Espionnage
Durée 97 minutes
Sortie 2011

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Johnny English, le retour ou Johnny English renaît au Québec (Johnny English Reborn) est un film franco-americano-britannique réalisé par Oliver Parker, sorti en 2011. Il s'agit de la suite du film Johnny English, sorti en 2003, parodiant l'agent secret James Bond.

Résumé[modifier | modifier le code]

Après avoir sauvé le Royaume-Uni de Pascal Sauvage, Johnny English (Rowan Atkinson) part en mission au Mozambique. Cependant, cette mission tourne à la catastrophe, ternissant l'image du MI7 ainsi que celle d'English lui-même, le poussant à se réfugier dans un monastère reculé du Tibet. Là-bas, il apprend tous les rudiments de la force, physique aussi bien que psychique.

Cinq ans plus tard, le MI7, maintenant dirigé par une femme, appelée par son nom de code Pegasus (Gillian Anderson), fait de nouveau appel à Johnny pour mener une mission des plus délicates : un groupuscule terroriste surnommé « Vortex » cherche à attenter à la vie du premier ministre chinois.

Après diverses péripéties, lorsqu'un agent du KGB confie à Johnny, dans un dernier souffle, le secret du groupe Vortex, celui-ci n'en croit pas ses oreilles. En effet, si le groupe est ainsi nommé, c'est parce qu'il est composé de trois traîtres : Fisher, un agent de la CIA, l'agent lui-même, membre du KGB ainsi qu'une taupe au sein du MI7. Johnny réalisant alors que se trouve un agent-double au sein même des services secrets britanniques, les doutes commencent à naître. Johnny est lui accusé par le principal suspect d'être le traître.

Grâce à d'innombrables gadgets façonnés par un agent technicien, mélange de l'ingéniosité de Q et de la motricité du Professeur Xavier, ainsi que du soutien de son nouvel équipier Tucker (Daniel Kaluuya) et de la psychologue comportementaliste Kate Summer (Rosamund Pike), l'agent English parvient à faire éclater la vérité au dernier instant alors que la catastrophe est imminente.

En définitive, le coupable est démasqué, le complot neutralisé, l'Angleterre ainsi que le monde entier doivent une nouvelle fois une fière chandelle à Johnny English.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf mention contraire, les informations mentionnées proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Le casting du film lors de la première mondiale à Sydney, en Australie.
Sources et légende : Version française (VF) sur Rsdoublage.com[3] et Version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[4].

Production[modifier | modifier le code]

Le , Universal Pictures annonce une suite à Johnny English, sept ans après la sortie de celui-ci[5].

La Rolls-Royce Phantom Coupé utilisée est équipée d'un moteur expérimental V16 de 9L. Il existe seulement quelques-uns de ces moteurs, produits pour les essais de la Phantom Coupé, et ils ne sont pas utilisés dans les modèles de production. Pour la production du film, Rowan Atkinson a approché la société et a demandé qu'ils installent un ces moteurs expérimental dans la V16, ce qui rend le véhicule vu dans le film unique[6].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Lors de son premier jour d'exploitation aux États-Unis et au Canada, le film se place à la septième place, rapportant 1 163 845 $ dans 1552 cinémas[7]. Il baisse à la onzième place pour son week-end d'ouverture, gagnant 1 693 915 $[8]. Johnny English, le retour a rapporté 8 305 970 $ au Royaume-Uni et 151 772 616 $ à l'international, pour un total final de 160 078 586 $[9]. En France, le film a effectué 328 976 entrées[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Movie Projector: Paranormal Activity 3 to frighten rivals », sur Latimesblogs.latimes.com,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  2. (en) « Johnny English Reborn World Premiere », sur Working Title Films.com,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  3. « Johnny English, le retour », sur Rsdoublage.com.
  4. « Johnny English renaît », sur Doublage.qc.ca (consulté le 12 décembre 2011).
  5. (en) Tatiana Siegel, « Universal signs up for more English », sur Variety.com,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  6. (en) « Johnny English Reborn Rolls-Royce Phantom Coupe V16 at IAA 2011 », sur Gtspirit.com,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  7. (en) « Daily Box Office for Friday, October 21, 2011 », sur Box Office Mojo.com (consulté le 1 mai 2015).
  8. (en) « Weekend Box Office Results for October 28-30, 2011 », sur Box Office Mojo.com (consulté le 1 mai 2015).
  9. (en) « Johnny English Reborn (2011) », sur Box Office Mojo.com (consulté le 1 mai 2015).
  10. « Johnny English Reborn (2011) », sur Jpbox-office.com (consulté le 1 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]