Johnny Dodds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dodds.

Johnny Dodds (né le 12 avril 1892 à Waveland dans l'État de Mississippi et mort le 8 août 1940 à Chicago) fut un clarinettiste de blues et de jazz américain et le frère aîné du batteur Warren Baby Dodds (le premier batteur qui ajouta au set de batterie, des cloches[1]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Installé en 1909 à La Nouvelle-Orléans, Johnny Dodds se joignit à l'orchestre de Kid Ory vers 1912, celui de King Oliver en 1916 et celui de Papa Celestin en 1918. Il a épousé Bessie Munson en 1915. Pendant ces années il reçut des leçons de Lorenzo Tio fils. En 1920, ayant perdu son clarinettiste Jimmie Noone, Oliver fit venir Dodds à Chicago où il allait demeurer le reste de ses jours. Le Creole Jazz Band de King Oliver comptait alors Baby Dodds à la batterie, Honoré Dutrey au trombone, Lil Hardin au piano et Bill Johnson à la basse. Suite à une tournée en Californie en 1922, Louis Armstrong se joignit au groupe qui fit une série d'enregistrements avant le départ de King Oliver en 1924.

De 1925 à 1927 à Chicago, Johnny Dodds participa aux célèbres enregistrements Hot Five et Hot Seven de Louis Armstrong et Red Hot Peppers de Jelly Roll Morton, parmi les plus importants de l'histoire du jazz. Il excellait dans un rôle de soutien, jouant de subtiles contre-mélodies derrière la trompette; ses soli sont empreints de blues et d'émotion. Dodds utilisait une clarinette "système Albert", avec une anche très forte qui lui donnait un son riche et puissant aux dépens de la vélocité. Il fit d'autres enregistrements avec Lil Hardin et Natty Dominique mais ralentit sa production musicale après le décès de son épouse en 1931. Il exerça une certaine influence sur le jeune Benny Goodman. Jean-Christian Michel s'est inspiré de sa sonorité et de son vibrato, parfois de son phrasé. Johnny Dodds est décédé d'une embolie cérébrale en 1940; Sidney Bechet lui dédia alors le morceau "Blue for you, Johnny".

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Gut bucket blues (avec Louis Armstrong), 1925
  • Gate Mouth, 1926
  • The Pearls (avec Jelly Roll Morton), 1927
  • Wolverine Blues (avec Jelly Roll Morton), 1927
  • Weary blues (avec Louis Armstrong), 1927
  • Blue Clarinet stomp, 1928

Références[modifier | modifier le code]

Patricia A. Martin, The Solo Style of Jazz Clarinetist Johnny Dodds: 1923-1938, monographie au Louisiana State University, 2003 [1]

redhotjazz.com [2]

  1. Jean-pierre Digard, Et le jazz créa la batterie. Revue L'homme d'avril/septembre 2001.

Liens externes[modifier | modifier le code]